/misc
Navigation

Avortement: attardé Canada

Coup d'oeil sur cet article

 

J’ai lu dernièrement un texte fort intéressant de Québec Science portant sur la mifépristone, aussi appelée RU 486, qui est un stéroïde synthétique utilisé chez la femme comme abortif, en début de grossesse. Bref, un avortement chimique. Cette méthode est approuvée dans 57 pays, et est même offerte en France et en Chine depuis 26 ans.

Alors que l’avortement au Canada est légal et sans restriction depuis 1988, RU 486 est à l’étude, chez Santé Canada, mais n’est pas encore disponible. Le Canada, pays supposément moderne et progressiste, n’offre actuellement pas l’avortement au Nouveau-Brunswick ou à l’île du prince Édouard. Comprenez-moi : je ne valorise pas l’avortement, mais j’estime qu’en 2014, toute femme pourrait mettre fin à une grossesse indésirable en sécurité près de chez elle.

À Ottawa, peu de saisons passent sans que certains élus du gouvernement Harper veuillent ouvrir le débat sur l'IVG. En 2011, c’était le député Brad Trost, suivi de Stephen Woodworth, en 2012. Ce dernier demandait à ce qu'un comité parlementaire se penche sur le statut juridique de l’embryon. Faisant remarquer que les droits du foetus au Canada sont les mêmes qu'au 19e siècle et allait même jusqu'à dire que ses droits étaient « archaïques ». Sa motion était battue par 203 voix contre 91. Lorsque nous vérifions les résultats du vote, nous pouvons constater que le Québec est la seule province, hormis les territoires, où aucun élu n’a voté pour sa motion. Quand on parle des deux solitudes... Sans surprise, Woodworth revenait à la charge en 2013 avec une nouvelle motion.

Les femmes qui subissent un avortement font rarement ce choix à la légère et ce n’est pas quelque chose qu'elles répètent ad nauseum. C’est une épreuve de vie douloureuse. Les raisons peuvent être multiples et personne n’a à juger de leur choix. J’ai personnellement un malaise avec les avortements tardifs, ou l’avortement sélectif selon le sexe du foetus, mais mon malaise devient immense lorsque je sais qu’on étudie encore RU 486 dans nos laboratoires alors que 57 pays du monde l’autorisent. Ça me tétanise qu’on oblige les femmes à subir un avortement habituel, qui ne peut avoir lieu qu’après six semaines de grossesse, alors qu’une alternative existe et peut-être utilisée en début de gestation. Personne ne devrait subir un avortement alors qu'un comprimé existe. Chaque jour d’attente en est un de trop lorsqu’on ne souhaite pas mener sa grossesse à terme. Santé Canada devrait en prendre note.

Je ne peux que me demander si nous sommes devant un dossier plus politique que médical. Lorsqu’on gouverne un pays, se mêler de ce qui se passe dans l’utérus des femmes ne devrait pas faire partie de notre mandat.

54 commentaire(s)

Gabrielle Rochon dit :
13 août 2014 à 7 h 49 min

" J’ai personnellement un malaise avec les avortements tardifs, ou l’avortement sélectif selon le sexe du foetus, mais mon malaise devient immense lorsque je sais qu’on étudie encore RU 486 dans nos laboratoires alors que 57 pays du monde l’autorisent. Ça me tétanise qu’on oblige les femmes à subir un avortement habituel, qui ne peut avoir lieu qu’après six semaines de grossesse, alors qu’une alternative existe et peut-être utilisée en début de gestation. Personne ne devrait subir un avortement alors qu’un comprimé existe."

Je me demande ce qui provoque ce malaise pour les IVG tardifs ou ciblés.

Un meurtre reste un meurtre, moi ce qui me tétanise est de constater que le meurtre d'un enfant, peu importe son stade de développement, puisse être accepté dans une société dite évoluée.

Un peuple qui tue ses propres enfants est un peuple barbare.

Tu ne tuera pas, telle est la loi de Dieu, et même sans cette loi, la loi naturelle inscrite dans le cœur de tout homme, devrait suffire à arrêter le massacre.

Le monde pleure sur des bébés phoques et les enfants ont les jettent à la poubelle.

De nos jours tout est comptabilisé en vote ou en $... même les enfants à naître.

Robert Lemieux dit :
13 août 2014 à 9 h 06 min

C'est grâce à la charte des droits et libertés que l'avortement a cessé d'être un crime en 1988. C'est grâce à la charte des droits et libertés que les tentatives de criminaliser à nouveau l'avortement échoueront.

C'est pratique une charte des droits et libertés. Mais Madame Longpré n'est pas de cet avis, comme nous le rappelle sa position sur la charte Drainville.

Madame Longpré dénonce les gouvernements qui se mêleraient de ce qui se passe dans l'utérus des femmes. Mais madame Longpré applaudit les gouvernements qui se mêlent de ce qui se passe dans le coeur des femmes.

Madame Longpré n'est pas sans savoir que les soins de santé sont de juridiction provinciale. Pourtant elle accuse le Canada tout entier pour le comportement délinquant de deux provinces parmi les plus petites et les plus pauvres. Un bijou de mauvaise foi.

