/entertainment/movies
Navigation
2 temps 3 mouvements

« Je suis tombé sous le charme de Vanier »

Christophe Cousin présente 2 temps 3 mouvements au Festival de cinéma de la Ville de Québec

Hugues Frenette , Christophe Cousin , Philomene Bilodeau et Leo Caron ont 
assisté à la première de 2 temps 3 mouvements au FCVQ.
Photo Jean-François Desgagnés Hugues Frenette , Christophe Cousin , Philomene Bilodeau et Leo Caron ont assisté à la première de 2 temps 3 mouvements au FCVQ.

Coup d'oeil sur cet article

C’était soirée de retrouvailles pour Christophe Cousin. Plus d’un an après avoir tourné son premier long-métrage, 2 temps 3 mouvements, à Québec, le cinéaste français était de retour dans la capitale pour montrer le fruit de son travail au Festival de cinéma de la Ville de Québec.
C’était soirée de retrouvailles pour Christophe Cousin. Plus d’un an après avoir tourné son premier long-métrage, 2 temps 3 mouvements, à Québec, le cinéaste français était de retour dans la capitale pour montrer le fruit de son travail au Festival de cinéma de la Ville de Québec.

Cousin était accompagné de quelques acteurs québécois qui ont participé au tournage, dont la jeune Philomène Bilodeau, pour la présentation du film, encore inédit chez nous et en France, au Capitole.

«Le film date un peu alors ça va être un moment assez fort pour moi», a confié Cousin, dans une entrevue qu’il a accordée au Journal avant de renouer avec les Québécois.

Outre Bilodeau, on note au générique la présence d’Antoine L’Écuyer et d’Anne-Marie Cadieux, tous deux absents hier.

Suicide

Sur le thème du déracinement, 2 temps 3 mouvements relate les difficultés de Victor (Zacharie Chasseriaud), un adolescent français à s’adapter à sa nouvelle vie à Québec avec sa mère (Aure Atika), après la mort de son papa.

Le suicide d’un camarade d’école va déclencher chez lui un processus de reconstruction de soi-même. Mais attention, 2 temps 3 mouvements n’est pas un film qui traite du suicide chez les jeunes.

«Mon intérêt était de suivre Victor et non pas de tomber dans un film démonstratif qui explique pourquoi les adolescents se suicident», indique le réalisateur.

Sous le charme de Vanier

Christophe Cousin, qui signe aussi le scénario du film, avait d’abord pensé tourner en France. Mais une rencontre avec le réalisateur québécois Sébastien Rose (La vie avec mon père, Le banquet) a changé la donne.

«On a fait une virée tous les deux à Québec et le premier endroit où on s’est garés, c’est le quartier Vanier. Je suis tombé sous le charme du lieu. J’avais le sentiment de rencontrer le décor du film.»

Pourquoi Vanier? «Ça me permettait d’avoir un lieu qui n’est pas immédiatement reconnaissable. Et Montréal ou le Vieux-Québec auraient été trop identifiables.»


2 temps 3 mouvements prend l’affiche vendredi.

Le Festival de cinéma de la Ville de Québec remettra ses prix ce soir, à 20 h, au Palais Montcalm. La cérémonie sera suivie de la présentation du film de clôture, La belle et la bête, qui met en vedette Léa Seydoux et Vincent Cassel.

 

Commentaires