/lifestyle/psycho
Navigation
Sexualité

Plaisirs libertins

Plaisirs libertins
Illustration Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Au XVIIe siècle, le libertinage moral aux mœurs légères côtoyait le libertinage philosophique des libres penseurs, en ce sens que les deux partageaient le même plaisir de ne pas se conformer aux normes et s’élevaient contre la morale – qu’elle soit religieuse ou civile! Refuser d’adhérer aux valeurs en vigueur, avoir le goût de la provocation et un langage pour le moins explicite était non seulement une manière de camper ses positions, mais aussi de séduire… Or en 2014, qui sont les libertins, les libertines?

Au XVIIe siècle, le libertinage moral aux mœurs légères côtoyait le libertinage philosophique des libres penseurs, en ce sens que les deux partageaient le même plaisir de ne pas se conformer aux normes et s’élevaient contre la morale – qu’elle soit religieuse ou civile! Refuser d’adhérer aux valeurs en vigueur, avoir le goût de la provocation et un langage pour le moins explicite était non seulement une manière de camper ses positions, mais aussi de séduire… Or en 2014, qui sont les libertins, les libertines?

On dit du libertin, de la libertine du XXIe siècle qu’il/elle a des relations sexuelles avec d’autres personnes que sa partenaire amoureuse ou son partenaire amoureux, et ce, en sa présence ou non. Les normes de la sexualité conventionnelle rebutent les personnes pratiquant le libertinage et c’est donc pour ces raisons (entre autres) qu’elles s’adonnent à l’échangisme, au triolisme, au mélangisme, au bondage, parfois au sado-masochisme… S’ils refusent les normes sociales établies en matière de sexualité, les participants libertins sont toutefois très à cheval sur leurs codes: courtoisie et respect. Alors, que ce soit dans un club ou une résidence privée, ces deux aspects­­ sont primordiaux et aucune dérogation n’est permise.

Même si de plus en plus de femmes adhèrent à ce mode de vie, ce sont les hommes quadragénaires qui, majoritairement, désirent explorer et tenter ces expériences (voire les renouveler).

Mais il ne faut pas croire que toutes celles qui se retrouvent dans ces situations sexuelles sont là «pour faire plaisir à leur conjoint» et non par envie personnelle. Les femmes seules ou en couple se sont également affranchies d’une sexualité culpabilisante ou dictée… À cet effet, chaque couple aura à définir ses propres limites quant à la pratique et aux comportements acceptés.

Il n’existe pas de portrait-robot du libertin typique, toutefois, se retrouvent dans ce mode de vie des gens qui souhaitent varier les plaisirs sexuels, aussi souvent et autant que possible.

Pour tous, pour toutes ?

Le mode de vie libertin qui consiste à ouvrir sa porte et son lit à d’autres partenaires sexuels que le sien n’est certes pas approprié à tous. Pour la simple et bonne raison que ces pratiques impliquent que le couple recompose sa définition de la sexualité et de la fidélité.

Ni une mode, ni une expérience à tenter à la légère, le libertinage comporte aussi son lot de risques – des précautions sont indispensables. Car si la pratique peut «booster» la libido du couple, elle peut aussi s’avérer dramatique pour la relation… Nul ne peut savoir réellement ce que cela aura comme répercussions au sein des partenaires avant de l’avoir tenté.

Entre tester de nouvelles positions ou un gadget érotique avec son conjoint/sa conjointe et le libertinage, il y a un monde! Il est donc impératif que le couple soit en santé (physiquement bien sûr!), mais «relationnellement» parlant surtout avant de tenter quoi que ce soit.

Les risques d’ITSS sont aussi présents – il est donc impératif d’exiger le port du condom pour tous types de relations (orales, anales, pénétrations vaginales).

Attention aussi aux compulsions, «derrière le libertinage, peut également se cacher un besoin de plaisir compulsif, dans le but de soulager une angoisse ou de combler un manque. Cette course à la jouissance a ses limites et flirte avec les perversions sexuelles, comme le sado-masochisme. Un libertin pervers utilise la sexualité comme une arme: il manipule sa victime et la fait souffrir, en lui faisant miroiter le plaisir suprême à travers des pratiques potentiellement dangereuses. Le libertin cherche à assouvir son plaisir, le pervers à avilir sa victime : la limite est parfois floue…» (Source: Dre Charlotte Tourmente, juillet 2013, Allodocteurs.fr)

Et vous, quelle est votre position face au libertinage?

 
Commentaires