P.-S. « peut-être » s'écrit « peut être » dans « une alternative existe et peut-être utilisée en début de gestation »

vraifederaliste dit :
13 août 2014 à 9 h 06 min

Je n'ai pas de malaises avec les avortements sélectifs suivant le sexe du foetus...ce devrait être interdit et ceci bénéficie à une clique médicale sans scrupules, au Québec et au Canada. Rappelons que ceci est la cause de la perte de l'équilibre de la proportion homme-femme en Chine et en Inde (en Chine il y a 90 millions de plus d'hommes que de femmes).

Comme d'habitude vous dirigez votre vindicte contre Ottawa...

Je vous inviterais à lire les commentaires sur certains sites et blogues nationalistes ou les appels à la renaissance du 'ventre nationaliste', de favoriser le salaire familial pour maintenir les femmes à la maison, des appels aux québécoises à faire beaucoup plus d'enfants pour arrëter l'envahissement migratoire, voire une remise en cause de la contraception et du droit à l'avortement, ne sont pas aussi rares que vous le suggérez...

N'évoquons pas non plus ici, les positions du clergé québécois, notamment du cardinal Marc Ouellet, dons les positions réactionnaires n'ont rien à envier aux quelques crétins désirant donner des droits aux foetus...

Il n'y a rien a attendre a ce sujet des Conservateurs mais obtenir un avortement au Québec, dans certains endroits, n'est pas une partie de plaisir, notamment en régions...

Les ennemis du libre choix ne sont pas tous à l'ouest de la rivière Rideau...

Roger Boivin dit :
13 août 2014 à 9 h 24 min

« ..mais j’estime qu’en 2014, toute femme pourrait mettre fin à une grossesse indésirable en sécurité près de chez elle. »

Dès qu'il y a procréation, il y a vie humaine. Et ces petits être en formation, peu importe l'étape où ils en sont, sont des humains à part entière. De quel droit peut-on décider de mettre fin à leur vie ? Qu'ont-ils fait de si condamnable pour se mériter ainsi la peine capitale ?

Les Gouvernements se prennent pour qui pour statuer que ce ne sont pas des êtres humains, qu'on peut les tuer quand ils dérangent ?

Roger Boivin dit :
13 août 2014 à 9 h 29 min

Pie XI :

« "Mais il faut encore, Vénérables Frères, mentionner un autre crime extrêmement grave par lequel il est attenté à la vie de l'enfant encore caché dans le sein de sa mère. Les uns veulent que ce soit là chose permise, et laissée au bon plaisir de la mère ou du père ; d'autres reconnaissent qu'elle est illicite, à moins de causes exceptionnellement graves auxquelles ils donnent le nom d'indication médicale, sociale, eugénique. Pour ce qui regarde les lois pénales de l'Etat, qui interdisent de tuer l'enfant engendré mais non encore né, tous exigent que les lois de l'Etat reconnaissent l'indication que chacun d'eux préconise, indication différente, d'ailleurs, selon ses différents défenseurs ; ils réclament qu'elle soit affranchie de toute pénalité. Il s'en trouve même qui font appel, pour ces opérations meurtrières, à la coopération directe des magistrats ; et il est notoire, hélas ! qu'il y a des endroits où cela arrive très fréquemment. Quant à « l'indication médicale ou thérapeutique », pour employer leur langage, nous avons déjà dit, Vénérables Frères, combien nous ressentons de pitié pour la mère que l'accomplissement du devoir naturel expose à de graves périls pour sa santé, voire pour sa vie même : mais quelle cause pourrait jamais suffire à excuser en aucune façon le meurtre direct d'un innocent ? Car c'est de cela qu'il s'agit ici. Que la mort soit donnée à la mère, ou qu'elle soit donnée à l'enfant, on va contre le précepte de Dieu et contre la voix de la nature : « Tu ne tueras pas ! » La vie de l'un et de l'autre est chose pareillement sacrée ; personne, pas même les pouvoirs publics, ne pourra jamais avoir le droit d'y attenter. C'est sans l'ombre de raison qu'on fera dériver ce droit du ius gladii, qui ne vaut que contre les coupables ; il est absolument vain aussi d'alléguer ici le droit de se défendre jusqu'au sang contre un injuste agresseur (car, qui pourrait donner ce nom d'injuste agresseur à un enfant...

Roger Boivin dit :
13 août 2014 à 9 h 29 min

(car, qui pourrait donner ce nom d'injuste agresseur à un enfant innocent ?) : il n’y a pas non plus ici ce qu'on appelle le « droit de nécessité extrême », qui puisse arriver jusqu'au meurtre direct d'un innocent.

Pour protéger par conséquent et sauvegarder chacune des deux vies, celle de la mère et celle de l'enfant, les médecins probes et habiles font de louables efforts : par contre, ils se montreraient fort indignes de leur noble profession médicale, ceux qui, sous l'apparence de remèdes, ou poussés par une fausse compassion, se livreraient à des interventions meurtrières.

Ces enseignements concordent pleinement avec les paroles sévères que l'évêque d'Hippone adresse aux époux dépravés, qui s'appliquent à empêcher la venue de l'enfant et qui, s'ils n'y réussissent pas, ne craignent pas de le faire mourir. « Leur cruauté libidineuse, ou leur volupté cruelle, dit-il, en arrive parfois jusqu'au point de procurer des poisons stérilisants, et si rien n'a réussi, de faire périr d'une certaine façon dans les entrailles de la mère l'enfant qui y a été conçu : on veut que l'enfant meure avant de vivre, qu'il soit tué avant de naître. A coup sûr, si les deux conjoints en sont là, ils ne méritent pas le nom d'époux ; et si dès le début ils ont été tels ce n'est pas pour se marier qu'ils se sont réunis, mais bien plutôt pour se livrer à la fornication : s'ils ne sont pas tels tous deux, j'ose dire : ou celle-là est d'une certaine manière la prostituée de son mari, ou celui-ci est l'adultère de sa femme. » (S. August., De nupt. et concup., ch. XV). [...]

