/misc
Navigation

L'Écosse dit non. Ou quand les erreurs des sondages sont prévisibles

Coup d'oeil sur cet article

Le résultat n'est pas complètement officiel au moment où j'écris ce billet, mais l'Écosse a dit non à l'indépendence. La marge de victoire du NON est plus grande que prévue par les sondages. Et dans les faits, les erreurs des sondages étaient prévisibles.

Le NON a donc gagné avec environ 55% des votes, contre 45% au OUI. À titre de comparaison, la moyenne des sondages avaient le NON à 52%. Ma propre moyenne, avec une répartition non-proportielle des indécis (60% accordés au NON) avait essentiellement la même chose, avec le NON entre 52 et 53%. Cette option était donc sous-estimé dans les sondages et ce n'est de loin pas une surprise.

Est-ce que les indécis se sont rangés massivement derrière le NON? Possible. Lors de mon billet d'hier, je disais que ma répartition 60-40 était en fait conservatrice et qu'il était bien possible que le NON recueille en fait bien davantage de ces indécis. Si la sous-estimation vient vraiment des indécis, cela signifierait que près de 90% de ces derniers se seraient finalement rangé derrière le NON.  Il se peut aussi que certains partisans du OUI aient changé d'avis. Ou encore que les sondages sous-estimaient systématiquement le NON. La vérité est que c'est probablement un mélange de toutes ces raisons. Il y a aussi la question de qui a réussi à faire sortir son vote. Les indépendentistes Écossais étaient particulièrement déçus hier de la relative faible participation à Glasgow.

Peu importe la raison, le fait est qu'il n'est pas surprenant que le NON l'ait emporté et l'ait fait avec une marge supérieure aux sondages. Au cours des deux dernières semaines, j'ai  répété que selon moi, si le OUI devait l'emporter, il devrait être largement en tête dans les sondages. Ceci afin de compenser pour une surestimation probable de cette option.

J'avais aussi que le camp du OUI avait un peu moins de 20% de chances de gagner. On ne saura jamais si c'était vraiment le cas ou non. La marge de victoire du NON montre que la situation n'était pas aussi serrée que les sondages ne pouvaient le laisser penser. Le OUI n'avait somme toute que de faibles chances de gagner. Il est raisonnable de penser que le 20% accordé à ce camp était probablement trop élevé. En même temps, les sondages étant ce qu'ils sont, il reste toujours une incertitude importante lors d'un scrutin de cette ampleur. Ajoutez à cela le taux de participation incroyable (plus de 80% des électeurs ont voté, y compris ceux âgés de 16 et 17 ans) et il serait faux de penser que le OUI n'avait absolument aucune chance.

Au final, difficile de vraiment juger les sondages. D'un côté, ils ont clairement sous-estimé le NON (ou surestimé le OUI) par environ 2-3 points (ce qui est hors de la marge d'erreur pour la moyenne des sondages). Mais d'un autre côté, les sondages ont failli dans la direction attendue. C'est vraiment genre une erreur peu surprenante. Il en serait tout autrement si le OUI avait causé la surprise hier soir.

 

9 commentaire(s)

Rick dit :
19 septembre 2014 à 7 h 46 min

ouffffff, les péquiste l`on vaincu aussi avec leur sondages durant l`élection

Cyd dit :
19 septembre 2014 à 8 h 50 min

On écrit Indépendance et non ...

apouchkine dit :
19 septembre 2014 à 9 h 38 min

Le camp du YES secondé par les loosers péquisses ont perdu, vous êtes surpris??? Maintenant les petits députés vont revenir à la maison travailler, c'est pour ça qu'on les paye. Ils vont même nous faire croire qu'ils ont gagné.

Leon38 dit :
19 septembre 2014 à 10 h 04 min

Vous avez déjà vu un sondage exact, moi non n'en déplaise à M. Léger qui se trompe à chaque sondage.

GBSSVP dit :
19 septembre 2014 à 10 h 37 min

Vous dites: "Au final, difficile de vraiment juger les sondages." Alors pourquoi tout cet article ??? Vous me faites penser aux économistes et aux présentateurs de météo. On émet une opinion et on ajuste en cours de route en trouvant des prétextes pour dire que, si ça n'a pas été comme on avait prévu, c'est parce que..... pour finir par dire, que finalement, n'eut-été de ceci ou cela, on avait raison !!!

Pourquoi pensez-vous que météomédia diffuse 24 heures ? Pour prouver que leurs prévisions étaient justes, au fur et à mesure de l'évolution de la situation. ;-)

F.commonsens dit :
19 septembre 2014 à 13 h 58 min

Il ya autant de sondage exact et precis que de politiciens intergre et honnete.

En autre,

Un chien, un chat ou un mort qui vote "non" n'est PAS une erreure de compilation ou meme de recomptage: il as bel et bien voter non.

(me demande combien vont la comprendre celle-la)

vraifederaliste dit :
21 septembre 2014 à 12 h 45 min

L'Ecosse est une région conservatrice, les scores pour le non dans les Highlands frolent parfois les 70 %...une grande partie de la population est très attachée a la couronne britannique.

Remarquons que Claire Durand avait prévu un score proche du résultat final.

Je pensais aussi que le score serait proche de 55-45 %, en fait, depuis que l'on pose la question en Ecosse dans des sondages, la réponse est dans la tranche de 40 % pour le oui.

La participation électorale en Ecosse est souvent faible et il n'y a pas de modèles pour des taux de participations de 85 ou 90 %...je demeure convaincu que les indécis ou les discrets ont votés surtout pour le non.

Evidemment nos amis du PQ clament que c'est une grande victoire...

Gilles Laplante dit :
22 septembre 2014 à 20 h 55 min

Je me demande combien il y a de gens comme moi qui disent systématiquement le contraire de ce qu'ils vont faire lors d'un sondage. Est-ce que les modèles prévoient ça?

Claude Boire-Lavigne dit :
2 octobre 2014 à 11 h 50 min

A quand un sondage qui posera la question suivante. Êtes vous d'accord pour que le Québec reste dans le CANADA tel qu'il existe actuellement et ce sans aucun changement constitutionel?