/misc
Navigation

La nouvelle malbouffe

Coup d'oeil sur cet article

 

La malbouffe n'est plus ce que vous croyez.

Certes, les hamburgers dégoulinants de graisse, les frites saturées d'huile surchauffée et autres morceaux de poulet reconstitués font toujours partie du tableau des horreurs alimentaires, mais la nature même de la malbouffe, celle qui nous engraisse et nous rend gravement malades, a changé.

Aujourd'hui, la vraie malbouffe est tous les jours dans nos assiettes.

Elle mélange des dizaines de produits chimiques - dont certains cancérigènes - sans que jamais vraiment personne n'ait mesuré l'effet d'accumulation dans nos organismes.

La nouvelle malbouffe se cache derrière le nom de produits impossibles à lire, est conçue en laboratoire, repose sur un redoutable assemblage de saveurs artificielles, à l'odeur de notre enfance, a le pouvoir de brouiller notre sens critique, est vendue par des champions du marketing et crée une forme de dépendance.

SAVEURS

Le phénomène n'est pas récent, il date de l'introduction dans notre alimentation de produits conditionnés par les géants de l'agroalimentaire.

Des produits qui ne coûtent pas grand-chose à produire et dont la vente rapporte.  Ils représentent aujourd'hui la vaste majorité des étalages de vos supermarchés.

En gros, une fois éliminés les fruits, les légumes et les produits frais, ils occupent tout le reste.

Ce qui est nouveau par contre, c'est cette course en avant des fabricants à renouveler sans cesse son offre.

L'idée est simple: sous le prétexte d'un nouveau format, de nouvelles saveurs, vous vendre un aliment qui, justement, en est de moins en moins un.

CHIPS 

Aux États-Unis, le phénomène à une ampleur considérable. Mais que l'on ne s'y trompe pas, il ne s'agit pas d'une tendance uniquement américaine.

L'envahissement de nos assiettes par la «frankein-food»  va de pair avec la pandémie d'obésité. Et la planète entière est touchée.

Parmi ses nouveaux produits, les chips New Flavor Lay's (une marque de produits apéritifs qui appartient au géant Pepsico).

Le concept consiste à produire des chips - artificiellement - aromatisés avec les parfums les plus fous et suite aux suggestions décalées des fans du produit.

Pourquoi? Pour attirer un public plus jeune (des consommateurs pour la vie) et capter l'attention des médias sociaux (publicité gratuite).

Après un coup d'essai, il y a quelques mois, Lay's vient de sortir ces nouveaux produits. Que, par curiosité, j'ai décidé de tester pour vous.

 

chips 1

 

SALSA MANGUE

Pour ma petite expérience gustative, j'ai demandé à mes enfants, deux adolescents, de me seconder puisqu'ils correspondent plus ou moins à la cible de Lay's.

L'idée était de se concentrer sur l'odeur à l'ouverture, le premier sentiment en bouche, l'évolution du goût puis l'impression une fois avalée.

Nous avons décidé de débuter par les chips salsa mangue.

chips 2

Ce sont a priori les chips qui nous étonnent le moins. Les mélanges de sauces salsa sont très populaires aux É.-U. et nous avons déjà dégusté - et aimé - plusieurs d'entre elles à la mangue.

À l'ouverture de paquet s'échappe un léger fumet d'orange.  En bouche, on retrouve d'abord - et presque exclusivement - la mangue. Du moins, une mangue outrancière, complètement artificielle et bien trop douce.

En quelques secondes, le premier sentiment disparaît pour être remplacé par un mélange écœurant d'ail et d'asperges. Du moins, je crois.

Mais le vrai problème est dans la consistance de la chips. Aucun croustillant, pire, très rapidement, nous avons tous les trois le sentiment d'avoir un morceau de carton en bouche. Je n'exagère pas, la chips a vraiment la consistance du papier mâché.

Une fois avalée, mauvaise surprise, la chips continue de nous «habiter». Du moins, ce sentiment de s'être brossé les dents avec du dentifrice à l'oignon. Une pâte dentifrice périmée en plus.

Plusieurs verres d'eau seront nécessaires pour libérer nos papilles gustatives. Et le plus fou, c'est que la salsa mangue est la meilleure du lot.

BACON MAC & CHEESE

photo 3

 

Honnêtement, ce test a failli s'arrêter à l'ouverture du paquet. L'odeur qui s'en dégage m'a retourné le cœur et j'ai bien failli devoir me précipiter dans les toilettes pour vomir.

Un mélange repoussant de gras et d'odeur de pieds. Pas la petite odeur après une chaude journée, mais celle de compétition, du gars qui ne s'est pas changé de chaussettes pendant trois semaines. Et qui n'a pas pris de douche non plus.