Roger Boivin dit :
13 août 2014 à 9 h 30 min

Toujours S. S. Pie XI :

« Enfin, ceux qui dans les nations, tiennent le pouvoir ou élaborent les lois n'ont pas le droit d'oublier qu'il appartient aux pouvoirs publics de défendre la vie des innocents par des lois et des pénalités appropriées, et cela d'autant plus que ceux dont la vie est en péril et menacée ne peuvent se défendre eux-mêmes, et c'est assurément le cas, entre tous, des enfants cachés dans le sein de leur mère. Que si les autorités de l'Etat n'omettent pas seulement de protéger ces petits, mais que, par leurs lois et leurs décrets, ils les abandonnent et les livrent même aux mains de médecins ou d'autres, pour que ceux-ci les tuent, qu'ils se souviennent que « Dieu est juge et vengeur du sang innocent qui, de la terre, crie vers le ciel » (Genèse IV, 10)."

Nelson dit :
13 août 2014 à 9 h 43 min

Malheureusement, nous sommes gouvernés par des fondamentalistes religieux à Ottawa, donc, les droits des femmes passent en dernier.

Si des méthodes existent en 57 pays et même en France pour interrompre des grossesses aux débuts de celle-ci, en évitant des interruptions médicales plus traumatiques plus tard, ça vais de soi que tous les femmes et beaucoup d'hommes doivent écrire à leurs députés et le gouvernement, et les gouvernements provinciaux devraient aussi s'impliquer, surtout un gouvernement dirigé par 3 médecins comme le notre.

La population n'exerce pas assez les pouvoirs immenses qu'elle a, et pourtant ça marche, comme c'est arrivé quand 300 mille citoyens ont envoyé des emails à l'Assemblée Nationale de Québec pour avoir une Commission d'Enquête sur les travaux de construction publiques , et le gouvernement Charest à été obligé à accepter.

Les députés conservent leur emploi seulement si les citoyens votent pour eux, donc, des pressions aux députés doivent être faites dans ce cas.

Nous savons tous que un sur quatre grossesses est interrompu, et que si les conservateurs réussissent à les interdire, et l'aide médicale, beaucoup des femmes mourront ou seront traumatisés en interruptions clandestines, comme les 70 mille décès par année et les 15 millions des traumatismes qu'arrivent dans le monde chaque année (OMS).

Denis825 dit :
13 août 2014 à 9 h 50 min

Avortement: attardé Canada

Vous qui enseignez le français Madame Longpré, c'est une question de détail sans doute mais j'aimerais savoir de quelle logique provient votre titre. Mettre l'adjectif devant le nom correspond à une forme plutôt anglaise. Vous pourriez tout aussi bien attaquer le Canada avec un titre français et plus compréhensible.

Ce n'est même pas que je sois si sensible au français que je martyrise allégrement moi-même mais quand même... il me semble que si j'avais un titre et qu'en plus j'étais professeur de français, je ferais un petit effort pour ne pas le rater.

vraifederaliste dit :
13 août 2014 à 10 h 04 min

@Robert Lemieux

Vous avec raison.

En plus notre chroniqueuse, drapée en permanence, dans le logo du PQ, ancienne candidate, a bien sûr oublié de mentionner que l'avortement était une responsabilité provinciale et que l'on peut toujours utiliser la clause nonobstant...

Merci aussi de citer la charte des droits et libertés que les Drainville et compagnie voulaient utiliser comme du papier...

Instantanément nous assistons aux réactions de ceux qui veulent forcer les femmes a garder leur enfant non désiré pour l'adoption...ou les forcer a retourner aux faiseuses d'anges...dans les cuisines, avec des ciseaux...

MelT dit :
13 août 2014 à 10 h 10 min

@Roger Boivin : "Dès qu’il y a procréation, il y a vie humaine. Et ces petits être en formation, peu importe l’étape où ils en sont, sont des humains à part entière. De quel droit peut-on décider de mettre fin à leur vie ? Qu’ont-ils fait de si condamnable pour se mériter ainsi la peine capitale ?"

Tu préfères sans doute des enfants élevés dans de mauvaises conditions, par des enfants, ou des enfants sans qualité de vie ? Que la DPJ ramasse sans arrêt ? Drogués avant même de naître ? Ou des enfants mal aimés ? Parce que la mère n'en voulait pas dès le départ (viol, défaut du préservatif, etc.) ? Moi je crois que laisser un enfant vivre dans de tels conditions est bien pire ! Ça, c'est un crime ! Et tu préfères sans doute aussi que les femmes tentent de s'avorter elles-mêmes, comme avant, et se tuent ?

