/news/health
Navigation
Grossesse et antidépresseurs

L’usage d’antidépresseurs par les mères n’augmente pas le risque d’autisme chez leurs enfants

foetus
Photo Archives / Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

BOSTON, Mass. – Les enfants nés de mères prenant des antidépresseurs ont un risque légèrement plus élevé que la moyenne de développer un trouble du déficit de l’attention (TDA), mais pas de l’autisme, selon une nouvelle étude américaine.

Des recherches antérieures établissaient un lien entre l’autisme et les antidépresseurs, mais les spécialistes du Massachusetts General Hospital ont indiqué que leur récente étude, réalisée auprès de plus de 5000 enfants en Nouvelle-Angleterre, vient contredire cette affirmation.

«Nous savons qu’une dépression non traitée peut poser des risques importants pour la santé de la mère et de son enfant», a dit Roy Perlis l’auteur principal de l’étude, qui a été publiée dans la revue Molecular Psychiatry.

«Cependant, les femmes soignées avec des antidépresseurs et qui tombent enceintes ou projettent de l’être doivent savoir que ces médicaments n’augmenteront pas le risque d’avoir un enfant autiste», a dit M. Perlis.

Commentaires