L'idée de mettre une de ces chips en bouche est repoussante. Mais justement, c'est ce qui fait rire mes enfants.

La première impression confirme l'odeur. Ce n'est pas du bacon, mais directement un morceau de couenne, du gras pur que l'on aurait fait rissoler dans du gras-double. L'envie de cracher est - je crois- contournée par une quantité phénoménale de sel. Tellement que peu à peu, vos papilles gustatives ne sont pas en mesure de sentir autre chose.

Du moins pour quelques secondes, car ensuite, le «fromage» attaque. J'ai honte d'utiliser le terme de fromage, moi qui suis un véritable amateur.

Là, immédiatement, on visualise un filament jaune et synthétique, celui qui sort des «bombes à fromage».

Comme celui-ci:

can-of-cheese1

 

Si la consistance est meilleure que celle de la salsa mangue, son arrière-goût est encore plus étrange. Peut-être celui qui consisterait en un morceau de savon aromatisé à la graisse de porc?

CAPPUCCINO

Nous avons donc gardé le «fleuron» de la nouvelle collection pour terminer. La chips aromatisée au cappuccino.

chips 4

 

L'emballage nous apprend que la création a été envoyée par Chad Scott, un résident de la banlieue de Las Vegas et, dit-il, un accro des chips et du café.

À l'ouverture, le fumet qui s'échappe du paquet est clairement celui du cappuccino. On se croirait dans un Starbucks. Un Starbucks sans système d'aération tellement le tout est saturé.

En bouche, c'est l'horreur. Instantanée.

D'abord, le sentiment de prendre une bouchée de sucre en poudre.

Ici, si le salé a été remplacé par le doux, la quantité reste la même. On ne fait pas dans la dentelle. Ce n'est plus un produit apéritif, c'est un dessert. Un que l'on donnerait comme punition.

D'ailleurs, mon plus grand se refuse d'aller plus loin.

Il faut dire que rapidement le sucre est remplacé par la «fameuse» saveur cappuccino. Un goût à vous dégoûter à tout jamais de l'idée même de rentrer dans un Starbuck.

Imaginez un mélange qui aurait brûlé de café instantané, de lait qui aurait tourné et de pomme de terre rance. Le tout dominé par de la cannelle. Et du sucre. Encore et encore...

Une fois péniblement avalées, les chips cappuccino continuent à vous habiter. Vos doigts, vos lèvres, votre langue, votre bouche, votre haleine. Tout se retrouve contaminé par une odeur écœurante.

Donner une «note» au produit est tout simplement impossible. Du mois, sauf si l'on décide de vanter ses qualités répulsives.

 

GLACE

En réalité, le pire de l'expérience se déroule après l'étape de «dégustation». Pendant plus de trente minutes - effet placebo ou pas - nous avons eu des nausées et des crampes d'estomac. Deux phénomènes que l'on retrouve parfois associés à la combinaison et l'ingestion de certains produits chimiques que l'on retrouve dans notre alimentation quotidienne.

Les frites Lay's ne sont pas une exception. Il y a quelques jours, une mère de famille américaine a constaté qu'une glace de marque Walmart ne fondait jamais.

Oui, vous avez bien lu: une crème glacée, placée toute la journée au soleil du mois de juillet, ne fond pas. Pourquoi? La présence de conservateurs et autres arômes artificiels.

Des produits chimiques vendus à bas prix que nous ingurgitons du matin au soir, sans vraiment nous préoccuper de leur origine et de leurs effets à long terme.

Pourtant l'enjeu est de taille: la survie, la santé et le bien-être de l'espèce humaine

 

soylent_green_poster1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

12 commentaire(s)

J-F. Couture dit :
28 juillet 2014 à 8 h 44 min

@M. Reymond: Super cette conclusion avec l'affiche «Soylent Green». Pas besoin de commenter davantage à condition, bien entendu, que l'on ait vu ce film post apocalyptique sorti en 1973 et dans lequel l'excellent Edward G. Robinson joue son dernier rôle. En 1973, je trouvais que 2022 c'était loin mais pas assez pour que la catastrophe annoncée nous ait frappé avec pareille force.

J'avais raison sur le délai mais une chose est demeurée: Il y a toujours quelqu'un pour profiter du malheur d'autrui, voire pour provoquer ledit malheur. Voyez la «crise» de 2008 que nos alchimistes financiers milliardaires nous ont fabriquée sans en subir les conséquences, les laissant sur les épaules du «peuple» via les finances publiques qui sont venues à leur rescousse à coups d'emprunts ajoutés à la dette.

