/sports/hockey/canadien
Navigation
Canadien

La bataille de la ligne bleue

Nathan Beaulieu, Jarred Tinordi et Greg Pateryn se feront la lutte

Nathan Beaulieu
PIERRE-PAUL POULIN/LE JOURNAL DE MONTRÉAL Nathan Beaulieu lors du camp des Canadiens de Montréal de l'examen médical au Complexe Sportif Bell à Brossard, le jeudi 18 septembre 2014.

Coup d'oeil sur cet article

BROSSARD | Nathan Beaulieu, Jarred Tinordi et Greg Pateryn ont chacun exprimé le même souhait, celui de gagner un poste parmi les sept premiers défenseurs chez le Canadien. Des trois, au moins un reprendra la route de Hamilton.

Présent au camp avec une simple invitation en poche, Francis Bouillon tentera lui aussi de séduire Marc Bergevin et la haute direction de l’équipe. Trois jeunes loups et un vieux routier se battront donc pour les deux ou trois dernières pointes de tarte à la ligne bleue. Ça dépendra si le CH choisit de garder sept ou huit défenseurs avec le grand club.

Des trois jeunes, Beaulieu pourrait partir avec une petite avance. C’est du moins la perception populaire.

« Même si on peut croire que j’ai un petit avantage puisque j’ai joué contre les Rangers en séries, je ne vois pas ça de cette façon, a répliqué Beaulieu dans des paroles teintées de sagesse. C’est une nouvelle saison, on recommence à zéro avec de nouveaux joueurs. »

« Je crois être prêt à devenir un défenseur régulier dans la LNH, a-t-il enchaîné. Mais, c’est toujours plus facile à dire. Je dois maintenant le prouver. »

Des modèles opposés

À l’instar de Beaulieu, Tinordi est également un ancien choix de premier tour de l’organisation. Les ressemblances entre les deux défenseurs s’arrêtent là. À 6 pi 6 po et 225 lb, Tinordi n’a rien d’un défenseur mobile comme Beaulieu. Le géant américain tentera de gagner son poste grâce à son jeu défensif et sa robustesse.

« Comme l’an dernier, je veux rester à Montréal à la fin du camp, a lancé Tinordi. Mon but est de montrer à l’équipe que je peux jouer dans la LNH et que je suis un défenseur assez rapide pour ma grosseur. »

À 22 ans, Tinordi croit-il qu’il n’a plus rien à prouver avec les Bulldogs à Hamilton ?

« C’est une question piège, a-t-il répliqué. Il y a toujours des choses à apprendre, peu importe où tu joues. Mais, je peux dire que la meilleure réponse possible à cette question est que je veux jouer dans la LNH. »

En uniforme pour 22 matchs l’an dernier avec le Tricolore, Tinordi n’a joué aucun match en séries.

Pas un négligé

Dans l’ombre de Beaulieu et Tinordi, Pateryn croit également en ses chances de faire le saut cette année à Montréal.

« Je ne me considère pas comme un négligé, a expliqué Pateryn. Je suis dans le même groupe qu’eux et je vise exactement la même chose. »

Pateryn, un défenseur droitier de 6 pi 2 po et 222 lb, a représenté l’une des rares bonnes histoires l’an dernier à Hamilton. Le défenseur de 24 ans a terminé l’année avec 34 points (15 buts, 19 aides) en 68 matchs.

Avant le premier jour du camp, le Tricolore compte sur cinq défenseurs en P.K. Subban, Andreï Markov, Alexeï Emelin, Tom Gilbert et Mike Weaver. Les Beaulieu, Tinordi, Pateryn et Bouillon chercheront à boucher les trous restants, ceux de sixième et septième défenseurs et peut-être de huitième défenseur.

  • Pour les fervents de chiffres, Nathan Beaulieu a troqué son numéro 40 pour le 28 cette saison. L’illustre Joonas Nattinen est le dernier à avoir endossé le 28.
Commentaires