/entertainment/movies
Navigation
Captives

Ryan Reynolds, un père désemparé

Coup d'oeil sur cet article

TORONTO | Dans Captives, Ryan Reynolds incarne un père dont la fille a été enlevée. Le pire cauchemar de tout parent. Accéder à ces sombres émotions pour le rôle a dû être difficile.

TORONTO | Dans Captives, Ryan Reynolds incarne un père dont la fille a été enlevée. Le pire cauchemar de tout parent. Accéder à ces sombres émotions pour le rôle a dû être difficile.

«C’était amusant et émotif, a dit Reynolds. Et pour être tout à fait franc, un peu gênant aussi.»

Contacté par téléphone, Ryan Reynolds, 37 ans, a expliqué qu’il avait tourné ses scènes du film d’Atom Egoyan en deux semaines intensives. «Je suis arrivé et, en moins d’une journée, je sanglotais de manière incontrôlable devant une équipe de personnes que je venais de rencontrer. C’était assez difficile, inconfortable. Vous espérez être moins gêné de vous mettre à nu et de montrer votre vulnérabilité quand viendra le temps de prendre la deuxième ou la troisième prise.»

Reynolds exerce ce métier depuis une vingtaine d'années maintenant. Il s’est fait un nom dans la comédie avec des succès tels que La proposition, Simplement amis ?, Waiting... et Van Wilder. L’acteur natif de Vancouver a aussi incarné des personnages de bandes dessinées (Green Lantern, X-Men les origines: Wolverine) et un publicitaire capricieux (Bien sûr, peut-être). Il a même été l’unique acteur dans un film (Enterré).

Comment choisit-il ses rôles ?

«En tant qu'acteur, vous êtes toujours conscient du fait qu’il est possible de ne plus jamais retrouver du travail, a-t-il plaisanté.»

«Vous avez toujours cette crainte (…) que tout soit fini. Je suis chanceux d’exercer ce métier depuis 23 ans; j’ai vu beaucoup de gens arriver, repartir et disparaître. J’ai vu des personnes vraiment talentueuses ne jamais trouver ce point d'appui précieux dans l'industrie. Vous marchez toujours un peu sur la corde raide de la reconnaissance en vous demandant combien de temps vous serez dans cette situation.»

L’acteur a affirmé ne pas avoir de plan à long terme. «J’ai l’impression que tout cela est un accident.»

Pour lui, l’espoir repose sur le fait de trouver dans un scénario quelque chose qu’il n’a pas fait avant. «Pour chaque personnage que j’incarne, il y en a 10 qui reviennent à d’autres acteurs, car ils étaient mieux qualifiés pour le rôle, ou pour toute autre raison, qui sait?»

Par ailleurs, le personnage que Reynolds incarne dans X-Men, Deadpool, revient à l’avant-scène, alors que les images d’un prochain film de la franchise ont coulé sur les réseaux sociaux. Et les adeptes ont été furieux.

Reynolds trouve cette fuite regrettable. «Mais peu importe, a-t-il ajouté. Le film était sur une tablette depuis un certain temps. Les réactions après la diffusion de la séquence étaient telles que je me disais «Nous n’étions pas si fous d'aimer ce personnage, d'aimer ce rôle.» Il est intéressant de constater la force des réseaux sociaux. C'est impressionnant. Twitter, Facebook et Instagram peuvent déplacer des montagnes lorsqu’ils sont bien utilisés.»

Et que pense-t-il de l’utilisation des médias sociaux lorsqu’il soupe avec sa femme, Blake Lively, et que les gens partagent sa localisation?

«J'ai choisi de travailler dans ce monde, a plaisanté l’acteur. J’ai signé pour être un personnage public, et ça vient avec.»

«Je n’en voudrais jamais à quelqu'un pour ça. C’est le jeu.»

  • Captives arrive en salles le 5 septembre.
Commentaires