/misc
Navigation

Ferguson, James Foley et le pouvoir des livres

Coup d'oeil sur cet article

 

C'est un blogue un peu particulier. Au lieu de traiter d'un seul sujet, j'ai préféré vous proposer un éclairage différent sur les trois sujets qui m'ont fait réagir cette semaine.

FERGUSON

Ceux d'entre vous qui me suivent régulièrement sur Twitter  savent que depuis le 10 août dernier - le lendemain de la mort de Mike Brown - j'ai tenté d'offrir sur mon fil un éclairage assez complet sur les événements de Ferguson.

Ce qui s'est passé dans cette banlieue du Missouri regorge de thèmes intéressants : division raciale entre Noirs et Blancs, militarisation excessive de la police, libertés individuelles et même - puisque des journalistes ont été arrêtés - droit d'informer.

Il y a aussi un autre thème qui m'est cher : la faillite des médias classiques, détrônés par l'info 3.0.

Depuis les attentats de Boston, c'est un phénomène que l'on constate à chaque nouvel événement d'envergure. Non seulement les réseaux sociaux sont plus rapides que les chaînes infos mais leur réactivité permet de s'approcher de la vérité.  Deux exemples à Ferguson.

- Lundi 11 août. Depuis la veille, les manifestants s'opposent à la police. Ce jour là, officiellement pour la première fois, la police tire des balles en caoutchouc sur la foule. Les événements de la soirée génèrent 590 120 tweets. Sur CNN ? Rien ! Pas une minute consacrée à l'événement. La tendance va se poursuivre le mardi ( 538 590 tweets contre 24 minutes) et culminer le mercredi. Alors que 2 journalistes sont arrêtés à Ferguson, CNN consacre 36 minutes de son antenne quotidienne. Twitter ?  1 517 782 tweets.

- Mercredi 13 août: CNN, citant la police, affirme qu'il n'y a pas eu d'usage de gaz lacrymogènes. Sur Twitter, Vine et sur différents "feeds"  diffusés en direct du coeur de la manifestation par des groupes tels Anonymous, on sait que CNN se trompe. Cela prendra quelques heures à la chaine pour se corriger.

JAMES FOLEY

Je ne souhaite pas revenir ici sur les circonstances horribles de la mort de James Foley. Ni évoquer ce qui risque de se passer maintenant que l'Amérique a désigné EIIL comme son ennemi numéro. Mais vous parler de conspirations.

Les conspirations sont une partie de notre Histoire. De l'assassinat aux faux incidents pour créer des conflits, les conspirations existent. Mais depuis quelques temps, avec l'explosion des réseaux sociaux, TOUT devient conspiration. La paranoïa est généralisée et mondiale.

Depuis jeudi se promène sur le net une "théorie" sur la mort de James Foley qui aurait été remplacé par un mannequin. Je ne vais pas partager de lien mais j'ai décidé d'en parler car vous êtes plusieurs sur Twitter à m'avoir demandé mon avis.

A titre perso, je trouve cela presque aussi ignoble que les circonstances de la mort du journaliste Américain.  Mais au delà, tout cela repose sur des mécanismes dangereux. Ceux où la rumeur passe pour de l'information. Où de maladroites comparaisons de photos passent pour de l'enquête.

Et, in fine, où du mensonge passe pour de la vérité.

LIVRES

Impossible au Québec d'échapper à la polémique liée aux propos d'Yves Bolduc sur les livres dans les écoles.

J'ai pour coutume de ne pas me mêler des aléas politiques d'un pays - ou ici d'une province- dans lequel je ne réside pas. Mais, sur le sujet, je voulais simplement écrire ceci :

J'ai grandi dans un milieu modeste. Où acheter un livre était un geste exceptionnel. Un cadeau d'anniversaire ou pour Noël.

Les livres se lisaient à deux endroits : la bibliothèque municipale et celle de mon école publique.

C'est là que j'ai découvert le plaisir de la lecture. Et plus tard celui d'écrire.

Oui, c'est grâce aux livres de ma salle de classes qu'aujourd'hui j'en publie moi-même.

En restreindre l'accès et en limiter la variété est une hérésie.

Pas politique mais humaine.

 

 

 

 

2 commentaire(s)

Benton Fraser dit :
26 août 2014 à 14 h 26 min

J achète a peu près toujours la meme quantité de livre depuis longtemps car il faut aussi du temps pour les lire et j avoue que je ne les lis pas toujourd tous .

Mais la ou j ai grandement slacké la pédale est dans l achat de magazines , ceux-ci sont maintenant tres couteux et depuis l avenement de l internet , je lis d avantage en ligne pour ce type d informations ; soit politique , science , technologie , productions cinématographiques , musique et autres .

Les BD s sont elles aussi devenues tres chères mais la qualité a suivi et le produit est supérieur a ce qu il étais lorsque moins couteux , j en achète moins mais suis satisfait malgré tout .

Luc dit :
28 août 2014 à 19 h 33 min

Et bien cher Wiiliam, vous faites plutôt dans le pot-pourri en terme de chroniques multi-sujets......Pour ce qui est de Ferguson, on peut constater à quel point la paix raciale noir-blanc aux USA est encore fragile dépendamment certains états plus que d'autres.....

James Foley, c'est l'absurde islamique, c'est la lâcheté à la sauce extrémiste, fanatique de l'Islam sous le silence serein et bénédictin des modérés de cette grande religion.....De quoi vomir.....

Le Ministre Bolduc semble ne point s'inquiéter de perdre quelques livres......Du constat inavoué des dernières élections provinciales, le peu d'importance à la lecture, à l'actualité, par une majorité de l'électorat québécois guide-t-il sa façon de penser ?.......