/misc
Navigation

L'horloge «porte-bonheure»

Coup d'oeil sur cet article

Québec est maintenant à l'heure jurassienne...

L'horloge géante offerte par le Canton du Jura à la Ville de Québec en 2008 à l'occasion du 400e anniversaire est maintenant installée dans les Jardins de l'hôtel de ville.

«Pas moins de 26 corps de métier, 6 400 heures de développements et 4 000 heures de montage pendant 6 ans ont été nécessaires pour assembler le garde-temps qui pèse près de 2 tonnes. A lui seul, le mouvement est composés de 5 450 pièces» ( source).
Dévoilement de l'horloge du Jura offerte à la ville Quebec ce vendredi le 17 septembre 2014. Crédits photo : Stevens LeBlanc/Journal de Québec/Agence QMI

Notre Big Ben Au-delà de tout ce qui s'est écrit depuis que le choix a été fait d'installer l'horloge à l'extérieur plutôt que dans la Bibliothèque Gabrielle-Roy, il faut avouer que cet important legs possède tout le potentiel pour devenir une attraction de grande valeur dans le Vieux-Québec. (Ajout : Elle commence déjà à attirer les curieux)

Il s'est écoulé 6 ans entre l'annonce du don et son installation dans un abri de verre, mais il faut voir l'ampleur du mécanisme qui contient pas moins de 5 451 pièces pour en apprécier sa stature.

Le mouvement de l'horloge est visible et animé en permanence. Elle affiche un double fuseau horaire, avec les heures du Jura et du Québec. Ayant coûté plus de 2,4 millions $ à produire et nécessité 10 000 heures de travail, l'horloge est maintenant bien en place.

Elle est haute de 3,5 mètres et pèse 1 913 kilogrammes. Elle a été conçue sous un très haut niveau de complexité technique.

Je n'ai aucun doute sur le fait que ce joyau va susciter la curiosité et l'admiration des nombreux touristes qui ne manqueront pas de faire le détour pour la scruter.

Régis Labeaume a prédit qu'elle deviendrait une signature de Québec et force est d'admettre qu'il aurait été dommage qu'une aussi belle pièce d'orfèvrerie soit cachée à l'intérieur d'un immeuble.

L’horloge «porte-bonheure» se veut le gage de l'amitié indéfectible qui uni le Canton du Jura et la Ville de Québec, depuis l’accord de coopération de 1983. Elle devrait demeurer pour au moins 25 ans dans les Jardins de l’hôtel de ville.

Comme l'indiquait le Journal hier, «les gens qui veulent en savoir plus sur le travail de Richard Mille peuvent aller voir une installation sur cet horloger au Musée de la civilisation jusqu’à demain, dimanche.

Constituée de composants horlogers nobles (acier inoxydable, aluminium, titane, laiton noirci, invar, rubis, saphir, céramique et verre), l'horloge forme un ensemble moderne et contemporain en tous points exceptionnel. Crédits photo : www.jura.ch

3 commentaire(s)

L'autre Ginette dit :
20 septembre 2014 à 17 h 35 min

Magnifique, une beauté moderne réglée au quart de tour. Endroit bien choisi pour la voir, l'admirer, apprécier son mouvement très saccadé. J'adore les horloges, les montres, j'adore le temps, j'ai le temps et je le prends pour savourer chaque moment de la vie. Bravo pour ce cadeau précieux et unique. Merci au Canton du Jura pour leur patience, leur grand savoir-faire, leur goût du beau. Je l'aime cette horloge du Jura. Elle est là pour le plaisir des yeux. Les belles choses valent leur pesant d'or. Au diable l'argent qu'elle coûte, c'est très tendance de vivre à crédit. Si nous devons frapper un mur un jour, un peu plus, un peu moins, ça ne fait pas de différence.

larry dit :
21 septembre 2014 à 4 h 02 min

Les montréalais n'appellerons plus Québec, la «vieille capitale» mais la ville de l'horloge jurassique,cela fait 150 millions d'année plus vieux que«veille capitale»

Alain Sirois dit :
21 septembre 2014 à 8 h 56 min

Je suis allé admirer l'horloge dans les heures suivant son dévoilement, et je n'ai pas été déçu. L'endroit a été idéalement choisi, il s'agit d'un monument exceptionnel qui ajoute au caractère distinctif du Vieux-Québec, dont je prédis qu'il va s'intégrer instantanément à l'ensemble archtectural comme l'a fait la fontaine de Tourny. Il est important que l'on consacre une part (minime) du budget municipal au volet culturel et archtectural, surtout en période de misère sociale et économique comme présentement. Aucun des monuments et lieux célèbres qui font la fierté des nations n'aurait vu le jour, si l'on avait exigé un consensus de toutes les couches de la population avant de les réaliser. En matière de culture et de civilisation, la soi-disant "sagesse populaire" est souvent mauvaise conseillère et nous tire toujours vers le bas. Félicitations à Québec, et merci au Jura.