/news/currentevents
Navigation
justice | montréal

Walid Mustapha Chalhoub aurait non seulement agressé 12 jeunes victimes mais les aurait ensuite fraudées

FD-ARRESTATION-CHALOUB
photo courtoisie Walid Mustapha Chalhoub

Coup d'oeil sur cet article

Non content de manipuler 12 jeunes victimes et de les agresser sexuellement, un Montréalais en aurait ensuite profité pour siphonner leurs comptes bancaires.

La liste des accusations auxquelles Walid Mustapha Chalhoub fait face est longue. Agressions sexuelles, extorsions, séquestrations, proxénétisme: en tout, il est visé par 41 chefs au total, pour des gestes qui auraient eu lieu entre 2011 et 2013.

À chaque fois, l’homme de 32 ans utilisait le même modus operandi, selon la poursuite. Il trouvait des adolescentes naïves entre 14 et 18 ans, leur faisait miroiter de grosses sommes d’argent, mais avant de finaliser l’accord, elles devaient lui prodiguer un acte sexuel en guise de «test».

«Il leur offrait des emplois de prostitution, de vente de drogue ou de fraude», a ajouté Me Rachelle Pitre de la Couronne, ce lundi au palais de justice de Montréal.

Et selon deux victimes ayant témoigné ce lundi lors de l’enquête préliminaire, Chalhoub en aurait aussi profité pour vider leurs comptes bancaires.

«Sa langue, c’est sa force», a décrit l’une d’elle, que l’on ne peut identifier en vertu d’une ordonnance du tribunal.

Manipulateur

La jeune femme, vêtue d’un long hijab lors de son témoignage, a ainsi raconté sa rencontre avec Chalhoub en juillet 2013, alors qu’elle cherchait un emploi.

Chalhoub lui avait fait croire qu’il était riche, et était même prêt à lui offrir 80 000 $. Mais avant, elle devait passer le «test».

La jeune femme avait finalement accepté, non sans avoir été saoulée au préalable, a-t-elle mentionné.

«Ce n’est pas quelque chose dont on veut se souvenir», a-t-elle dit lorsque l’avocat de Chalhoub, Me Yann Trignac, la contre-interrogeait.

Chalhoub aurait ensuite convaincu la jeune femme de lui donner ses cartes bancaires et plutôt que d’y déposer de l’argent, il aurait vidé les comptes.

Une deuxième victime se serait fait avoir d’une façon similaire, sauf que Chalhoub aurait en plus filmé les scènes, menaçant de «la montrer à ses parents». Elle avait perdu 1000 $ dans cette affaire.

Tout au long de la semaine, la juge Dominique Joly entendra les 10 autres victimes témoigner.

Commentaires