/opinion/blogs/columnists
Navigation

La Fête de la St-Jean : c’est le temps de fêter la richesse de nos différences...

Coup d'oeil sur cet article

Aujourd’hui, c’est le temps de mettre de côté nos différences politiques, d’origine, de statut social et d’être tous des Québécois.e.s. Cependant, demain matin, le retour à la réalité risque d’être plus accentué pour certain.e.s que pour d’autres. Alors que les revenus d’emploi sont relativement égaux pour les francophones, les anglophones et les allophones, pour les autochtones et les immigrant.e.s de première génération qui travaillent, la différence importante de revenus se vit quotidiennement.

Statistiques du revenu d’emploi selon la langue maternelle et le statut d’immigrant.e

Revenu d'emploi médian

Différence avec l'ensemble de la population

Langue maternelle francophone (non-immigrant.e)

31 744$

893$

Langue maternelle anglophone (non-immigrant.e)

29 930$

- 921$

Langues maternelles autres (non-immigrant.e et non-autochtone)

30 900$

49$

Langue maternelle autochtone

21 875$

- 8 976$

Immigrant.e depuis moins de 30 ans

27 232$

-3 619$

Source : Statistique Canada, Enquête nationale auprès des ménages de 2011

... Bonne St-Jean, et demain, n’oubliez pas la différence de nos richesses.

2 commentaire(s)

A D dit :
24 juin 2014 à 12 h 59 min

Arretez-donc avec les vrais faits, ne savez vous pas que les francophones sont assieges au Quebec par les mechants riches anglophones qui controlent tout?

Elisabeth Doyon dit :
25 juin 2014 à 9 h 17 min

La québécisassions de la nation n’est pas un fait du au fédéral, mais une décision des faiseurs de révolution tranquille au Québec. Apporter un cadre législatif et gouvernant, même incomplet, pour entraver l’assimilation des Canadiens français fut la stratégie adoptée. Ce faisant, le Québec n’a pas à défendre les droits des francos hors Québec et peut se concentrer dans la belle province. C’est assez triste, ce doit être la raison pour laquelle on n’en parle pas, on évite à tout prix. Mais la St-Jean, ce n’est pas une fête pour la diversité... pantoute... Les fêtes nationales en Amérique servaient un nationalisme strictement ethnique. St-Patrick pour les Irlandais, St-Andrew pour les Écossais et la St-Jean pour les Français (on disait juste canadien à l’époque). Généralement, les uns et les autres sont invités dans nos fêtes nationales puisqu’il s’agit aussi de partager les bienfaits de notre culture et l’Amérique a toujours été un endroit où on savait bien mélanger. Même avant l’arrivée des blancs! La St-Jean n'est pas la fête de la diversité...