Quoi qu'il en soit et même si, côté croustilles, il m'arrive d'acheter la version «Low Sodium» de la marque en question qui, à poids égal contient moins de sel que la plupart des pains dits «santé» et nombre d'autres produits dont plusieurs fromages. Merci pour vos évaluations mais j'avais déjà rayé ça de ma liste tout comme l'ensemble des précurseurs «aromatisés» comme les «Chips au ketchup» et autres délicatesses. Il n'est pas question que je mange un produit dont la liste d'ingrédients ressemble à un bon de commande d'une usine de produits chimiques.

Et cette autre photo: Du «fromage??» en bonbonne? Mais de qu'essé? Je n'avais jamais vu ça avant ce matin. Quand ça adonnera, je vais regarder la liste des ingrédients.

Mais attention à vous! Des plans pour que les fabricants des ces machins vous poursuivent pour diffamation de leurs produits. Tenez vous prêt ainsi que les avocats de votre employeur. Ces gens-là ont l'épiderme sensible, Peut-être un effet secondaire de l'ingestion massive de leur production. À moins que, sachant de quoi il s'agit, ils se tiennent à carreau. Leur réaction ne serait-elle alors que mercantile? :-)

Canadien69 dit :
28 juillet 2014 à 9 h 07 min

Et ceci sans parler du format des sacs qui a été réduit et que le prix a pas changé , avant on payait $3.00 un format familial de 320 gr. puis ils ont réduit le sac à 300 gr , après à 270 gr , et actuellement remarquez bien ils sont à 255 gr , mais toujours au même prix de $3.00 , alors l.'augmention de prix ils vont la chercher car beaucoup de consommateur ne regarde pas , et j'ai commencer à remarquer les boîtes de conserve la semaine dernière, certaines compagnies ont rapetissées leur boite de conserve sans changer le prix .On se fait avoir dans tout

Pierre Lavallee dit :
28 juillet 2014 à 9 h 30 min

Je ne comprend pas, on vous a forcé à acheter ces produits? Vivre et laisser vivre. Personnellement je ne mange aucun de ces produits mais ça ne me dérange aucunement qu ils soient en vente. J'adore les ris de veau mais je comprend très bien que quelqu'un peut ne pas aimer.si vous voulez manger bio bien libre a vous

Denis825 dit :
28 juillet 2014 à 10 h 08 min

Les chips ont été inventés par les états-uniens pour leur armée en rase campagne. Ça prenait quelque chose qui se conserve presque éternellement.

Après, les chercheurs qui étudient le cancer, le définisse comme une maladie partant de cellules qui ne veulent pas mourir comme ce serait la normale pour elles. Elles veulent vivre éternellement ces cellules, coincidence ou pas ? Je ne sais pas mais vous m'ouvrez des horizons ce matin, les chips les plus bizarres que j'ai mangé c'est à la pizza. Je me contredis un peu car je ne peux pas résister aux chips.

Giosling dit :
28 juillet 2014 à 10 h 44 min

Pas pire votre article, quand on se donne la peine de lire les étiquettes, on a des méchantes surprises des fois, comme celle vus au Costco concernant des baklavas de plus ou moins un pouce par un pouce, chaque baklava représentait 33% de l'apport quotidien en gras saturé ou un burger au poulet grillé (non pané) Mes Compliments tout plein de bon ingrédient sauf pour la carraghénine (carraghénane) qui peut provoquer de l'inflammation intestinale, des ulcérations, des coliques et pouvant même aller jusqu'au cancer du colon.

Un bon téléphone intelligent et une bonne lecture de l'étiquette nous en apprend beaucoup sur les produits que l'on mange et depuis que j'ai eu un cancer du colon, je peux vous dire que c'est étonnant de voir la quantité de produits chimiques dangereux que l'on retrouve dans nos aliments.

Juste pour votre information, la carraghénine est utilisé dans l'alimentation, particulièrement dans les desserts, mais il sert aussi dans les produits ménagés comme le sampooing, les dentifrices, les cirages à chaussures, les lubrifiants et un dernier et non le moindre, les extincteurs. Vous viendrait-il à l'idée d'ingurgiter ces produits ? Et pourtant on le fait en partie en ingurgitant des aliments contenant de la carraghénine.

John Doe dit :
28 juillet 2014 à 11 h 39 min

On se demande bien qui a eu l'idée de produire de telles horreurs, et qui a donné le feu vert. Mais si ça existe, c'est que ça doit marcher auprès d'une certaine "caste" américaine. Depuis plusieurs années, on dirait qu'elle a sans cesse voulu prouver qu'elle pouvait avaler n'importe quoi...

