/news/politics
Navigation
Atikamekw

Prêts à freiner les forestières

Le chef du Conseil des Atikamekw d'Opitciwan, Christian Awashish.
Photo Facebook Le chef du Conseil des Atikamekw d'Opitciwan, Christian Awashish.

Coup d'oeil sur cet article

NITASKINAN – La nation Atikamekw n’aura pas tardé à pousser plus loin l’affirmation de sa souveraineté, après sa déclaration du 8 septembre dernier, et prend pour cible les entreprises forestières.  

Dans un communiqué, les Atikamekw préviennent qu’aucune opération forestière ne sera tolérée sur son territoire sans que les entreprises exploitantes n’aient obtenu son consentement préalable.

Cette nouvelle salve survient alors que plusieurs entreprises forestières doivent obtenir leur réenregistrement au système d’aménagement forestier du Forest Stewardship Council (FSC). C’est précisément sur ce point que comptent intervenir les Atikamekw pour bloquer l’exploitation sur leur territoire d’Opitciwan.

Sept entreprises, présentement en processus d’audits, sont concernées: Produits Forestiers Résolu, Kruger, Tembec, Gestion forestière St-Maurice, Barette Chapais et Chantier Chibougamau.

La délivrance de la certification FSC se fonde sur le respect de principes enchâssés dans des normes internationales. Le principe 3 soutient que le gestionnaire ou le propriétaire forestier doit respecter le «droit des peuples à posséder, utiliser et gérer leurs terres et ressources».

«Nous n’avons jamais consentit ou encore donné notre accord à l’exploitation massive des ressources forestières qui se retrouvent sur notre territoire. Si les entreprises forestières veulent exploiter les ressources qui nous appartiennent de droit, ils doivent obligatoirement s’adresser à nous et obtenir notre consentement», a déclaré mardi le chef Christian Awashish.

Toujours selon les normes du FSC, les entreprises doivent garantir une protection adéquate du territoire certifié, des vieilles forêts et des espèces qui en dépendent.

Les Atikamekw soutiennent que le territoire d’Opticiwan présente toujours l’empreinte de décennies d’exploitation forestière «sans qu’un réseau d’aires protégées adéquat ni des plans de conservation ne soient mis en place».

Par conséquent, le Chef Christian Awashish et le Conseil d’Opitciwan demandent la suspension de la certification FSC aux entreprises visées.  

 

Commentaires
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.