Jean-Léon Laffitte dit :
13 août 2014 à 10 h 15 min

Il faut que les lois canadiennes s'adaptent aux connaissances scientifiques contemporaines :

"A la question : "A partir de quel moment le mot "tuer" s'applique-t-il ?", il faut, à mon avis, répondre : dès la jonction des gamètes mâles et femelles. Après la conception, débute une trame de développement continu qui ne permet aucun découpage. L'avortement est un meurtre."

(Hubert Reeves, astrophysicien, "Malicorne")

Xyste de Verchères dit :
13 août 2014 à 10 h 35 min

@ Longpré

Qui dit que : «Comprenez-moi : je ne valorise pas l’avortement, mais j’estime qu’en 2014, toute femme pourrait mettre fin à une grossesse indésirable en sécurité près de chez elle.»

Dites-moi, savez-vous le nombre d'avortement ont été pratiqué au Québec depuis 50 ans?

Évidemment, vous en savez rien. Votre peuple se meurt de ne pas se perpétuer et votre seul intérêt c'est le soi-disant droit de régler le problème et le faire payer par le peuple.

Depuis 50 ans, il s'est pratiqué plus 1,5 million d'avortement. Bravo tout un exploit du socialisme québécois.

Xyste de Verchères dit :
13 août 2014 à 10 h 38 min

@ Longpré

Qui dit que : «Comprenez-moi : je ne valorise pas l’avortement, mais j’estime qu’en 2014, toute femme pourrait mettre fin à une grossesse indésirable en sécurité près de chez elle.»

Dites-moi, savez-vous le nombre d'avortement qui ont été pratiqué au Québec depuis 50 ans?

Évidemment, vous n'en savez rien. Votre peuple se meurt de ne pas se perpétuer et votre seul intérêt c'est le soi-disant droit de régler le problème et le faire payer par le peuple. En toute sécurité bien entendu.

Depuis 50 ans, il s'est pratiqué plus de 1,5 million d'avortement.

Bravo ! Tout un exploit du socialisme québécois.

Steve Harvey-Fortin dit :
13 août 2014 à 10 h 43 min

L'avortement est un crime contre la vie et Dieu !

Roberto Allegro dit :
13 août 2014 à 11 h 16 min

Citer la chine en exemple à suivre pour le controle des naissance... On aura tout vu quand vient le temps de chercher des poux.

57 pays sur environ 200... c'est a peine plus de 25%.

Et ce n'est pas parce que c'est légal que l'état doit payer, ces deux provinces ont fait le choix de ne pas payer. Vous êtes vous renseigné si cela était disponible au privé?

Mais pour le reste, je ne suis pas plus pro vie que pro choix, je crois sincèrement que c'est une question de jugement. Mais si l'interuption de grossesse devient trop facile, il y a un danger d'abus tant qu'a moi...

Georges Allaire dit :
13 août 2014 à 11 h 21 min

Déchiqueter un enfant ... est une irresponsabilité sociale qui explique l'empoisonnement prochain des vieux.

Xyste de Verchères dit :
13 août 2014 à 12 h 56 min

En plus de censuré, c'est fait en hypocrite. L'intervenant ne reçoit aucun message. C'est comme si son intervention n'avait jamais eu lieu.

Un vrai tribunal d'inquisition.

Jean-François Tanguay dit :
13 août 2014 à 13 h 07 min

@Gabrielle Rochon, @Roger Boivin. De la façon dont vous expliquez vos arguments, ils seraient donc impossible d'interrompre une grossesse non désiré à la suite d'un viol ? Ou y aurait-il des exception pour les cas de viols ?

Mike Cowen dit :
13 août 2014 à 13 h 16 min

Les hommes nous devrions de fermer quand il s'agit d'avortement. Moi quand je vois des hommes se mêler de ça, ça me fâche. Aucun homme ne sera enceinte.

Gang de contrôleurs frustrés.

Nelson dit :
13 août 2014 à 14 h 54 min

50 millions des femmes interrompent leurs grossesses chaque anne dans le monde. (OMS).

Une sur 4 grosseses n'est pas amené à terme, depuis toujours.

Fait partie de la réalité humaine, c'est donc, naturel.

Inutile et méchant insulter les femmes que le font.

Encore plus méchant les refuser des moyens pour le faire depuis les débuts des grossesses.

Et encore plus méchant encore tuer et traumatiser des femmes en pénalisant l'interruption des grossesses et l'aide médicale pour le faire.

70 mille femmes meurent et 15 millions sont traumatisés en interruptions de grossesses horribles faites clandestinement, chaque année. (OMS).

Les hommes qui insultent les femmes qui interrompent leurs grossesses sont des monstres.

Xyste de Verchères dit :
13 août 2014 à 16 h 40 min

@ Nelson

Qui dit que : «Les hommes qui insultent les femmes qui interrompent leurs grossesses sont des monstres.»

Vous avez déjà assisté à un avortement? Surement pas pour dires autant d'inepties. Nous sommes très loin d'une interruption de grossesse. Le terme n'évoque en rien la réalité de l'événement. C'est des belles phrases marxistes du «politiquement correct».

Depuis 50 ans, 1,5 millions enfants à naître ont été avortés au Québec au nom du droit des femmes. Une société en phase de dénatalité si profonde que rien ne pourra empêcher sa disparition.

Bravo! Quel merveilleux accomplissement du socialisme québécois.

Xyste de Verchères dit :
13 août 2014 à 16 h 41 min

@ Nelson

Qui dit que : «Les hommes qui insultent les femmes qui interrompent leurs grossesses sont des monstres.»

