/news/currentevents
Navigation
Procès Magnotta

Procès Magnotta: les meilleures raisons d'exemption de candidats-jurés

FD-PROCES-MAGNOTTA
Illustration Agence QMI, Delf Berg

Coup d'oeil sur cet article

Les candidats-jurés défilent ce matin au palais du justice de Montréal en prévision du procès pour meurtre de Luka Rocco Magnotta. Plusieurs d'entre eux cherchent à être exemptés et parfois les raisons évoquées sont cocasses. En voici quelques-unes :

Jour 3

- «M. Magnotta, je crois qu'il est coupable, je ne suis pas capable de le présumer innocent», dit un candidat.

- «Mon beau-frère a été incarcéré; en fait, je crois qu'il l'est encore», a dit une candidate non-bilingue.

- Un candidat se trompe de panel à Magnotta. Il devait être la pour un autre dossier. Parfait bilingue, pas d'inconvénients à siéger.

- Un professeur à l'université qui termine une thèse. Bon motif d'exemption au procès.

- Un candidat ne veut pas siéger car il est musulman. «Être juste est important, je craint ne pas l'être.»

- Un candidat dit avoir des troubles d'anxiété, mais il n’a pas de médication. Pas exempté initialement, il l’est ensuite. Il n’est pas parfaitement bilingue.

- Erreur sur la liste électorale, un candidat de Mississauga en Ontario s'est déplacé à Montréal pour Magnotta.

- «Je suis une personnalité publique. J'ai du mal avec la cruauté», dit un candidat.

- «J'ai vu ce que Magnotta a fait et je ne vois pas comment il pourrait être innocent, dit un candidat. C'est pas correct.»

- «Malheureusement, je viens d'avoir un enfant. Euh, je voulais dire heureusement», dit une candidate. Rires dans la salle.

- «Il n'y a pas d'enfer assez profond pour Magnotta , impossible d'imaginer ce que famille de Jun Lin ressent», dit candidat.

- Un étudiant en génie déflie éloquemment une liste d'arguments. «Avez-vous pensé aller en droit?», demande le juge en souriant.

- Un claustrophobe qui n'est pas impartial est exempté.

- «Mon jugement est fait, il est coupable, dit une candidate. C'est une personne violente.»

- Un candidat dit que deux proches ont été «brutalement tués» aux États-Unis. Il est exempté.

- Un candidat en trithérapie est exempté.

- Fracture récente du bras, une autre raison pour se faire exempter au procès.

- «J'ai été victime d'une agression, le procès s'est déroulé ici», dit une candidate en pleurant.

- Un candidat ne veut pas lâcher son travail pendant le procès. «Je ne fais pas confiance à mes collègues de bien faire leur travail.»

- «Je m'identifie trop à la victime», dit une candidate asiatique à la sélection du jury.

- Une ancienne employée d'un laboratoire médico-légal pas capable de siéger car trop violent. «J'ai dû quitter mon emploi», dit-elle.

- Il demande à être exempté car il a commencé à tousser... Il y a 3 minutes. Pas exempté.

Jour 2

- Une femme qui a déjà eu des liens avec un «détraqué sexuel» pleure, veut rien savoir de Magnotta, exemptée.

- Un boulanger et un producteur de musique exemptés parce que siéger causerait trop de problèmes

- «Je ne peux pas concevoir... Je peux pas être impartiale pour un cas comme ça», dit une candidate exemptée.

- Une candidate a les qualités, sauf qu’elle a de la difficulté à "gérer (le procès #Magnotta ) émotivement", dont faits violents. Exemptée.

- «Le travail c'est de l'argent», dit un candidat qui a besoin d'argent et qui vit «à la semaine». Exempté.

- «Pour moi,  Magnotta est coupable. J'ai fait des cauchemars cette semaine», dit une candidate exemptée

- Un candidat dit remettre en doute la «légitimité du système politique, et judiciaire». En plus il n’est pas bilingue. Exempté.

- «J'ai eu un meurtre dans ma famille», dit une candidate nerveuse. Exemptée.

- Au tour d'un ex-membre du Barreau, qui pourrait être réintégré, à être exempté.

- Un candidat envoie sa soeur pour dire qu'il est en conférence de presse. Exempté.

- Un infirmier exempté à Magnotta en raison de problèmes auditifs. De plus, il sort d'une relation de huit ans visiblement douloureuse.

- Un autre ne peut pas siéger pour motif religieux, le procès Magnotta tombe pendant le Nouvel an juif.

- Un candidat exempté pour motif financier. Il s'est endetté lors d'un voyage, 90$ par jour pas assez.

- Un travailleur autonome dit non à Magnotta mais oui à un procès qui durerait un ou deux jours. Rires dans la salle.

- Une femme pleure car elle a peur que si sélectionnée, elle ne pourra pas emmener ses enfants à l'école. Exemptée.

