/news/health
Navigation
Accidents

Les bricoleurs du dimanche maintenant plus nombreux que les travailleurs à se blesser avec un outil

La plupart des amputations sont causées à la maison et non plus au travail

Centre de la main du CHUM
Photo Courtoisie, CHUM Les amputations et réimplantations de membres sont maintenant plus courantes chez les rénovateurs du dimanche qu’au travail.

Coup d'oeil sur cet article

La santé publique s’inquiète du nombre croissant de rénovateurs du dimanche victimes d’amputations, qui sont maintenant plus nombreux que les travailleurs.

La santé publique s’inquiète du nombre croissant de rénovateurs du dimanche victimes d’amputations, qui sont maintenant plus nombreux que les travailleurs.

Si la rénovation domiciliaire est un passe-temps populaire, les statistiques du Centre provincial d’expertise en réimplantation (CEVARMU), au centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM), montrent clairement que les adeptes doivent être davantage prudents.

Travaux à la maison

Auparavant, les accidents de travail représentaient environ les deux tiers des chirurgies de réimplantation et d’amputation. Or, ce sont maintenant les accidents domestiques qui tiennent les chirurgiens occupés.

Jusqu’ici cette année, déjà 63 patients ont été admis au CEVARMU. Le taux de réimplantation atteint 94 %.

«La tendance a complètement basculé, constate le Dr Alain Danino, directeur du CEVARMU. Il faut que les gens prennent conscience que ce sont des machines dangereuses, et on s’en sert mal.»

Parmi les outils qui causent le plus d’accidents, on retrouve le plateau de sciage, la scie à onglets et la fendeuse à bois. Bref, «le “kit” parfait du Québécois bricoleur», souligne le Dr Danino.

Le CEVARMU est unique au Québec: tous les patients qui nécessitent une amputation, une réimplantation ou une revascularisation y sont opérés.

Après cinq jours, ils retournent chez eux, où ils sont suivis en réhabilitation.

Surtout des hommes

Depuis quelques années, les accidents domestiques ont tellement inquiété les chirurgiens qu’ils ont mené une enquête auprès de 132 patients pour comprendre les circonstances.

Résultat: les accidents concernent surtout les hommes qui font des rénovations à la maison. Statistique intéressante: la plupart des bricoleurs connaissaient bien leur outil puisqu’ils l’utilisaient depuis plus de 10 ans.

«Ce n’est jamais au début que l’accident survient, parce qu’on a peur et qu’on est prudent, souligne le Dr Danino. Mais, une fois qu’on est à l’aise, on arrête de suivre le protocole de sécurité, et c’est là que c’est dangereux.»

En ce sens, 70 % des patients ont rapporté que le garde de sécurité avait été levé lors de l’accident.

À n’importe qui

Et ces accidents peuvent arriver à n’importe qui, insiste le Dr Danino. «On voit des médecins, des ingénieurs, même un démineur. Ce sont des gens compétents.»

Grâce à l’enquête menée à l’interne, les chirurgiens sont maintenant aptes à comprendre l’effet de chacune des machines sur le corps humain.

«Quand on sait si la machine tord, écrase ou tranche, on peut mieux opérer et la réadaptation est plus facile», dit-il.

Commentaires