Vous avez déjà assisté à un avortement? Surement pas pour dires autants d'inepties. Nous sommes très loin d'une intérruption de grossesse. Le terme n'évoque en rien la réalité de l'événement. C'est des belles phrases marxistes du «politiquement correct».

Depuis 50 ans, 1,5 millions enfants à naître ont été avortés au Québec au nom du droit des femmes. Une société en phase de dénatalité si profonde que rien ne pourra empêcher sa disparition.

Bravo! Quel merveilleux accomplissement du socialisme québécois.

Onesime dit :
13 août 2014 à 17 h 30 min

@Mel't @Jean François Tanguay @ Nelson

La loi canadienne permet de se faire avorter le jour même de son accouchement.Si un médecin pratique l'avortement dans les instants qui précèdent l'accouchement, élimine-t-il un enfant ? S'il pratique son avortement lorsque le foetus est à moitié sorti, élimine-t-il un enfant ? S'il pratique son avortement alors que le foetus est sorti mais toujours rattaché à la mère par le cordon ombilical, élimine-til un enfant ? Votre réponse serait appréciée pour déterminer à quel moment on devient un être humain.

Onesime dit :
13 août 2014 à 17 h 34 min

@ Mike Cowen

Selon votre raisonnement, si une mère tue sa fille, les hommes n'ont pas à se mêler de ça, ils ne peuvent juger si cet acte est bon ou mauvais.

vraifederaliste dit :
13 août 2014 à 18 h 03 min

@Xyste de Verchères

Si j'en juge par vos interventions précédentes, de leurs virulences, vous êtes pour 'le ventre nationaliste'...

Les nationalistes identitaires, ceux qui frappent leur coulpe sur la disparition 'du peuple québécois' revent tous de la même chose;

Que nos compagnes utilisent leur ventre pour préserver 'la race' Qu'elles restent à la maison avec un salaire comme mère de famille L'interdiction de l'avortement, du libre choix et pour les plus ultras de la contraception ou de l'avortement après un viol ou un inceste...n'est-ce pas ? Que l'on favorise l'adoption ce qui revient à transformer les 'coupables' en poules pondeuses...

C'est le programme de toute l'extrême-droite catholique ou protestante réactionnaire partout...qui se ressemble...

Le tout sous la sainte main de notre Mère l'Eglise...malheureusement pour tous ces gens, les femmes québécoises ne veulent plus être forcées de 'mettre bas' des familles de 10 ou 12 enfants comme leur grand-mère et parfois leur mère..

Je lisais que la population globale du monde va être de 11 milliards en l'an 2100...Nous sommes déjà trop nombreux. Malthus va finir par avoir raison et les conséquences seront terribles.

Henry Morgentaler disait fort justement;

Les enfants désirés sont des enfants aimés....

@Nelson, Mike Cowen

Bravo...

@Roberto Allegro

Vous n'avez pas compris pour la Chine. C'est une des conséquences de la politique de l'enfant unique. les Chinois veulent avoir des garcons, surtout dans les campagnes, car au moment de leur retraite ils peuvent aller chez leur fils mais jamais chez leur fille...qui s'occupe des parents de son mari...

vraifederaliste dit :
13 août 2014 à 18 h 14 min

@Jean-Léon Laffitte

Ceci est votre opinion pas une vérité universelle

Les Juifs et les Boudhistes ne reconnaissent aucun droit au foetus...et dans de nombreux pays a cause du problème de la dot pour les filles, la non-transmission de l'héritage aux filles, les mères tuent les filles, discrètement après les accouchements. Le problème est particulièrement grave dans certaines communautés en Chine mais aussi aux Indes chez les Shiks au Punjab ou il y a maintenant 3 fois plus d'hommes que de femmes...

Steve Harvey-Fortin dit :
13 août 2014 à 20 h 19 min

L'avortement est un meurtre contre l'humanité et la vie.

Roger dit :
13 août 2014 à 20 h 41 min

Si nous pouvions sauver les 50 000 avortés/an par des irresponsables, nous n'aurions pas besoin de l'immigration.

Le Québec gagnerait à respecter son passé, celui de Chrétiens fiers et courageux.

La modernité n'aime pas l'humain.

Valou L. dit :
13 août 2014 à 21 h 08 min

Je trouve étonnant (pour ne pas dire grotesque) qu'à l'exception de Gabrielle Rochon, presque tous les commentateurs sont des hommes et la majorité on un prénom qui laisse deviner qu'ils ont plus de 60 ans. Vieux messieurs, la questions de l'avortement ne vous concerne pas, car ni vous, ni vos femmes ne risquez de devenir enceinte. Mike Cowen et Nelson ont raison de dire que ce n'est pas votre place de nous juger et de nous contrôler, nous, les femmes.

Pour ceux qui avanceraient l'argument qu'un meurtre concerne tout le monde, j'attends impatiemment de vous voir déchirer votre chemise et manifester avec autant de conviction la prochaine fois qu'une femme autochtone est assassinée et que la police ferme le dossier sans grande enquête.

sco100 dit :
13 août 2014 à 21 h 34 min

Le Canada ne dispose toujours pas d'un cadre législatif entourant l'avortement.

C'est anormal.

