/news/currentevents
Navigation
Procès Magnotta

Le procès commence ce lundi avec la sélection du jury parmi 1600 candidats

1600 candidats-jurés ont été appelés à se présenter au palais de justice de Montréal

FD-MAGNOTTA-TEMOINS
Illustration agence QMI Le procès de Luka Rocco Magnotta pour le meurtre de l’étudiant Jun Lin commence ce lundi avec la sélection du jury. Au total, 1600 candidats ont été appelés.

Coup d'oeil sur cet article

Jusqu’à 1600 candidats-jurés sont attendus dès ce lundi pour le procès de Luka Rocco Magnotta, accusé d’un meurtre qui avait fait les manchettes partout sur la planète.

Jusqu’à 1600 candidats-jurés sont attendus dès ce lundi pour le procès de Luka Rocco Magnotta, accusé d’un meurtre qui avait fait les manchettes partout sur la planète.

Un peu plus de deux ans après que le cadavre de l’étudiant chinois Jun Lin eut été retrouvé dans le quartier Côte-des-Neiges, le 25 mai 2012, son assassin allégué s’apprête à être jugé devant la Cour supérieure du Québec.

Magnotta, 32 ans, doit répondre d’une accusation de meurtre prémédité, mais aussi d’outrage à un cadavre, de production et distribution de matériel obscène, d’utilisation illégale de la poste et enfin de harcèlement envers le premier ministre Stephen Harper et des membres du Parlement.

Il avait finalement été arrêté à Berlin, au terme d’une traque policière qui avait pris une tournure internationale.

Longue sélection

Ce lundi, ce sont 400 citoyens qui ont été appelés devant le juge Guy Cournoyer. Un autre groupe viendra le lendemain, et ainsi de suite jusqu’à ce que tous les candidats aient fini de défiler. Le processus de sélection sera long. Toute la semaine, le juge entendra les demandes d’exemption des candidats. En général, ceux qui auraient des inconvénients majeurs en cas de sélection peuvent bénéficier d’une exemption.

Jusqu’à 50 témoins

Au terme de ce processus, 14 jurés bilingues seront sélectionnés. Ils écouteront tous la preuve, mais deux d’entre eux seront libérés avant le début des délibérations, puisqu’ils ne seront que 12 à statuer sur le sort de Magnotta à la toute fin du procès, prévu pour durer jusqu’à huit semaines.

Durant cette période, Me Louis Bouthillier, le procureur de la Couronne, fera entendre une cinquantaine de témoins. Me Luc Leclair, un avocat de Toronto qui représente Magnotta, n’a pas à annoncer s’il présente une preuve avant la fin de celle de la poursuite.

Les parties n’ont toutefois pas chômé en atten­dant le début du procès. Dans quelques semaines, le juge a entendu une vingtaine de requêtes préliminaires afin que les audiences devant le jury se déroulent rondement.

Leur contenu est toutefois frappé d’une ordonnance de non-publication afin de ne pas influencer le jury. Certaines concernaient la diffusion du nom de témoins, tandis que d’autres traitaient de logistique, entre autres sur la façon d’organiser la sélection du jury.

Au début de l’été, les avocats avaient également pris part à une commission rogatoire visant à entendre des témoignages à Paris, à Nanterre et à Berlin.

 

Accusations contre Luka Rocco Magnotta
5
13
Sièges pour le public dans la salle d’audience
Témoins pour la poursuite, environ
50
49
Sièges dans chacune des deux salles de retransmission
LES ACTEURS DU PROCÈS
Luka Rocco Magnotta
Accusé, entre autres, de meurtre de Jun Lin et d’outrage à son cadavre, il avait été arrêté en Allemagne après 10 jours de traque policière.
Jun Lin
Arrivé de Chine en 2011, l’étudiant de 33 ans prenait des cours à l’uni­ver­sité Concordia en 2012 avant d’être retrouvé mort.
Me Luc Leclair
Avocat d’expérience, le défenseur de Magnotta exerce à Toronto, où il a déjà représenté l’Association des juristes d’expres­sion française de l’Ontario dans plusieurs comités.
Me Louis Bouthillier
Procureur de la Couronne d’expé­rience, il a piloté de nombreux pro­cès pour meurtre, dont, récem­ment, ceux des meurtrières Adèle Sorella et Stéphanie Meunier.
Juge Guy Cournoyer
Reconnu com­me une sommité en droit criminel (sa version annotée du Code criminel est considérée comme une réfé­rence), il avait été procureur de la commission Go­mery en 2005 avant d’être nom­mé à la magistra­ture.
Commentaires