/news/currentevents
Navigation
Asphaltage | Outremont

Une erreur gênante pour l’arrondissement

Coup d'oeil sur cet article

L’arrondissement d’Outremont est «gêné» et «embarrassé» d’avoir bâclé des travaux, en faisant asphalter une rue sans avoir fait enlever la station BIXI qui s’y trouvait.

L’arrondissement ne peut toutefois pas dire s’il évaluera la possibilité de donner des sanctions, ni déclarer les coûts supplémentaires engendrés par cette bévue.

Il y a quelques jours, les cols bleus de l’arrondissement devaient asphalter la rue Bloomfield à la hauteur de Bernard. Mais voilà qu’une décision douteuse a été prise par un contremaître, explique le porte-parole d’Outremont, Sylvain Leclerc.

«Habituellement, il y a une planification qui veut qu’on s’assure que les stations sont enlevées avant d’asphalter. Ç’a été oublié. Et quelqu’un (le contremaître) a décidé de faire quand même l’asphaltage. Et c’est là finalement qu’il y a eu une mauvaise décision. Et maintenant tout le monde en est témoin», dit-il.

Le contremaître sera sûrement rencontré pour faire la lumière sur l’incident, ajoute M. Leclerc.

Outremont remédiera à la situation dans les prochains jours. La rue sera asphaltée de nouveau, en retirant la station BIXI cette fois-ci.

En ce qui a trait aux conséquences de l’affaire, M. Leclerc indique que «la gêne publique est un embarras pour nous».

Une affaire de 15 minutes

Du côté de BIXI, on assure n’avoir rien du tout à se reprocher. En effet, Outremont n’a fait aucune demande auprès de BIXI afin que soit déplacée cette station le temps de l’asphaltage, confirme la porte-parole de BIXI.

«Nous répondons à toutes les demandes d’arrondissement dans les 24 à 48 heures suivant la demande. Il arrive même parfois que dans l’urgence, on le fasse la journée même», explique Bérengère Thériault.

«Ça n’a rien de bien compliqué», précise-t-elle. Une station BIXI se déplace en 15 à 30 minutes, selon sa grosseur.

Les déplacements de stations pendant les travaux n’ont d’ailleurs rien d’exceptionnel. Depuis le début de la saison, BIXI a annoncé plus d’une trentaine de fermetures, déplacements et retraits de stations. Dans plusieurs cas, ils étaient occasionnés par des travaux.

Mauvaise image

Le moins qu’on puisse dire, c’est que l’image qui se dégage de cette bévue n’a rien pour attirer la sympathie des citoyens.

«Ce n’est justement pas le moment de donner une image défavorable avec les moyens de pression en cours pour les régimes de retraite. Ça donne l’impression, à tort ou à raison, que les cols bleus s’en foutent», explique la professeure de l’UQAM spécialisée en gestion municipale, Danielle Pilette.

Un cas semblable datant de 2012 a été relevé hier sur Alexandre de Sève dans Ville-Marie.

L’arrondissement a promis de veiller à ce que ça ne se reproduise pas et corrigera lui aussi la situation sous peu.

- Avec la collaboration de Yves Poirier, TVA Nouvelles

Réactions de nos lecteurs
«
Du travail bâclé! »


«
Wow! Vraiment du professionnalisme. Trop paresseux pour défaire le stationnement de BIXI, allez, on fait le contour. »
«
Ça fait dur et pas à peu près! »
«
Les gars qui ont fait ça devraient être suspendus sur-le-champ! Si tu n’es pas capable de faire ta job comme du monde, ne travaille pas! »
«
Incompétents, ces cols bleus! »
«
Dire qu’il y a quatre cerveaux autour d’une pelle qui a pas vu qu’il y a quelque chose qui marchait pas...»
«
Ça, c’est un problème ­de coordination. Quelqu’un de la compagnie BIXI n’a pas fait sa job pour s’assurer qu’il n’y aurait pas de BIXI lors du pavage. »
«
On a rien “butché’’ (nous).»
Commentaires