/news/consumer
Navigation
Habitation

Château inusité à vendre pour seulement 489 000 $

Le propriétaire de 87 ans est presque aussi original que sa maison qui attire l’attention

Alfredo Del Val
photo CHANTAl POIRIER Alfredo Del Valle souhaite vendre rapidement son château afin de terminer ses jours en Espagne, sa terre natale.

Coup d'oeil sur cet article

Vous avez toujours rêvé d’acheter un château espagnol? Vous pouvez en trouver un... à L’Assomption, pour seulement 489 000 $.

Vous avez toujours rêvé d’acheter un château espagnol? Vous pouvez en trouver un... à L’Assomption, pour seulement 489 000 $.

Résidence clôturée ornée de tours de pierre, vitraux du 17e siècle, armure de chevalier: tout pour faire baver d’envie les fans du Trône de fer. Le «château de L’Assomption», comme l’appellent les résidents de la ville, a été mis en vente il y a quelques jours.

Sans surprise, le propriétaire de cette originale et surprenante demeure, Alfredo Del Valle, 87 ans, est un coloré personnage.

«Tout a commencé en 1974. À l’origine, ce n’était qu’une petite maison mobile et un garage pour mes voitures de collection», raconte M. Del Valle.

«À ce prix de vente-là, c’est une aubaine, assure-t-il, j’ai mis 800 000 $ pour construire moi-même cette maison.»

Né à Madrid d’un père collectionneur d’antiquités, le petit Alfredo fuit l’Espagne de Franco à l’âge de 10 ans pour la France. Sa famille, bien nantie, a alors tout perdu.

«En France, j’ai appris la langue. Alors je suis venu à Montréal en 1951, je trouvais que c’était une belle place», dit-il.

Du flair pour les affaires

Après avoir été propriétaire dans les années 1960 du club Casa d’Espagne sur la rue Sainte-Catherine, il devient détaillant de croisières dans les Caraïbes.

«En 1981, j’ai ouvert une compagnie, La croisière s’amuse. Nous faisions affaire avec le plus grand grossiste de croisières au pays», dit-il.

«À la fin des années 1980, j’ai acheté un bateau de croisière à Miami. Les casinos sont interdits là-bas, alors nous allions à 10 milles vers les Bahamas et nous pouvions jouer, en toute légalité», confie-t-il.

Puis il vend son bateau... pour un sous-marin. «Je me suis dit que je n’avais jamais eu de sous-marin, alors j’en ai acheté un à un homme aux Bahamas qui avait des problèmes d’argent», se souvient-il.

À nouveau lassé d’offrir des balades à des touristes, cette fois sous l’eau, il vend son engin après trois ans.

En 1991, Del Valle se fait approcher par Voyages Air Transat. Il vend leurs contacts dans l’industrie et leur expérience en échange d’un poste de VP pour développer leur département de croisières.

Retour aux origines

M. Del Valle et sa femme Claudette Veronneau, 75 ans, souhaitent maintenant se reposer de toutes ces aventures et vendre leur maison pour s’acheter un condo en Espagne.

«C’est trop d’entretien, une telle maison pour nous. Je veux la vendre, et si possible avec toutes les antiquités qui s’y trouvent», espère-t-il.

Ce n’est pas son épouse qui s’en plaindra.

«Je déteste les antiquités et j’ai épousé un maniaque des encans, rigole Mme Veronneau. Ma maison est un vrai musée, et, si je n’avais pas arrêté mon mari, ce serait encore pire.»

Avis aux intéressés: le prix ne comprend ni les bottes du président américain Lyndon B. Johnson ni les innombrables collections d’antiquités. À vous de négocier avec le redoutable homme d’affaires.

 

Une demeure royale
L’immense résidence, évaluée à 380 200 $ comprend 12 pièces, dont 4 chambres et 3 salles de bains.
La chambre des maîtres comprend un mur de pierre et un foyer encastré pour réchauffer les nuits d’hiver. Au plafond, des reproductions de tableaux médiévaux célèbres, dont la Vénus de Michelangelo, réalisées par un peintre italien. Les peintures ont été ensuite acheminées à M. Del Valle dans d’énormes tuyaux.
Dans le vestibule se trouvent des vitraux originaux du 17e siècle, que le père de M. Del Valle s’était procuré en offrant des pièces d’or aux églises catholiques espagnoles en manque d’argent.

Une véritable armure de chevalier de l’époque médiévale fait face aux vitraux. Elle appartenait jadis au grand-père de M. Del Valle, puis à sa tante, avant que M. Del Valle se rende en Espagne pour en prendre possession.

La pièce maîtresse de la chambre de bain principale est sans nul doute l’ensemble de robinets en or de 23 carats, qui sont des répliques de ceux que possédait le second mari de Jacqueline Kennedy, le célèbre armateur grec Aristote Onassis.
Le devant de la maison en agrégat est orné de tours de pierre avec un immense taureau rugissant.
La collection d’Alfredo Del Valle
Calèche et voitures de collection comprenandont une Ford 31, une Lincoln, une Rolls Royce
Un service à thé en argent de 14 livres qui a appartenu à la dernière survivante du Titanic, la Britannique Millvina Dean.
Une paire de bottes ayant appartenu à l’ancien président américain Lyndon B. Johnson
«
On n’a plus les châteaux qu’on avait! C’est plutôt une maison mobile modifiée au cours des années!»
«On s’entend qu’il s’est défraîchi avec le temps, mais j’aime encore mieux que le petit château reste là que de voir des semi-détachés.»
- Lisette Chayer
«
Le château ne fitte pas pantoute dans le reste du quartier.»
«Quand (la maison) a été mise en vente, tout le monde était excité: on allait enfin pouvoir voir de quoi ç’a l’air à l’intérieur.»
«On a été surpris en voyant les photos, on aurait pensé que ça aurait été bien plus cucul que ça.»
- Radja O’Brien
«
C’est spécial, une maison qui ressemble à un phare, à un château tout clôturé et renfermé.»
-Hélène Hébert
«
Quand on a déménagé dans la rue, on se demandait si c’était un casino. Ou peut-être que c’étaient des gens qui venaient d’ailleurs, là où il y a des rois.»
- Jasmine Dantes
«
Au début, c’était bizarre quand on a vu ça. Ça ressemble à une énorme forteresse. Mais on a fini par s’habituer.»
- M me Chausse
Commentaires