/news/green
Navigation
Fin du sursis pour les bélugas

Feu vert aux forages à Cacouna

QMI_QMI_1311141049001
NICOLAS GAGNON/LE SAINT-LAURENT PORTAGE/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

TransCanada obtient le feu vert de Québec pour faire des forages dans la pouponnière aux bélugas du Saint-Laurent, au large de Cacouna, dans le but d’y construire un port pétrolier et un tronçon d’oléoduc.

TransCanada obtient le feu vert de Québec pour faire des forages dans la pouponnière aux bélugas du Saint-Laurent, au large de Cacouna, dans le but d’y construire un port pétrolier et un tronçon d’oléoduc.

Le feu vert de Québec survient après des mois de tergiversation face à la vive opposition des groupes citoyens et écologistes qui s’inquiètent pour l’écosystème du golfe, en particulier pour les bélugas.

Le ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques indique s’être assuré «que l'habitat du béluga soit respecté avant de délivrer un certificat d'autorisation».

Il explique que les «travaux feront l’objet d’une surveillance très rigoureuse». Il impose également une série de conditions à la compagnie pétrolière albertaine, surtout pour limiter le bruit, un irritant majeur pour les cétacés.

TransCanada devait en fait commencer ses travaux préliminaires au mois de mai. Toutefois, alors que les groupes écologistes demandaient une injonction pour stopper les machines, l’entreprise s’était engagée en Cour supérieure à suspendre le chantier jusqu’à l’obtention du feu vert de Québec.

Spectre de l’Exxon Valdez

Le projet fait face à une levée de bouclier populaire, depuis des mois. Début août, le regroupement Vigilance hydrocarbures Québec a déposé une pétition de plus de 25 000 signataires demandant au conseil municipal de Cacouna d’adopter une résolution pour s’opposer au projet de port pétrolier. La mairesse estime qu’il est trop tôt pour se prononcer, mais ses collègues de l’Islet et Saint-André-de-Kamouraska, ont pris position contre TransCanada.

Pour les opposants, «le bruit et l’agitation des travaux préparatoires, la construction, l’aménagement et le fonctionnement du port mettront en péril la pouponnière des bélugas du Saint-Laurent». Le cétacé est d’ores et déjà en péril dans le golfe où on en décompte aujourd’hui 20 % moins qu’il y a 10 ans.

En début d’année, le Fonds mondial pour la nature (WWF) indiquait craindre une catastrophe similaire au naufrage de l’Exxon Valdez qui a provoqué une marée noire en Alaska, en 1989. «Imaginez du bitume dilué se répandant sur des centaines de kilomètres de rivage jusqu’au fond des baies et des fjords», lançait l’organisation.

TransCanada s’est réjoui d’obtenir enfin le sésame de Québec, mais n’a pas précisé quand elle relancera le chantier de Cacouna qui fait partie de son projet Oléoduc Énergie Est. D’une longueur de 4 600 kilomètres, ce pipeline doit servir à transporter 1,1 million de barils de pétrole par jour de l’Alberta vers des raffineries de l’Est du pays.

 
Commentaires