/investigations/techno
Navigation
Gouvernement du Québec

Exit le grand patron informatique

Jean-Marie Lévesque, sera remplacé.
Les archives Jean-Marie Lévesque, sera remplacé.

Coup d'oeil sur cet article

Le grand patron informatique du Québec, Jean-Marie Lévesque, sera remplacé.

M. Lévesque occupe depuis 2012 le poste de dirigeant principal de l’information et de président-directeur général du Centre de services partagés du Québec (CSPQ), plus grand donneur de contrats informatiques au gouvernement. Il est le numéro un de l’informatique au Québec

Il sera remplacé pour les deux postes par Jean-Guy Lemieux, actuel vice-président à la Régie de l’assurance maladie du Québec, qui jouira de son poste et du même souffle, de l’énorme défi que représente le redressement des dossiers informatiques au Québec.

Dossiers chauds

Plusieurs de nos reportages de la série du Bordel informatique ont mis en reliefs d’importants problèmes reliés aux dépenses informatiques qui relevaient notamment de la gestion de M. Lévesque.

C’est le cas du sempiternel projet SAGIR, coordonné par le CSPQ, qui est passé de 83 M$ à plus de 1 G$. C’est le cas des processus d’appels d’offres au CSPQ montrant qu’un grand nombre d’appels d’offres n’attirait qu’un seul soumissionnaire. Et c’est aussi, notamment, le cas du grand recours aux consultants privés, dont un qui coûtait 2355 $ au CSPQ par jour et qui a été remercié après notre reportage.

En juin dernier, lors d’une commission parlementaire très mouvementée sur l’informatique, le travail de M. Lévesque, qui était mandaté pour répondre aux questions des élus, a été sérieusement remis en question par les parlementaires.

Les élus voulaient alors savoir combien avait coûté l’informatique durant la dernière année et les hauts fonctionnaires, dont M. Lévesque, étaient incapables de répondre, ce qui avait indisposé le ministre et président du Conseil du trésor, Martin Coiteux.

Revoir les façons de faire

«Je suis personnellement très préoccupé par le manque d’information», «le passé ne sera pas garant de l’avenir en informatique», avait alors lancé M. Coiteux, critiquant ainsi M. Lévesque, assis à ses côtés.

Selon ce qu’on avait appris et publié cet été, le poste de hauts fonctionnaires en informatique était en jeu avec le virage souhaité des Libéraux.

M. Lévesque a décidé de partir par lui-même, au moment clé où le gouvernement veut réformer ses façons de faire en informatique

Commentaires