/travel/destinations
Navigation
Sortir des sentiers battus

Le Berlin insolite et branché

Coup d'oeil sur cet article

BERLIN — Voici quelques suggestions pour sortir des sentiers battus dans la vibrante métropole allemande.


►  Art de rue
 
De jolis passages ont été aménagés entre certaines rues pour donner accès à des bâtiments construits entre les deux. Ces cours intérieures abritent souvent boutiques ou cafés tranquilles et sympathiques au pied d’édifices à logements. Les plus intéressants sont les Hackesche Höfe, un ensemble de huit arrière-cours du quartier Mitte. Celle donnant sur Rosenthaler Strasse, bordée par des bâtiments squattés dans les années 1990, est un royaume de l’art de rue, perpétuant la tradition du graffiti, plus ou moins artistique, sur tous ses murs. Certains artistes sont des vedettes berlinoises comme El Bocho ou Little­­ Lutzi, dont les œuvres sont rarement­­ recouvertes. Le passage abrite l’un des plus vieux cafés berlinois, le Café Cinéma, tandis que le petit Sophie-Gips-Höfe a son Barcomi’s­­ Deli, un salon de thé réputé­­ pour son gâteau au fromage. 
 
Et dans Heckmannhöfe, la fabrique de bonbons Bonbonmacherei fait preuve de discrétion, mais les initiés la connaissent bien, notamment pour ses bonbons verts à l’aspérule odorante. 
 

► Passages obligés
 
Rien de tel qu’une balade à vélo, avec guide, pour découvrir l’essence d’une ville. À Berlin, la question du mur et de sa chute est un incontournable, même 25 ans après l’événement qui a changé la face de l’Allemagne­­.
 
On file d’abord vers le nord de Mitte­­, quartier central, avec arrêt au Mauer Park, où le mur qui séparait Berlin en deux grimpe à dos de colline. Il est quasi intact… et couvert de graffitis. Premier contact avec l’art de rue pour lequel Berlin est renommé. En contrebas, le parc s’anime le week-end avec un marché et des musiciens­­.
Après un détour dans quelques rues typiques de Berlin Est et Ouest, on rejoindra, plus au sud, Bernauer Strasse et son parc commémoratif de la chute du mur. Il est simplement délimité par une longue série de poteaux d’acier, une jolie chapelle, un mémorial et une tour d’observation donnant une vue plongeante sur le seul site
conservé du temps de la séparation de la ville, avec deux murs, une tour de guet et un «no man’s land» au milieu. Impressionnant.
► Entrez dans la danse
 
Sur Auguststrasse, dans Mitte, l’immense terrasse du restaurant Gipsy est souvent pleine à l’heure du souper, mais ça chauffe aussi à l’intérieur. Les soirées dansantes du club Clarken’s Ballhaus sont toujours très courues. Salsa, tango, swing, cha-cha-cha se partagent les soirs du lundi au jeudi et le vendredi est soirée de danse en tout genre pour amateurs ou spectateurs. 
 
Infos: www.ballhaus.de
► Usines brassicoles
 
La brasserie Schultheiss est l’une des immenses usines désaffectées, en plusieurs bâtiments de brique, qui font partie du décor urbain de Berlin. Celle-ci – rebaptisée KulturBrauerei – a une nouvelle vocation au service de la culture: théâtres, ateliers d’artistes, spectacles, restaurants ( www.kulturbrauerei.de).
 
Celle de Bötzow est loin d’être aussi rénovée, mais elle fait l’objet d’un projet passionnant de réhabilitation (avec entre autres un hôtel-boutique­­, un spa, une nouvelle brasserie) qui sera terminé en 2019. Pour l’heure s’y trouvent une galerie d’art et un restaurant vraiment originaux. Il faut chercher un peu la porte menant à la galerie, au fond d’un sombre couloir portant les stigmates de l’ancienne vocation de lieux. La lumière au bout du tunnel est une galerie d’art qu’on visite avant de monter à l’étage par un vieil escalier de fer. La Soupe populaire a investi les lieux sans les trahir, conservant structure d’acier, de bois et de béton de l’usine à son état «naturel». Autre curiosité: le menu varie en fonction des expositions. Concoctés par Tim Raue, un chef berlinois à la mode, les plats de fine cuisine sont servis dans des bols. 
 
Infos: www.boetzowberlin.de et www.lasoupepopulaire.de
► Quartier «cool»
 
Le quartier résidentiel Kreuzberg, investi au fil des ans par les immigrés turcs, mais aussi par la gauche alternative allemande, est réputé cool­­ et gay-friendly. L’un des lieux les plus alternatifs est situé au bord du Spree, rivière qui traverse Berlin. Le Yaam est l’antre de choix pour les concerts reggae. Les jours de beau temps, ses beach­­ partys, avec chaises longues sur carré de sable et musique à gogo, sont courus. www.yaam.de
 
Le quartier a aussi sa «maison dans les arbres». Bâtie avec des matériaux hétéroclites, elle est entourée d’un jardin fou près de l’église Saint Thomas. Sa construction a une histoire fascinante. Un immigré turc l’entama sur un terrain vacant collé sur le Mur de Berlin, côté ouest, sans savoir qu’il était en faute… jusqu’à ce qu’un soldat est-allemand montant la garde l’avertisse que même étant à l’ouest du mur, le terrain était côté est, interdit d’accès. Il fut néanmoins autorisé à y rester et à faire son jardin, au nom du socialisme prolétaire…
 
Sur Mariannenplatz, l’imposant Centre Bethanien vaut également la visite. Dans cet ancien hôpital, devenu centre d’art à la suite d’un squat, on peut voir une exposition ou un film en plein air, profiter du jardin, prendre un café ou une crème glacée au restaurant 3 Schwesterns. 
 
Infos: www.kunstquartier-bethanien.de
► Hôtel design
 
De l’art de rue à l’art de murs d’hôtels, il n’y a qu’un pas. Au Weinmeister, hôtel-design à taille humaine dans Mitte, la cage d’escalier-ascenseur a été entièrement décorée par le «Paint Club», mouvement d’art urbain berlinois engagé. Douze de ses membres ont passé un après-midi à transformer les murs de ce lieu en une originale galerie d’art. L’hôtel a par ailleurs des chambres d’allure très contemporaine, tout comme son lounge avec fauteuils surélevés. www.the-weinmeister.com
 
Pour les plus petits budgets et les jeunes voyageurs, le nouveau Generator de Berlin est une autre adresse de choix au cœur de la cité. L’auberge de jeunesse, de style résolument urbain avec galerie dédiée au street art, ouvre ses portes régulièrement à des artistes pour des expositions et concerts. 
 
► Au marché du jeudi soir
 
Chaque jeudi soir, le marché couvert de Kreuzberg s’ouvre à la bouffe de rue. Sauvé de la démolition, le Marktehalle Neun est habituellement un marché plutôt slow food où prime la relation producteur-consommateur de produits frais. Le jeudi, c’est toutefois la cantine la plus courue en ville pour un burger à la taiwanaise, un sandwich argentin ou une crêpe bretonne. C’est aussi l’endroit idéal pour goûter aux traditionnelles boulettes berlinoises arrosées d’une bière­­ très locale, la Heiden’s Peter’s, produite au marché même.  
 
Commentaires