/sports/football
Navigation
Football

La vague bleue submerge les Redmen

Gabriel Cousineau.
JOEL LEMAY/AGENCE QMI Gabriel Cousineau.

Coup d'oeil sur cet article

Sean Thomas-Erlington a récolté 112 verges et deux touchés en attaque avant de subir une entorse à la cheville durant la demie initiale, vendredi, et les Carabins de l’Université de Montréal ont rossé les pauvres Redmen de McGill au compte de 43-17.

Dominante, la troupe de l’entraîneur-chef Danny Maciocia a savouré une deuxième victoire d’affilée au CEPSUM après avoir été piétinée par le Rouge et Or de l’Université Laval en ouverture de saison.

Pendant ce temps, le début de campagne misérable des visiteurs s’est poursuivi, puisqu’ils ont encaissé un troisième échec consécutif. Les Redmen ont accordé 127 points jusqu’ici, de quoi rendre leur pilote Clint Uttley rouge de colère.

«Je suis tellement content, surtout pour Gabriel (Cousineau), a précisé Maciocia à propos de son quart qui amassé 278 verges et trois touchés. Il y a encore des gens qui se posent des questions à son sujet, mais pas moi! Il est plus confiant et communique toujours sur les lignes de côté. Il aura son mot à dire d’ici la fin de l’année.»

Malgré ce triomphe, le portrait n’est pas complètement rose chez les Carabins, car leur principal porteur de ballon pourrait rester à l’écart. Après avoir inscrit un majeur de 19 verges au deuxième quart, le numéro 1 a été enseveli est demeuré au sol durant quelques minutes. Incapable de marcher, il a eu besoin de ses coéquipiers pour retourner au vestiaire.

«Il a une entorse et on aura une meilleure idée demain (samedi)», a dit Maciocia.

Autre balade dans le parc

Comme ce fut le cas la semaine dernière face aux Gaiters de Bishop’s, les favoris de la foule ont réglé le cas de leurs vis-à-vis en 30 minutes. Grâce à 312 verges, ils ont inscrit les 26 premiers points de la partie et dominaient 33-10 à la mi-temps.

Cousineau a repris là où il avait laissé, décochant un petit «lob» à l’intention de Thomas-Erlington, qui a filé dans la zone payante au cours de la deuxième séquence offensive des siens.

Après un placement de 33 verges de Félix Ménard-Brière, les Carabins ont creusé l’écart. Nicolas Dubeau a couru à l’horizontale pour battre de vitesse ses poursuivants et porter la marque à 17-0.

Une fois Thomas-Erlington parti, les «Hommes rouges» ont repris un peu de couleurs, obtenant 10 points de suite. Néanmoins, les Bleus ont répliqué avec le court touché de Manuel Crisi-Lauzon, qui s’est dirigé au centre avec une aisance déconcertante.

«On voulait profiter des nombreux trous qu’ils nous offraient et c’est ce qu’on a fait, a mentionné celui-ci. Maintenant, on veut conserver notre rythme et rester positif. C’est de bon augure pour les prochains matchs.»

Davidson célèbre en grand

Mikhail Davidson a souligné son 23e anniversaire de naissance dignement. Il a ajouté un majeur sur une passe de 54 verges au troisième quart, devenant le receveur le plus prolifique de l’histoire de l’équipe avec 1619 verges. Davidson en a totalisé 137 pendant le match.

«Sérieusement, je n’y pensais pas et je l’ai su grâce à l’annonceur-maison, a-t-il indiqué. C’est plaisant d’avoir un record, surtout qu’on a un meilleur synchronisme avec Gabriel. Il faut par contre corriger certains aspects comme les pénalités. Et on n’a pas fini de la façon souhaitée.»

Remplacé par Hugo Henderson en fin de rencontre, Cousineau a complété 18 de ses 22 passes. Du côté des perdants, Luis Guimont-Mota a été limité à moins de 40 verges.

«Le plan était de réduire ses gains et de forcer McGill à lancer plus souvent. Et après avoir pris une grosse avance, la clé était d’utiliser tout le monde; on a l’opportunité de faire jouer notre futur et il faut la saisir», a conclu Maciocia.

Samedi prochain, les Bleus affronteront les X-Men de l’Université St. Francis Xavier, à Antigonish, en Nouvelle-Écosse.

Commentaires
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.