Que l'avortement ne soit ni illégal; ni criminel, je veux bien, mais il faut définir le cadre dans lequel peut s'exercer ce droit, au bas mot.

sco100 dit :
13 août 2014 à 21 h 45 min

@Valou L.

L'évanescence de votre propre non-prénom, assorti d'une initiale bidon, court-circuite votre critique démographico-étymologique.

Pour ce que vous en savez, Gabrielle Rochon est en vrai Roger Talbot, un fan de VTT, ou pire, Laetitia Maentchinwe, catholique orthodoxe finie qui squatte nos couvents (j'en ai une méchante ruche à trois portes d'ici qui sentent les fraudeurs fiscaux - Français, on va à McGill et Concordia au prix de l'habitant et on abuse en plus du congé fiscal religieux).

sco100 dit :
13 août 2014 à 21 h 50 min

Une grossesse n'est pas une maladie.

L'assurance-maladie assure le commun des mortels contre les maladies.

L'interruption de grossesse devrait faire l'objet d'une assurance distincte.

vraifederaliste dit :
13 août 2014 à 22 h 11 min

Valou L.

Je ne suis pas un vieux monsieur, le fait d'être âgé ne veut pas dire que vous ne pouvez pas être è côté des femmes...et parmi ceux qui s'opposent à l'avortement il y a de nombreux jeunes, partculièrement des hommes mais pas seulement.

Pensez a Henry Morgentaler qui a été en prison pour les femmes du Québec, bien après l'âge de 60 ans...

Ce que vous dites est totalement idiot....

Roger Boivin dit :
13 août 2014 à 22 h 30 min

Valou L. dit : 13 août 2014 à 21 h 08 min

« .. ce n’est pas votre place de nous juger et de nous contrôler, nous, les femmes. »

Vous vous trompez, on ne vous juge pas ; nous ne jugeons qu'un fait en lui-même qui est celui d'enlever la vie à un enfant dès le sein de sa mère.

Nous disons seulement que poser un tel acte, en soi est un crime, un meurtre. Quant à la conscience de qui que ce soit, on ne peut la juger, nul n'en est habilité pour le faire et on ne le fait pas. C'est une mauvaise perception de votre part que de croire cela.

Et il n'est pas question de vouloir vous contrôler ; il est question de la défense de la vie que l'on veut tuer ; d'un enfant sans défense que l'on veut tuer, et qui a le droit de vivre tout autant que n'importe qui. Seul Dieu a pouvoir de vie et de mort, ..quoiqu'on en pense.

Si l'on brandit ça comme argument pour se défendre, on pourrait tout autant s'en servir pour l'enfant qu'on ne veut pas, qu'on rejette ; et plus est, qui est sans défense, et à la merci des lois iniques qui vont contre celles de Dieu, de son Créateur que l'on rejette.

Un principe de base : On ne peut faire le mal pour faire un bien.

Il y a toujours une solution autre que de tuer.

Qui aujourd'hui se tourne vers Dieu dans les moindres difficultés ?

Dieu est Tout-Puissant, infiniment Juste et infiniment Miséricorde.

Roger Boivin dit :
13 août 2014 à 22 h 51 min

Jean-François Tanguay dit : 13 août 2014 à 13 h 07 min

« @Gabrielle Rochon, @Roger Boivin. De la façon dont vous expliquez vos arguments, ils seraient donc impossible d’interrompre une grossesse non désiré à la suite d’un viol ? Ou y aurait-il des exception pour les cas de viols ? »

L'enfant qui en résulte, quel crime a-t-il fait pour se mériter un pareille châtiment ?

Non il n'y a pas d'exception pour des cas de viol. On ne peut faire le mal pour faire le bien.

Il faut d'abord respecter les principes de base :

+ Dieu seul a droit de vie et de mort.

+ On ne peut faire le mal pour faire le bien.

Il faut se tourner vers Dieu pour avoir son secours ; le fait-on ?

La charité n'existe-t-elle plus ? Est-elle à ce point éteinte dans les cœurs qu'on soit contraint d'être à la merci de l'égoïsme sous toutes ses formes, de la violence, d'actes contre-nature ?

« Dieu est juge et vengeur du sang innocent qui, de la terre, crie vers le ciel » (Genèse IV, 10). »

vraifederaliste dit :
14 août 2014 à 10 h 50 min

Un vol de corbeau...

Nelson dit :
14 août 2014 à 12 h 14 min

Roger Boivin Xiste des Verchères Onésime Steve Harvey Fortin

ET VOS MÈRES ?.

Diriez vous à votre mère-filles-petites filles ce que vous crachez aux femmes ?.

Ferait vous avec votre mère ?.

Xiste des Verchères Onésime

Mariêve dit :
14 août 2014 à 16 h 31 min

L'avortement est un crime que se permet une société d'athées. Je n'arriverai jamais à comprendre comment d'autres femmes peuvent défendre ce crime odieux. Comment peut-on vouloir défendre en son ventre, un meurtre. Il faut vraiment être une bande de perdus. Pas pour rien que les gens se suicides ou sont portés à la consommation, car le vide intérieur qui les habite n'est pas capable de les nourrir.

Mariêve dit :
14 août 2014 à 17 h 00 min

L'échec du projet d'Indépendance réside, en grande partie, `l'incapacité des Péquistes à reconnaître l'Histoire catholique du Québec. 400 ans de Catholicisme, ça ne se jette pas aux vidanges. Je voterai pour l'Indépendance le jour où le PQ se débarrassera de l'influence Franc-maçon qui l'entoure. Mon seul chef c'est Jésus.

