/news/currentevents
Navigation
L'évasion d'Orsainville

Les évadés s’apprêtaient à quitter le pays

L’imprudence d’une proche d’un des fugitifs a permis aux policiers de les débusquer dans le Vieux-Montréal

Quebec
Photo d’archives

Coup d'oeil sur cet article

Au moment de leur capture après deux semaines de cavale, les trois évadés de la prison d’Orsainville s’apprêtaient à quitter le pays et aller mener la dolce vita à l’étranger.

Au moment de leur capture après deux semaines de cavale, les trois évadés de la prison d’Orsainville s’apprêtaient à quitter le pays et aller mener la dolce vita à l’étranger.

Il était moins une quand les policiers sont débarqués dans le luxueux immeuble à condos de la rue Saint-André pour coffrer les trois évadés les plus recherchés du pays, le 22 juin dernier.

Les célèbres évadés Serge Pomerleau, Denis Lefebvre et Yves Denis étaient sur le point de mettre les voiles et de quitter le pays, selon ce que Le Journal a appris de diverses sources.

Nouveaux passeports

L’enquête policière a permis d’apprendre que le trio attendait la livraison imminente de leurs nouveaux passeports les présentant sous une fausse identité, avec lesquels ils espéraient s’enfuir loin des autorités canadiennes qui étaient à leurs trousses.

Il n’a pas été possible de savoir à quel endroit ils souhaitaient aller se terrer.

Pomerleau, Lefebvre et Denis avaient réussi une spectaculaire évasion en hélicoptère de la prison provinciale de Québec, plus connue sous le nom d’Orsainville, le 7 juin dernier.

Une visite de trop

L’appareil s’est posé dans la cour extérieure de la prison l’espace de quelques minutes, le temps de faire monter les trois prisonniers.

On se souviendra que les caméras de surveillance de l’établissement de détention n’avaient presque rien filmé de l’évasion, de sorte qu’il avait été difficile d’obtenir la description de l’appareil et de son pilote.

Par ailleurs, Le Journal a appris que c’est l’imprudence d’une femme proche d’un des fugitifs qui a permis aux policiers d’identifier avec précision l’immeuble où ils se terraient, dans le Vieux-Montréal.

L’enquête ayant donné des indications aux policiers voulant que les recherchés puissent se trouver dans le Vieux-Montréal, une opération de surveillance a été mise sur pied.

C’est lors de celle-ci qu’une femme connue pour être dans l’entourage d’un des évadés a été vue entrant dans l’immeuble de la rue Saint-André. On a vite fait de la reconnaître.

Menottes

Une visite fatidique qui aura en fin de compte eu raison du trio de recherchés.

L’enquête s’est activée et a permis aux policiers de confirmer certains éléments. Moins de 48 heures plus tard, les agents du Groupe tactique d’intervention (GTI) faisaient tomber la porte du condo #1007 en pleine nuit, pour ensuite passer les menottes aux suspects.

On se souviendra que les évadés étaient couchés dans des lits et au sol lorsque les policiers ont fait irruption dans le condo. Le congélateur était rempli de crevettes...

 

Commentaires