/news/health
Navigation
registre des erreurs médicales

Le registre des erreurs médicales publié moins souvent

hopital clinique sante operation
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Le registre des erreurs médicales tenu au Québec va être désormais publié une fois par année, plutôt que deux fois, ce que dénoncent des victimes, a appris TVA Nouvelles.

Il y a trois ans, le gouvernement du Québec divulguait pour la première fois ce registre des erreurs médicales et promettait de rendre publique une mise à jour deux fois par année.

Cela devait permettre d'enrayer la culture du silence dans le système de santé et favoriser l'amélioration des soins.

En 2011, l'ex-ministre de la Santé Yves Bolduc se réjouissait de la création d'un registre des incidents et accidents médicaux, neuf ans après que le gouvernement du Parti Québécois en ait fait la promesse.

Le fils de Jean Martel est une des victimes à l'origine de la création du registre.

Jean-Sébastien Martel est mort en 1998, à l'âge de 18 ans, aux urgences de l'Hôpital du Sacré-Coeur de Montréal, après avoir reçu sept fois trop de soluté.

«Vous venez de réveiller en moi le père endeuillé qui veut reprendre le suivi de ces démarches-là pour s'assurer que nos enfants ne soient pas morts inutilement, a dit Jean Martel. Ce qui est le moins déclaré, c'est les accidents les plus graves, ce sont ceux aussi occasionnés par les médecins. Ce n’est pas rassurant.»

Le dernier bilan publié en décembre 2013 permet entre autres d'apprendre qu'au moins 126 décès auraient pu être évités en six mois, d'avril à septembre 2013. La moitié des victimes sont des personnes âgées de 75 ans et plus.

Le ministre actuel de la Santé, Gaétan Barrette, ne veut pas porter le blâme. C'est son prédécesseur Réjean Hébert qui a pris la décision avant les dernières élections.

«Peut-être que mon prédécesseur a voulu divulguer ça une seule fois par année pour éviter plusieurs critiques. Je n’ai pas de problème avec ça si on veut le publier périodiquement», nous dit le ministre Barrette.

Les chutes et les erreurs de médicaments représentent 65 % des erreurs médicales. Le ministre Barrette devrait annoncer cet automne des mesures pour tenter de les réduire en s'inspirant d'un rapport d'experts qui vient de lui être remis.

Le ministère de la Santé nous a refusé l'accès, prétextant que le document aura entre autres des incidences sur les décisions politiques.

L'avocat spécialisé en droit médical Jean-Pierre Ménard rappelle qu'il y a 500 000 accidents de soins par année dans le système de santé québécois, et là: «on envoie un message que ce n’est pas si important. Ce n’est pas rassurant», a conclu Me Ménard.

Commentaires