Xyste de Verchères dit :
15 août 2014 à 8 h 44 min

@ Vraifédéraliste

Qui dit que : «Si j’en juge par vos interventions précédentes, de leurs virulences, vous êtes pour ‘le ventre nationaliste... C’est le programme de toute l’extrême-droite catholique ou protestante réactionnaire partout...».

Voilà que monsieur, en bon marxiste, s’amuse à véhiculer des étiquettes d'extrême-droite. Au Québec, depuis 50 ans, 1,5 millions d'enfants à naître ont été avorté par les politiques socialistes de l'État, et ce, aux frais des contribuables. Ce sont des faits. Alors excuse-moi de ne pas faire l'éloge du socialisme québécois.

En plus d'être un marxiste à la Trudeau, vous louangez les doctrines de Malthus. C'est conséquent puisque, pour vous, c'est facile d'éliminer le nationalisme, il suffit d'éliminer le peuple. Surtout quand ce peuple y participe activement.

Pauvre serf. C'est la liberté qui motive le nationalisme. Pas l'identité. Un peuple sans liberté termine sa course dans l'oubli.

Alors épargnez-moi vos inepties marxistes.

Steve Harvey-Fortin dit :
15 août 2014 à 10 h 32 min

Ironique de voir que la génération qui a introduit l'avortement comme solution à l'Irresponsabilité veuillent aussi introduire l'euthanasie thérapeutique en fin de vie. On fini par ou on a commencé et on commence par ou on ne peut pas finir.

Roger Boivin dit :
15 août 2014 à 11 h 19 min

« Malheur à ceux qui appellent le mal bien, et le bien mal, Qui changent les ténèbres en lumière, et la lumière en ténèbres » (Isaïe V, 20).

vraifederaliste dit :
15 août 2014 à 11 h 48 min

@Xyste de Verchères

Ce sont les femmes du Québec qui ne veulent plus subir de gens comme vous, ceci n'a rien à voir avec le marxisme qui est une pensée économique. Cultivez-vous...

Les portées de 12 ou 14 enfants c'est terminé, les immigrants ne font d'ailleurs pas plus d'enfants que les autres aux Québec.

Le ventre nationaliste, c'est ca...Trudeau un marxiste...on croit rêver...

Autre temps, autres lieux, la même pensée ceci s'appelait 'le Lebensborn', des amis nationalistes...

Roger Boivin dit :
15 août 2014 à 14 h 42 min

@ Nelson dit : 14 août 2014 à 12 h 14 min

«« Roger Boivin Xiste des Verchères Onésime Steve Harvey Fortin

ET VOS MÈRES ?.

Diriez vous à votre mère-filles-petites filles ce que vous crachez aux femmes ?.

Ferait vous avec votre mère ?.

Xiste des Verchères Onésime »»

M. Nelson, avec la grâce de Dieu qui ne manque jamais à qui la lui demande, je leur dirait la vérité.

Et la vérité c'est qu'on ne peut appeler bien ce qui est mal, et mal ce qui est bien ; que seul Dieu a droit de vie et de mort ; et qu'on ne peut faire le mal pour faire le bien.

Et ceci n'est pas un jugement des consciences de qui que ce soit, mais de l'acte en lui-même.

Marc Morin dit :
15 août 2014 à 15 h 00 min

Simplement pour répondre aux gens qui disent que Dieu est le seul a avoir droit de vie ou de mort sur nous... Et bien cet argument est scientifiquement invalide puisque jamais personne n'a scientifiquement prouvé l'existence de Dieu... Donc revenez débattre lorsque vous aurez des arguments appuyés sur des FAITS, non sur des SPÉCULATIONS.

Merci et bonne journée chers amis créationnistes sans jugement.

Steve Harvey-Fortin dit :
15 août 2014 à 21 h 05 min

@ Marc Morin

Dieu existe mais c'est vous qui êtes aveugle car si Dieu n'existait pas vous n'existeriez pas non plus. Vous n'avez qu'à regarder l'univers et ses lois pour vous en rendre compte. Regardez les cycles de la science naturelle évoluer sur la terre comme la photosynthèse des plantes car sans elles nous ne pourrions respirer dans l'atmosphère. Regardez seulement la structure de la conception de votre œil qui est cent fois plus élaborée que la technologie d'une caméra haute définition.

Il est impossible pour un grand industriel fut-il aussi inventif de créer l'équivalent de ce que Dieu a fait seulement en mettant tous les morceaux dans une boîte en les brassant pour qu'il en sorte quelque chose d'utile. Tout ce qui existe à été pensé avec sagesse pour sa propre gloire et notre bien.

Renier ce fait vous disqualifie comme citoyen de la terre responsable.

Diane H. dit :
16 août 2014 à 11 h 47 min

Marc Morin,

Il ne sert à rien de se débattre avec les dinosaures religieux de ce blogue.

"been there and one that",

Et cela ne donne rien. Heureusement, très peu de ce genre d'hurluberlus existe de nos jours, alors ils se donnent de l'importance sur ce genre de blogue. :-)

Diane H. dit :
16 août 2014 à 11 h 47 min

«Been there and done that», plutôt!

