/sports/hockey/canadien
Navigation
Match intra-équipe

Scherbak émerveillé

« J’oublie tout quand je rentre dans ce vestiaire » - Nikita Scherbak

Coup d'oeil sur cet article

Il y avait près de 17 000 personnes dans les gradins pour un simple match entre les Rouges et les Blancs. Sur la glace, il y avait aussi un jeune joueur de 18 ans qui regardait un peu partout.

Il y avait près de 17 000 personnes dans les gradins pour un simple match entre les Rouges et les Blancs. Sur la glace, il y avait aussi un jeune joueur de 18 ans qui regardait un peu partout.

Nikita Scherbak, le choix de premier tour du Canadien au dernier repêchage, n’oubliera pas cette journée du 22 septembre. En matinée, il a été échangé des Blades de Saskatoon aux Silvertips d’Everett dans la Ligue junior de l’Ouest.

Quelques heures plus tard, le Russe a foulé pour une première fois la patinoire du Centre Bell aux côtés d’Alex Galchenyuk et de Brendan Gallagher. Et il n’a pas manqué cette occasion.

Malgré un revers de 2 à 1 de son équipe, Scherbak a agi comme l’un des acteurs principaux de cette soirée. Il a servi une superbe passe sur le but de Galchenyuk en deuxième période. Auparavant, il s’était également faufilé à la vitesse grand V entre Francis Bouillon et Joe Finley sans toutefois déjouer Zachary Fucale.

« C’était incroyable de jouer avec Alex et Brendan, a dit Scherbak avec un immense sourire. J’ai vraiment aimé l’expérience. Je suis très content de mon match. »

Le Moscovite a eu besoin de quelques minutes avant de trouver son rythme.

« J’ai chassé la nervosité assez rapidement, a-t-il expliqué. Mais, à mes premières présences, je sentais que mes mains tremblaient quand je tentais une passe. »

Après sa réponse, Scherbak a levé les yeux pour contempler le tout nouveau vestiaire du Canadien au Centre Bell.

« J’oublie tout quand je rentre dans ce vestiaire. Je trouve ça tellement incroyable, je regarde un peu partout. Je vis un rêve. C’est fou. »

Des ressemblances avec le 27

Avant le début du camp, Scherbak avait dit qu’il se faisait souvent comparé à Galchenyuk. Cette comparaison tient la route selon Gallagher qui jouait à l’aile droite avec eux.

« Il est exactement comme Chuckie (Galchenyuk), a affirmé Gallagher. Ils sont très similaires. Ils sont un peu différents dans leur style, mais généralement, ils se ressemblent, ils aiment tous les deux se faufiler et attaquer les défenseurs. »

« Quand tu es choisi au premier tour, c’est signe que tu as certaines habiletés, a-t-il poursuivi. Mais il aime aussi jouer, il a du plaisir, et c’est ce qui me donne espoir qu’il deviendra un bon joueur. »

Plus chaud à Everett

Scherbak a également raconté l’autre événement important de sa journée.

« Je savais qu’une transaction représentait une possibilité. Quand mon agent m’a dit que je partais pour Everett, j’ai juste répondu OK. Sur le coup, j’étais assez triste. J’avais de bons amis à Saskatoon. J’ai adoré l’organisation des Blades, j’ai reçu l’aide de tout le monde là-bas. Je veux remercier la ville de Saskatoon et les Blades. »

« Mais, les transactions font partie de la réalité du hockey. Je l’ai appris rapidement. »

À Everett, Scherbak jouera cette saison pour une meilleure équipe et il profitera aussi du climat plus chaud de l’État de Washington.

« C’est aussi un peu plus chaud qu’à Saskatoon. Les froids de -65 à Saskatoon, c’était un peu trop pour moi », a-t-il lancé.

 
Commentaires