/news/currentevents
Navigation
Kingsey Falls

Déversement d’eau de Javel industrielle

TPE_norampac_closure0004
Photo Clifford Skarstedt / Agence QMI Ce déversement ne devrait cependant avoir aucun impact sur la qualité de l’eau potable.

Coup d'oeil sur cet article

KINGSEY FALLS – Un déversement d’environ 500 litres d’eau de Javel industrielle s’est produit lundi matin à l’usine Norampac, de Cascades, à Kingsey Falls, dans le Centre-du-Québec.

L’événement s’est produit lors de la chute d’un contenant de manutention sur le site de l’usine, peu après 8 h. En plus de s’introduire dans le sol, l’eau de Javel s’est aussi déversée dans la rivière Nicolet Sud-Ouest.

«Il n’y a eu personne de blessé ou d’incommodé par le produit, a dit Hugo D’Amours, vice-président, communications et affaires publiques chez Cascades. Il n’y a pas eu d’impact sur les travailleurs.»

«Au niveau de la rivière, il y a des poissons qui ont été retrouvés morts au point d’impact et sur une distance d’environ 300 mètres, a indiqué Stéphanie Lemieux, porte-parole du ministère de l’Environnement. Malheureusement, c’est un produit qui est liquide et très soluble, donc il n’y a aucune récupération possible dans la rivière.»

Quant à l’eau de Javel qui s’est déversée sur le sol, des produits absorbants ont été mis en place par l’entreprise pour confiner la substance. «Il y a des travaux d’excavation en cours pour excaver les sols contaminés dans la cour de l’usine», a ajouté la porte-parole du ministère.

D’après Stéphanie Lemieux, l’eau de javel qui s’est répandue a une teneur de 12 % en hypochlorite de sodium, ce qui en fait une matière dangereuse. À titre de comparaison, l’eau de Javel domestique a une teneur de 4 % ou 6 % en hypochlorite de sodium.

Ce déversement ne devrait avoir aucun impact sur la qualité de l’eau potable pour les villes qui s’approvisionnent dans la rivière Nicolet Sud-Ouest, a tenu à préciser Stéphanie Lemieux.

«La prise d’eau de la ville de Nicolet est située à 90 km en aval du déversement, a-t-elle spécifié. C’est une distance très importante. La Ville est informée et elle surveille la situation. Pour le moment, on n’appréhende pas d’impact, mais s’il y a un risque quelconque, la Ville prendra les mesures qui s’imposent.»

De leur côté, les experts du ministère de l’Environnement «tentaient de déterminer la longueur possible de l’impact dans la rivière, avec le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs», a ajouté la porte-parole. Une enquête plus approfondie permettra de déterminer si l’entreprise se verra imposer une amende à la suite de cet événement.

«C’est malheureux, a déclaré Hugo D’Amours. On va chercher à comprendre comment c’est arrivé et faire en sorte qu’un événement comme celui-là ne se reproduise pas.»

Commentaires