/opinion/columnists
Navigation

Les misérables

Coup d'oeil sur cet article

Quel ballon lancé par notre ministre des Finances ! Tous les Canadiens auraient droit à des baisses d’impôt d’ici quelques mois… sauf les Québécois.

Quel ballon lancé par notre ministre des Finances ! Tous les Canadiens auraient droit à des baisses d’impôt d’ici quelques mois… sauf les Québécois.

Les travailleurs du Québec ne mériteraient pas cet allègement que permet la marge de manœuvre dans le budget fédéral. C’est l’hypothèse envisagée par des membres du gouvernement libéral.

La nouvelle est apparue cette semaine. Ensuite, le ministre Leitao, nouveau en politique, a essayé de dissiper les craintes, mais sans prendre une position radicalement claire. Peut-on s’imaginer qu’il songe vraiment à venir nous arracher la plus grande partie, voire la totalité, des sommes que le fédéral nous laissera sur nos payes à compter du prochain budget?

Les exclus

Que cette option soit sérieuse ou non, il faut s’arrêter pour dénoncer le seul fait que quelqu’un y ait pensé. Arrêtez-vous pour visualiser la chose: au prochain budget fédéral, les contribuables canadiens de Terre-Neuve à la Colombie-Britannique vont être curieux de découvrir de quel montant d’impôt ils vont être soulagés, mais pas nous les misérables Québécois. Notre gouvernement menace de faire une saisie sur nos baisses d’impôt. (J’ai failli écrire un hold-up.)

Notre nouveau ministre des Finances a utilisé l’expression «espace fiscal» pour parler d’éventuelles baisses de l’impôt fédéral. Un espace fiscal, c’est comme de l’argent déjà sorti de nos poches, qui ne nous appartiendrait donc plus, donc qu’un autre niveau de gouvernement vite sur la gâchette a bien le droit de s’approprier. Je prétends plutôt que c’est NOTRE argent, gagné via NOTRE travail, que le fédéral décide de cesser de nous arracher parce que, ayant réduit ses dépenses, il n’en a plus besoin. Pas un supposé «espace fiscal», mais des sous durement gagnés dont les familles ont bien besoin!

Du déjà vu

L’une des raisons de s’inquiéter de les voir jongler avec ça, c’est que le même parti l’a déjà fait. Après la baisse de la TPS de 7 à 5%, nous nous en sommes fait passés une vite. Le gouvernement libéral de l’époque disait devoir «occuper cet espace fiscal» pour régler nos problèmes de déficit. C’est à ce moment qu’ils ont haussé la TVQ de deux points, annulant la baisse de la TPS fédérale. Et nous avons accepté ça comme de gentils moutons. Vous savez quoi? Nos gouvernements ont dépensé tout cet argent et nous sommes restés dans le trou comme vous le constatez maintenant.

D’ailleurs, il n’y a pas eu seulement la TVQ. Il y a eu une nouvelle taxe santé, des hausses de taxes sur l’essence et quelques autres. Notre collègue Michel Girard comptabilisait plus tôt dans la semaine que la hausse totale des revenus du gouvernement du Québec atteint 16 milliards depuis cinq ans. 16 milliards engouffrés dans les dépenses supplémentaires et qui ne nous ont pas sortis du trou. Et maintenant, nous n’aurions plus droit aux baisses d’impôt d’Ottawa?

Si cette idée venait de Québec Solidaire, ce serait cohérent avec les politiques du parti. Mais d’un gouvernement libéral fort de son trio économique, inacceptable.

 

Commentaires
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.