/finance/opinion/columnists
Navigation

Le gouffre

Coup d'oeil sur cet article

Le portrait financier du gouvernement du Québec se résume à ceci: les finances publiques sont dans un état précaire. Nous avons la dette publique la plus élevée de toutes les provinces. Et nous sommes les contribuables les plus lourdement taxés du Canada.

Le portrait financier du gouvernement du Québec se résume à ceci: les finances publiques sont dans un état précaire. Nous avons la dette publique la plus élevée de toutes les provinces. Et nous sommes les contribuables les plus lourdement taxés du Canada.

Comment en est-on arrivé à présenter une si mauvaise fiche gouvernementale alors que les revenus autonomes consolidés ont pourtant augmenté de 26,5% en l’espace d’à peine cinq ans. C’est près de trois fois l’inflation (9,6%).

Le gouvernement de Philippe Couillard prévoit récolter, au cours du présent exercice financier, 77,8 milliards $ en revenus autonomes, soit 16,3 milliards $ de plus que les 61,5 milliards $ récol­tés sous l’emprise libérale de Jean Charest lors de l’exercice 2009-2010.

Pour votre information, voici d’où provient cette montagne de revenus.

- Impôt des particuliers: 27,3 milliards $

- Impôt des sociétés: 5,8 milliards $

- Cotisations services santé: 6,5 milliards $

- Impôt foncier scolaire: 1,9 milliard $

- Taxes à la consommation: 17,7 milliards $

- Droits et permis: 2,5 milliards $

- Entreprises du gouvernement: 5,1 milliards $

- Revenus divers: 9,7 milliards $

- Revenus Fonds des générations: 1,3 milliard $

Moins de services

C’est quand même incroyable de voir le gouvernement puiser dans les poches des Québécois 16 milliards de plus qu’il y a à peine cinq ans et que ça ne suffit pas à rééquilibrer les finances du gouvernement.

Pire encore, on lui donne cette montagne d’argent et on se retrou­ve aujourd’hui avec des services publics de plus en plus amputés. Et là je ne parle même pas de la fort probable hausse de tarifs qu’on nous imposera sur divers services gouvernementaux.

De surcroît, sachez que le gouvernement Couillard prévoit aller chercher l’an prochain un autre supplément, de 2,75 milliards $ cette fois, dont 1 milliard $ au seul chapitre de l’impôt des particuliers et 651 millions $ en taxes à la consommation.

Les commissions scolaires viendront nous siphonner 150 millions $ de plus en taxes scolaires, alors que nos enfants font l’objet de diverses compressions. Plusieurs services scolaires ont été réduits: l’aide aux devoirs, l’éducation spécialisée aux enfants en difficultés, le transport scolaire, les bibliothèques, les garderies scolaires, etc.

Et la dette

Au chapitre des transferts fédéraux d’argent en provenance du gouvernement conservateur, on note une faible augmentation d’à peine 1,5 milliard $ en cinq ans (+8,7 %), la cagnotte fédérale passant de 17,1 milliards $ à 18,6 milliards $ cette année.

Du côté des dépenses gouvernementales, c’est le service de la dette qui présente la plus forte augmentation. Il nous en coûtera cette année 10,8 milliards $ en frais d’intérêt, soit 3 milliards $ de plus qu’en 2009-2010, soit une hausse de 38% en cinq ans.

La dette brute s’élève actuellement à 198 milliards $, comparativement à 151 milliards $ en 2009-2010. Une hausse de 47 milliards en cinq ans.

Ça va vraiment de mal en pis!

 

Commentaires
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.