/sports/hockey/canadien
Navigation
Canadien

Francis Bouillon souhaite terminer sa carrière dans l'uniforme du Canadien

Francis Bouillon
Photo Ben Pelosse / Agence QMI Francis Bouillon

Coup d'oeil sur cet article

«J’ai amorcé ma carrière avec un try-out, je vais possiblement la terminer de la même façon.»

Âgé de 38 ans, Francis Bouillon est conscient que la fin de sa carrière dans la LNH approche. Et il vit sereinement avec cette ­réalité.

C’est la raison pour laquelle il a refusé une offre de contrat à deux volets que lui a soumise le Canadien il y a quelques jours. Pas question pour lui de terminer sa carrière professionnelle dans la Ligue américaine.

«Si ça se termine cette année, ça se terminera cette année. Au moins, j’aurai essayé d’aller jusqu’au bout. D’ailleurs, j’ai quand même eu une belle carrière», a-t-il déclaré au terme du premier match simulé du camp d’entraînement.

Et comment! On ne donnait pas beaucoup de chance à Bouillon de faire carrière dans la LNH lorsque, du haut de ses 5 pi 8 po, il a soulevé la coupe Memorial en 1996, alors qu’il était le capitaine des Prédateurs de Granby.

Comme il l’a lui-même fait à l’automne de 1999, de jeunes joueurs viendront prendre sa place, plus tôt que tard. Et malgré les fiers services qu’il a offerts au Canadien durant toutes ces années, le Montréalais n’est pas amer de la tangente que souhaite donner Marc Bergevin à son équipe.

«J’ai vécu une petite déception au départ, mais je comprends parfaitement la situation. À un certain moment, n’importe quelle organisation souhaite donner une chance à la relève. Marc a clairement dit qu’il veut faire de la place aux jeunes.»

En grande forme

Même si Bouillon a toujours dû se battre pour faire sa place et la garder, il y a longtemps qu’il ne s’était pas présenté à un camp sans contrat. S’il avoue que cette situation a pu être difficile mentalement par moment, il assure qu’elle n’a eu aucune incidence sur sa forme physique.

«J’ai toujours été un gars qui s’entraîne fort. Ce fut encore la même chose cet été. Je ne voulais pas me fermer de portes. On sait qu’il y a des blessures qui peuvent arriver au cours des camps d’entraînement, même chez les autres équipes.»

D’ailleurs, il souligne que d’autres formations lui ont fait signe au cours des dernières semaines, mais son cœur est toujours à Montréal.

«Je préférais rester ici. J’ai développé une bonne relation avec l’organisation au fil des ans, a-t-il indiqué.

«C’est certain que je pousse fort pour sortir d’ici avec un contrat. J’aimerais terminer ma carrière avec le Canadien.»

Commentaires