/lifestyle/psycho
Navigation
couples

Quelques différences homme – femme

Quelques différences homme – femme

Coup d'oeil sur cet article

Parler aujourd’hui de différences homme – femme semble encore tabou. Pourtant les neurosciences ne cessent de nous démontrer qu’il y a effectivement de petites différences dans la nature biologique (génétique et hormonal) qui provoquent de grandes conséquences psychologiques et comportementales.

Parler aujourd’hui de différences homme – femme semble encore tabou. Pourtant les neurosciences ne cessent de nous démontrer qu’il y a effectivement de petites différences dans la nature biologique (génétique et hormonal) qui provoquent de grandes conséquences psychologiques et comportementales.

On confond souvent égalité à similarité. Or, comme l’a dit Joe Tanenbaum(1) il y a au moins vingt ans:

«Pour la femme, être traitée en égale par l’homme signifie être traitée par lui de la même façon qu’elle le serait par une autre femme. Mais lorsque les hommes traitent vraiment les femmes en égales, elles se sentent insultées, car elles ne veulent pas être traitées de la même façon qu’un homme en traiterait un autre.»

Alors, au risque de me faire traiter de rétrograde, de macho ou phallocrate, ou, pire encore, de misogyne masculiniste anti-féministe, voici ce que la nouvelle et scientifique psychologie différentielle des sexes a constaté. N’y voir aucun jugement de valeur ni aucune tentative de normalisation, juste des tendances différentes.


► De tout temps, l’espèce humaine a été matriarcale. Le patriarcat naquit avec le désir d’assurer la paternité.

► La femme est le sexe fondamental, le premier sexe. L’homme est le sexe spécialisé dans certaines fonctions.

► Une fois sa survie assurée, la femme se préoccupe de ses besoins affectifs. Une fois sa survie assurée, l’homme se repose.

► Les petites filles jouent à des jeux de rôles. Les petits garçons jouent à des jeux de règles.

► L’adolescente se maquille. L’adolescent se masturbe.

► La femme est sinusoïdale, ce qui ne veut pas dire compliquée. L’homme est linéaire, ce qui ne veut pas dire rigide.

► La femme a un cœur et une tête. L’homme a une tête et un cœur.

► Le cerveau et la pensée de la femme fonctionnent comme un radar. Le cerveau et la pensée de l’homme fonctionnent comme un télescope.

► La femme comprend mal que l’homme puisse ne penser à rien. L’homme comprend mal que la femme puisse avoir des émotions sans raison.

► La femme est un être de relation. L’homme est un être d’action.

► La femme communique en termes de connexions affectives. L’homme communique des données et des faits objectifs.

► La femme exprime verbalement ses émotions. L’homme agit ses émotions.

► Pour la femme, évoquer ses émotions négatives permet de gagner la compassion et le soutien des autres femmes. Pour l’homme, exprimer des émotions négatives est un signe de faiblesse qui peut être utilisé contre lui.

► La femme aime. L’homme désire.

► La femme est réceptive (ce qui ne veut pas dire passive). L’homme est intrusif (ce qui ne veut pas dire agressif).

► La femme veut parler d’amour… avant. L’homme veut faire l’amour.

► La femme d’aujourd’hui doit être épouse, professionnelle, mère et amante. L’homme d’aujourd’hui doit être époux, professionnel, père et pourvoyeur d’émotions. Qui a dit: libération ?

►La femme naît mère. L’homme devient père.

► Quand bébé arrive, maman s’investit dans les soins. Quand bébé arrive, papa s’investit davantage dans son travail.

► La femme adore la collaboration. L’homme adore la compétition.

►La femme dit: «Nous avons fait du bon travail». L’homme dit: «Je suis fier de ce que j’ai fait».

► La femme s’investit dans des professions relationnelles. L’homme s’investit dans des professions techniques.

► La femme va en psychanalyse. L’homme va à la brasserie.

► La femme saine s’enrichit des différences de l’homme. L’homme sain accepte d’être influencé par les différences de la femme.

► Les couples heureux acceptent que l’autre soit autre. Les couples malheureux voudraient rendre l’autre conforme à ce qu’il ou elle veut.


 Amusez-vous bien! Mais n’oubliez jamais que nous sommes tous, au départ, des êtres humains… presque identiques. On peut s’aimer au-delà de nos différences, et non seulement à cause de nos ressemblances.
 
 (1) TANENBAUM, Joe. Découvrir nos différences. Montréal, Québecor, 1992.

 

Commentaires