Jean-François Tanguay dit :
28 juillet 2014 à 12 h 57 min

Les chips les plus dégueulasse que j'ai essayé était des chips à la poutine. Je n'ai pas pris la peine de sentir l'odeur qui sortait du sac avant d'essayer ce qui ma value d'être malade. Je ne recommencerai plus l'expérience avec cette saveur de chips.

S. Goudreau dit :
28 juillet 2014 à 13 h 28 min

En passant, pour faire quelques mises aux points, qui dit « naturel » ne veut pas dire « sans produit chimique ». Je vous invite à regarder les posters de James Kennedy sur ce sujet qui illustrent bien ce point : jameskennedymonash.wordpress.com/2014/01/11/bananablueberryegg-ingredients-posters-pdfs/ Par ailleurs, un produit chimique peu être naturel et synthétique à la fois. J’en conviens qu'il est généralement préférable de consommer des aliments ayant subi peu de transformations, encore faut-il comprendre pourquoi. Malheureusement ce texte ne nous donne pas d'explications satisfaisantes et trahit le manque de connaissances en chimie et biologie de l’auteur.

Ginette dit :
28 juillet 2014 à 14 h 05 min

Juste un petit sac de chips nature, léger par deux semaines, c'est pas la fin du monde. Je cuisine tout ce que je mange et avec la meilleure et la plus naturelle nourriture possible. Fruits, légumes, viandes et poissons Je lis toutes les étiquettes et je fais de mon mieux pour manger sainement. Comme tout le monde, je vais mourir quand même mais j'espère garder l'échéance de ma vie le plus éloignée. Aujourd'hui, il est facile de s'informer et de lire sur la saine alimentation. Tant pis pour ceux et celle qui se fichent de leur santé. Le monde est libre de ses choix. Qu'il assume.

Froide Réalité dit :
28 juillet 2014 à 18 h 48 min

Ms Vicky Jalapeno's et les Cape Cod Russet Robust! Les meilleur chips à mon avis :)

Steve Harvey-Fortin dit :
30 juillet 2014 à 12 h 16 min

Ce n'est pas très grave à mon avis car nous sommes déjà des cancers ambulants par différents modes de vie actifs ou inactifs.

Seulement par notre façon de vivre et SURTOUT notre mentalité active (médecine germanique moderne) qui motive nos faits et gestes de la vie quotidienne qui définie nos buts dans la vie fait que nous nous soumettons à une forme de cancer. Regardez seulement une culture comme les vietnamiens qui ont une bonne alimentation; presque pas de stress et une attitude zen. Ils vivent centenaire et plus longtemps que notre peuple qui est motivé principalement par le principe de l'argent. D'autres cultures aussi bien nanti à ce chapitre font office d'exemple.

Simplement faire le bien autour de soi procure un bienfait à l'organisme comme être humain. Dès lors, si nous ne travaillons que pour nous mêmes et nous plaindre de choses et d'autres, nous travaillons contre nous mêmes. Évitez les abus tel que boisson, nourriture dans les excès de table (certaines femmes ont tuer leur mari de cette façon) et le stress inutile permet déjà un bon état d'esprit. On voit les valeurs d'une société et sa bonne santé mentale lorsque celle-ci pratique des bonnes choses, mais si elle a tendance à consommer le désespoir, la haine et la rancune, ses citoyens sont probablement intoxiqué aussi physiquement (tabac, boisson, drogue, gras extrême etc...). Cela représentera la mentalité de la culture en question. L'équilibre de toute chose apporte son lot de bienfaits dans la pratique du remède de son propre état d'esprit même sous l'épreuve la plus difficile.

Bref, quelques fois, nous aimons mieux provoquer nos propres épreuves par un mode de vie négligent en se disant que de toute façon nous allons mourir un jour. Cette façon de penser est très négative et démontre un manque d'intérêt pour le respect du don de la vie.

Portez-vous car c'est votre propre responsabilité.

verotoutcourt dit :
31 juillet 2014 à 16 h 56 min

La malbouffe est un sujet si grave que lorsque l'on essaye de lutter contre, c'est nous qui passons pour des empêcheurs de vivre. J'ai perdu mes espoirs. Mon métier de diététicienne à tendance naturopathe peut "sauver le monde".... sauf que la majorité du monde s'en moque ! Il y a quelques personnes comme vous, sensibles au sujet avec qui on peut discuter. Mais les autres ne veulent pas en entendre parler, trop de contraintes, trop cher, trop, trop.... Bref, merci pour cet article et le livre Toxic !! je me sens moins seule!