/news/education
Navigation
Beloeil

Un autiste de 10 ans forcé de changer d'école 5 jours avant la rentrée

Loic fréquente depuis trois ans l'école Cedar, à Beloeil.
Capture d'écran TVA Nouvelles Loic fréquente depuis trois ans l'école Cedar, à Beloeil.

Coup d'oeil sur cet article

BELOEIL – Les parents d'un jeune autiste crient à l'injustice. Leur fils, qui a surtout besoin de stabilité, doit changer d'école parce qu'ils ont déménagé.

«Je ne peux pas avertir mon enfant une semaine à l'avance qu'il change d'école et que son monde change», explique Nicole Lafrenière.

Loic, âgé de 10 ans, est autiste. Il fréquente depuis trois ans l'école Cedar, à Beloeil. Mais la famille vient de déménager à l'extérieur du territoire de la commission scolaire Riverside.

Le directeur a appelé vendredi dernier pour les aviser que l'école Cedar ne pouvait plus accueillir Loic.

«À cinq jours de la rentrée, je ne vois même pas dans quel monde mon fils va pouvoir rentrer mardi prochain. Je ne peux pas rentrer dans une école sans aucune ressource, sans aucune planification, sans plan B», insiste la mère.

Le directeur, François Couture, dit qu'il n'a tout simplement pas le choix depuis qu'on lui a coupé deux postes d'employés à temps plein qui s'occupaient des enfants avec des besoins particuliers.

Il dit qu'il aura même du mal à répondre aux besoins des enfants qui habitent le secteur.

«On le sait, chez les autistes, la socialisation, c'est très difficile. Mais lui, il est accepté, intégré et aimé, il n'est pas toléré, il est aimé», poursuit Mme Lafrenière.

Les parents ne demandent pas de transport scolaire. Ils s'engagent à le conduire en voiture matin et soir.

Tout porte à croire que Loic devra faire son entrée en cinquième année dans une nouvelle école, où tout est à recommencer.

«Il y a beaucoup de va-et-vient (dans cette école), donc, il y a beaucoup plus de liberté. J'y suis allée deux fois avec ma belle-mère et on a trouvé ça étourdissant comme environnement parce qu'il a des troubles de modulation sensorielle. Donc, au niveau de la stimulation, quand il a trop de stimuli en même temps, il tombe en surcharge et il n'est plus capable de se concentrer», affirme la mère de Loic.

Les commissions scolaires ne sont pas tenues d'accepter les élèves hors territoire. À Riverside, on procède au cas par cas. «On donne la priorité à nos élèves», dit le directeur, surtout lorsque les ressources sont limitées.
 

Commentaires