- Une employée de la salle de nouvelle de Radio-Canada exemptée à Magnotta. Pas pour partialité, mais à cause de situation professionnel précaire.

- Une candidate à Magnotta a les idées préconçues, instable émotionnellement et est en instance de divorce. Exemptée.

- Une femme refuse de siéger. «Et votre devoir de citoyen», demande le juge. «Ce genre de chose (Magnotta) ça ne m'intéresse pas», dit la dame.

- «Ça me stresse en « mozus », je trouve ça dégueulasse ce que Magnotta a fait », dit une candidate en pleurant et en balbutiant.

- «Moi, je ne suis pas objectif pentoute. Je suis convaincu dans ma tête, il est coupable, je crois pas en la justice», dit un candidat.

- Il compare Magnotta à Guy Turcotte. «Ça me rend en maudit». Exempté.

Jour 1

- «Pour moi, Magnotta est déjà coupable», a dit un dame. Elle a été exemptée.

- Un candidat affirme qu'il a tendance à s'évanouir quand des choses lui font peur.

- «On m'a trouvé de quoi dans le colon», dit un candidat juré exempté.

- Le frère d'un célèbre chroniqueur judiciaire a été exempté, pour des raisons évidentes.

- Un très bon ami d'un grand procureur à la Couronne exempté aussi.

- Quelques candidats-jurés disent que 90$ par jour de procès ne sont pas assez pour eux.

- Vers midi, sur 100 candidats-jurés, 6 ont un casier criminel. Ils sont exemptés.

- «J'étais pas capable de regarder la tv. Pour moi c'est ignoble comme geste», a dit un candidat.

- L'absence de bilinguisme trône au palmarès des demandes d'exemption. Il s'agit d'un des critères de sélection, comme la partialité d'ailleurs.

- Un candidat-juré provoque des rires dans salle : «Je baragouine l'anglais. Je sais dire yes, no, toaster»,

- «Pour moi, Magnotta aurait dû être castré il y a 2 ans», lance une candidate jurée. Exemptée.

- Une candidate exemptée travaille à l'université où étudiait Jun Lin. «Nous partageons la peine de ses parents», dit-elle.

- «J'ai les idées très arrêtées dans la cause Magnotta, ça fait partie de mes convictions.»

- Une candidate tremble et pleure à la vue de Magnotta Elle est exemptée.

- «J'aurais de la difficulté à garder l'esprit ouvert dans cette cause», dit une candidate au procès Magnotta.

- Une aspirante pilote exemptée dans Magnotta Déjà endettée, elle travaille et étudie. Temps et argent trop serrés pour siéger.

- «La pression serait trop forte», dit une candidate jurée de 85 ans exemptée.

- «Je travaille au Journal de Montréal», dit un candidat juré exempté pour des raisons de santé.

- Un autre candidat invoque traumatisme de guerre au Liban pour demander une exemption au procès

- «Je pense pas être assez solide, l'affaire Magnotta a un caractère d'horreur.»

- Une candidate dit que ce n'est «pas positif de me nourrir d'atrocités, c'est pas bon pour moi».

- En chiffre : 2 sur 145 candidats-jurés travaillent pour la police et sont exemptés.

- Une étudiante se dit intéressée au procès Magnotta sauf qu'elle ne «veux pas manquer sa session».

- «C'est gênant, mais je manque de partialité», dit une candidate exemptée.

- Une candidate exemptée car le parrain de son nouveau-né est un policier qui est intervenu dans le dossier.

- Ce n'est «pas assez rémunéré», dit un candidat-juré. «90$ par jour ne sont pas assez» pour son hypothèque de 400$ par semaine. Exempté.

- Un journaliste de La Presse exempté d'office. La défense s'objecte. «S'il est impartial...». Finalement, le journaliste de La Presse n'est pas exempté. Il revient la semaine prochaine.

- Un candidat se dit «déçu qu'il faille être bilingue» au procès Magnotta et est exempté contre son gré.

- Exemption pour trouble d'anxiété : «J'ai perdu mon travail après 21 ans au groupe Pages Jaunes», dit la candidate.

- Une candidate envoie son frère au procès Magnotta pour dire qu'elle est en Jordanie... Exemptée.

- «Je parle ni anglais ni français», dit un candidat nerveux. En français...

- Après 188 candidats-jurés à Magnotta un premier dit qu'il n'est pas Canadien, donc ne peut pas être sélectionné.

- «Je ne peux pas avoir l'esprit ouvert», affirme une candidate au procès. «La cause Magnotta me répugne», dit cette même candidate jurée.

- Une femme dépressive : «Je suis pas trop à l'aise» avec le procès. Exemptée.

- Un casier judiciaire, le fait qu'il ne soit pas bilingue et un cancer, trois bonnes raisons d'un candidat pour être exempté.

- «J'ai de la difficulté avec la mutilation de corps», dit un candidat-juré nerveux. Exempté.

Commentaires