Roger Boivin dit :
16 août 2014 à 13 h 16 min

@ Marc Morin dit : 15 août 2014 à 15 h 00 min

Vos scientifiques peuvent-ils se tromper, ou sont-ils infaillibles ?

« [..] Les hautes spéculations de la raison critique ne sont point la seule voie par laquelle nous puissions arriver à l'affirmation certaine d'une vérité si pratique. L'existence de Dieu ! mais tout la crie à qui le cherche, le monde extérieur aussi bien que le monde intérieur de l'esprit et du cœur.

Les grands mouvements des astres non moins que les inimaginables harmonies des organismes microscopiques et l'étonnant et convergent équilibre des milliards de forces contraires qui agitent le Cosmos nous imposent la croyance à une intelligente directrice, distincte de la nôtre, puisque ses pensées ne sont point nos pensées, et d'une insondable puissance, puisqu'elle peut embrasser dans un seul et même dessein l'indéfinie variété des éléments du monde.

Ce n'est point seulement à son commencement dans le temps, c'est à tout instant de sa durée que le monde et ses phénomènes ont besoin d'une Cause première qui entretienne leur mouvement. Un monde éternel n'en aurait pas eu moins besoin qu'un monde commençant.Toutes les activités qui se dépensent autour de nous ne font rien sans le secours continu de cette cause supérieure. pas de soleil réchauffant et vivifiant sans matière incandescente ; pas de matière incandescente sans forces cosmiques entretenant cette incandescence. »

Roger Boivin dit :
16 août 2014 à 13 h 17 min

« Mais que sont ces forces cosmiques ? Sont-elles de même nature que toutes les autres énergies mondiales ; alors, elles aussi n'agissent que sous l'influx d'une force présupposée qui les actionne. On ne peut cependant remonter à l'indéfini et il nous faut bien arriver à une cause qui donne sans rien recevoir, qui meut sans être mue, de laquelle dépend toute activité et qui ne dépend de rien. Mais il ne faut pas grand effort d'analyse rationnelle pour reconnaître dans cette cause qui a, en soi et de par soi, son être et son activité, la seule réalité qui puisse être absolument indépendante, l'Infini que nous appelons Dieu.

Cette activité intelligente, de tout autre ordre que les activités contingentes d'où nous prenons nos idées, nous est encore dénoncée, par l'expérience de notre pensée, comme l'Absolu, dont l'immuable idéal peut seul rendre raison de ce que notre intelligence découvre de permanent et de fixe dans le total devenir et le flux continu du monde phénoménal. »

( sur google :

Critique et catholique tome 1 par Ét. Hugueny open library

(aux pages 317-318) )

Roger Boivin dit :
16 août 2014 à 13 h 20 min

@ Diane H. dit : 16 août 2014 à 11 h 47 min

« Marc Morin,

Il ne sert à rien de se débattre avec les dinosaures religieux de ce blogue.

« been there and one that »,

Et cela ne donne rien. Heureusement, très peu de ce genre d’hurluberlus existe de nos jours, alors ils se donnent de l’importance sur ce genre de blogue. :-) »

Diane, d'où tirez-vous votre certitude, et sur quoi s'appuie-t-elle ?

Steve Harvey-Fortin dit :
16 août 2014 à 23 h 38 min

Dieu n'a jamais eu de commencement comme l'embryon heureusement mais il a créé la vie par amour. Alors pourquoi remettrions-nous en cause le jugement de Dieu s'il est inconcevable de croire qu'il n'a jamais eu de commencement ? Il a toujours existé mais il n'avait pas besoin de nous pour vivre car il se suffisait à lui-même comme Père de l'univers céleste. Mais par bonté, il a décidé de créer l'homme dans un habitant qui lui convenait afin que celui-ci puisse l'adorer spirituellement à son image en esprit.

Mais nos premiers parents ont tout renié à notre place en pensant qu'ils seraient libres et heureux par le mensonge. Il a seulement suffit qu'un ange au placé se prenne pour Dieu en voulant s'approprier l'adoration des créatures humaines nouvellement créées. Quel gachit ! Mais Dieu nous promet un monde ou il n'y aura rien qui ne puisse être réparé et ou la justice règnera à nouveau mais cette fois pour l'éternité.

marc dit :
22 août 2014 à 22 h 19 min

Je ne suis pas pour l'avortement, surtout pas l'avortement tardif. J'ai lu que pour les avortements très tardifs, les médecins font une injection mortelle au foetus avant de provoquer l'avortement, de peur que le bébé ne meurt pas à sa naissance, ce qui irait contre la volonté de la mère. Je trouve cette procédure pour le moins préoccupante.

Bien que je crois que tous, hommes et femmes, doivent pouvoir se prononcer sur le sujet s'ils croient, en leur âme et conscience, qu'il s'agit d'un meurtre, je crois aussi qu'il est important de maintenir le droit à l'avortement car on ne gagnerait rien, en tant que société, à voir réapparaître les cas d'avortements clandestins qui occasionnaient un tort incroyable dans le passé.

Si nous ne sommes pas pour l'avortement, il faut le dire, expliquer pourquoi et tenter de convaincre de la valeur de notre idée (et accepter de se faire traiter de temps à autre de dinosaures ;)) mais il ne faut pas contraindre les femmes qui veulent se faire avorter à la clandestinité.