/opinion/columnists
Navigation

Une alimentation renouvelée

Coup d'oeil sur cet article

«La planète a des ressources rares, il faut la consommer plus éthiquement, plus équitablement», déclarait récemment Alain Ducasse à l’AFP.

«La planète a des ressources rares, il faut la consommer plus éthiquement, plus équitablement», déclarait récemment Alain Ducasse à l’AFP.

Le chef du très étoilé Plaza Athénée à Paris serait en voie de devenir le chantre de la diminution des protéines animales dans notre alimentation? Finie la viande? À la grande surprise des vieux de la vieille et les romantiques de la tradition culinaire française, c’est un virage spectaculaire.

J’ai été élevé dans une famille québécoise type. Dans les années 70 et 80 (dans l’ancien temps comme le dit mon fils de 12 ans Colin!), on mangeait de la viande une à trois fois par jour. C’était normal. Cela faisait partie de la culture. Mais en 2014, ça n’a plus de sens.

Pour des raisons écologiques, d’abord. Dix-huit pour cent des gaz à effets de serre sont attribuables à l’élevage de bétail. C’est plus que le transport. Avec la population mondiale qui explose, c’est 70 % des terres agricoles et 26 % de la surface terrestre qui sont utilisées pour l’élevage de bétail. Pour des raisons de santé, aussi. Grâce au travail du professeur Richard Béliveau, on sait que les risques de cancer et de maladies cardio-vasculaires (les deux grands tueurs d’Hommes au Québec) augmentent significativement chez les mangeurs de viande rouge. Et ce ne sont pas des approximations et des peut-être... On parle d’une augmentation de 40 % des risques pour une consommation quotidienne de 120 g.

L’Inde et la Chine

De nombreux voyages dans des «territoires culinaires» à fortes tendances végétariennes comme l’Inde ou la Chine m’ont fait prendre goût à une alimentation diversifiée et souvent exempte de protéines animales. Contrairement à l’idée bien ancrée ici en Occident que l’homme fort mange de la viande, j’ai vu là-bas bien des végétariens en gougounes transporter les bagages de beaux enfants cools et basanés de l’Occident-triomphant venus trekker l’Orient à grands coups de selfies… arriver les premiers au sommet. Et de loin. Et sans forcer. Petite leçon de nutrition 101 au fin fond de l’Asie!

Pour finir, il ne faut pas oublier de relever le fait que les producteurs agricoles du Québec – notamment les maraîchers – se sont surpassés ces dix dernières années et produisent désormais une diversité hallucinante de produits pour renouveler notre alimentation.

Vers le végétarisme

Ceci dit, mes amis militants végétariens (et le corps d’élite végétalien) vont peut-être vouloir me faire la peau; je confesse que je ne suis pas complètement végétarien. Je suis foncièrement allergique à toutes les formes de rigidité alors je continue de manger de la viande… disons une fois par mois. Pour le fun. En quelques années, j’ai néanmoins réduit ma consommation personnelle par 50X. Et, franchement, je me porte beaucoup mieux. J’ai maigri. Je cours 15 km tous les deux jours. Je me suis éloigné des frontières de l’hypertension. J’ai rarement été aussi en forme de ma vie.

Je pense qu’il faut entamer une révolution tranquille vers le végétarisme au Québec. Il faut rapidement commencer à parler de tout cela aux enfants du pays, dès l’âge scolaire.

Commentaires