/misc
Navigation
baseball

Il y a 20 ans la grève du baseball

BASEBALL-UMPIRES-CHICAGO
Photo afp La grève de baseball en 1994 a causé l’annulation d’une partie de la saison régulière et des séries éliminatoires de 1994, incluant la Série mondiale, en plus de retarder le début de la saison régulière en 1995.

Coup d'oeil sur cet article

Est-ce que c’est le temps qui passe rapidement ou est-ce notre mémoire qui demeure toujours consternée par suite d’un événement qui a marqué brutalement l’histoire des Expos et du baseball ? Dans nos vies, il y a toujours des moments qui nous marquent et qui provoquent des sentiments de frustration ou de haine.

Est-ce que c’est le temps qui passe rapidement ou est-ce notre mémoire qui demeure toujours consternée par suite d’un événement qui a marqué brutalement l’histoire des Expos et du baseball ? Dans nos vies, il y a toujours des moments qui nous marquent et qui provoquent des sentiments de frustration ou de haine.

L’Histoire a laissé sa marque dans la vie des gens, et ce, depuis la nuit des temps. Soit pour un moment de joie ou de tristesse, on se souvient toujours des circonstances et de l’endroit où nous étions. Ces moments demeurent gravés dans nos mémoires à tout jamais

Le 11 août 1994, Jacques Doucet, Denis Casavant, Alain Chantelois et moi étions à Pittsburgh pour décrire un match opposant les Expos aux Pirates. Loin de nos pensées était la possibilité que la saison ne reprenne pas. Les Expos dominaient la division Est de la Ligue nationale et tout le baseball majeur avec un dossier de 74 victoires et 40 défaites. Tony Gwynn tentait de devenir le premier joueur depuis Ted Williams à frapper pour une moyenne au bâton de .400 alors qu’il affichait une moyenne de .394.

Roger Maris détenait la marque de 61 coups de circuit dans une saison qu’il avait établie en 1961. En 1994, avec 47 parties à disputer, Matt Williams, l’actuel gérant des Nationals, était à 18 coups de circuit du record tandis que Ken Griffey Jr, lui, il ne lui manquait que 21 circuits pour atteindre la marque de Maris.

Les joueurs croyaient en un retour

Un fait assez inusité, c’était sans aucun doute que les Rangers du Texas occupaient le premier rang de la Division Ouest avec une fiche peu étincelante de 52 victoires et 62 défaites, dix matchs sous la moyenne de .500.

Le comble du ridicule et un manque total de respect envers les partisans se sont passés le 31 août. Imaginez que 20 jours après le déclenchement de la grève, les Twins du Minnesota échangèrent le vétéran Dave Winfield aux Indians de Cleveland.

Pendant de nombreux jours avant le conflit, les joueurs étaient sûrs que la grève serait d’une courte durée. Je me souviens encore des propos de Marquis Grissom qui soulignait que les deux parties en viendraient à une entente, car personne n’envisageait que la Série mondiale soit annulée.

Les commentateurs et les employés des Expos ignoraient tout des négociations entre l’Association des joueurs et les propriétaires du baseball. D’ailleurs, dans les bureaux des Expos, on discutait régulièrement des différents scénarios possibles, mais jamais de l’annulation complète de la saison. Jusqu’au moment où la réalité nous frappe durement.

Pertes d’emplois

Ne soyez pas inquiets, les hauts dirigeants des équipes de baseball n’ont pas perdu leur emploi. Les recruteurs et les employés de bureau ont été touchés, car plusieurs postes ont été abolis. Les commentateurs des Expos ont décrit des matchs du niveau AAA pendant quelques semaines.

Dans les circonstances, ce n’est pas drôle, mais cocasse. Nous étions à Syracuse pour décrire un match. Dans la journée précédant le match, mon collègue Jacques Doucet a décidé d’aller faire une marche. Il y avait un problème que nous avions oublié. L’hôtel où nous demeurions était situé au beau milieu de nulle part en banlieue de Syracuse. Et Jacques était allé faire sa marche… dans le seul endroit disponible, soit le stationnement de l’hôtel!

L’ironie du sort

Le plafond salarial était le point important du litige entre les joueurs et les propriétaires. Les joueurs ont gagné sur tous les points et la masse salariale n’a jamais cessé d’augmenter au fil des années. Les propriétaires ont finalement cédé en partageant leurs revenus avec les équipes les moins nanties.

Donald Fehr, alors président de l’Association des joueurs, était complètement contre le plafond salarial et il n’était pas question que les joueurs cèdent.

Aujourd’hui, Don Fehr est à la tête des joueurs de hockey de la LNH. Aussi incroyable que cela semble irréaliste, il a signé la dernière entente des joueurs avec les propriétaires qui comprend un plafond salarial. Est-ce le temps passé ou le tort qu’il a fait au baseball majeur qui lui fait mieux comprendre l’importance d’un plafond salarial?

Le 14 septembre 1994, le commissaire Bud Selig annonçait que la saison 1994 était annulée, incluant les séries éliminatoires et la Série mondiale. Une décision qui a marqué la vie de plusieurs personnes, dont les partisans et employés des Expos.

Le maire Jean Drapeau m’avait dit et je cite: «Il ne faut jamais être rancunier aussi longtemps que nous avons une mémoire.»

Sauf que, monsieur le maire, vous aviez oublié de m’expliquer comment maîtriser mes sentiments lors de mon réveil du 12 août... car il n’y avait pas de match de baseball!

Les propriétaires et joueurs millionnaires se foutaient des partisans et des travailleurs permanents et occasionnels qui ont perdu leurs emplois.

Oui, 20 ans plus tard, on tente de ramener les Expos à Montréal... heureusement.​

 

Commentaires