/sports/hockey/canadien
Navigation
canadien

Dix mois après avoir quitté les Bulldogs, Nygren tente de nouveau sa chance

Magnus Nygren
photo Pierre-Paul Poulin Magnus Nygren

Coup d'oeil sur cet article

Lorsque vient le temps de dresser la liste des jeunes candidats qui pourraient percer la formation du Canadien, le nom de Magnus Nygren est souvent oublié.

Élu meilleur défenseur de la Ligue élite de Suède, il y a deux ans, l’athlète de 24 ans a amorcé la dernière saison avec les Bulldogs d’Hamilton.

Affecté par le mal du pays, il est rentré dans sa Suède natale, son baluchon sur l’épaule, après seulement 16 matchs.

Dix mois plus tard, le voici de retour au camp d’entraînement.

Rencontré dans le vestiaire hier, à Brossard, il n’a pas voulu revenir sur les raisons qu’ils l’ont poussé à retourner porter les couleurs du Farjestad BK. Il s’est plutôt contenté de dire que la décision avait été prise d’un commun accord avec le Canadien.

Or, l’automne dernier, il avait indiqué dans un quotidien suédois que la vie à Hamilton était triste, que le taux de chômage y était élevé et que la pauvreté était omniprésente.

Tout pour confirmer la thèse des difficultés d’adaptation.

Seulement deux possibilités

D’ailleurs, en avril, dans une entrevue accordée au collègue Kevin Dubé, et publiée dans ces pages, Nygren assurait qu’il était hors de question qu’il revienne en Amérique pour jouer à Hamilton.

«Je ne souhaite pas jouer dans la Ligue américaine de hockey. Je pense que je peux jouer dans un niveau plus élevé», pouvait-on lire dans ce texte.

Or, il semble que l’état-major du Canadien ne soit pas du même avis que son choix de 4e tour en 2011.

Hier, en conférence de presse, Michel Therrien n’a pas usé de détours quant à l’avenir de Nygren.

«Dans son cas, ce sera Montréal ou Hamilton», a-t-il sèchement laissé tomber.

Au Canadien de décider

Puisque les deux parties ne semblent pas sur la même longueur d’onde en ce qui a trait à la suite des événements advenant une rétrogradation, Nygren pourrait-il exiger une transaction si Therrien décide de lui préférer d’autres candidats?

«Je ne contrôle pas ma destinée. Le Canadien dictera mon sort. Les dirigeants choisiront ce qu’il y a de mieux pour moi.»

D’ailleurs, confiant de ses moyens, Nygren, crois que ses chances de demeurer à Montréal sont aussi grandes que celles de Nathan Beaulieu, Jarred Tinordi et Greg Pateryn.

«Ce sont trois bons jeunes défenseurs et je comprends les gens de parler d’eux. Mais, j’ai le sentiment que je fais partie de la même course», a-t-il soutenu.

Nygren aura assurément l’occasion de prendre part à quelques matchs préparatoires. Ce sera là sa véritable chance de montrer ce dont il est capable.

Commentaires