/entertainment/tv
Navigation
Yamaska : Une marche pour la vie

La concrétisation d’une «idée folle»

Yamaska
Les personnages de Yamaska préparent La Marche pour la vie.

Coup d'oeil sur cet article

Dans un «moment de pure folie» la saison dernière, Anne Boyer et Michel d’Astous ont lancé une idée saugrenue: organiser une marche pour prévenir le suicide réunissant non seulement les comédiens de Yamaska, mais les fans du téléroman. Les deux auteurs verront leur incroyable projet prendre forme demain quand des milliers de personnes prendront d’assaut les rues de Granby pour sensibiliser la population contre cet horrible fléau social.

Dans un «moment de pure folie» la saison dernière, Anne Boyer et Michel d’Astous ont lancé une idée saugrenue: organiser une marche pour prévenir le suicide réunissant non seulement les comédiens de Yamaska, mais les fans du téléroman. Les deux auteurs verront leur incroyable projet prendre forme demain quand des milliers de personnes prendront d’assaut les rues de Granby pour sensibiliser la population contre cet horrible fléau social.

Les 5000 inscriptions disponibles ayant toutes trouvé preneurs, cet événement affiche complet, au grand plaisir du tandem de créateurs. «C’est une cause qui mérite toute notre attention, déclare Anne Boyer au Journal. Les gens ont embarqué de manière spontanée. Nous en sommes très fiers.»

Dix acteurs de Yamaska, dont Chantal Fontaine, Normand D’Amour, Anne-Marie Cadieux, Patrick Labbé et Denis Bernard, participeront au rendez-vous. Ils seront tous dans la peau de leurs personnages puisque durant la marche, des scènes seront tournées. Ces séquences seront insérées dans le prochain épisode du téléroman, qui sera présenté 24 heures plus tard, soit lundi soir. «C’est un véritable tour de force», mentionne Anne Boyer, rappelant que cette marche survient six mois après le suicide de Rachel, le personnage que jouait Nathalie Malette.

Devant cette mort tragique, les téléspectateurs ont réagi avec force au printemps dernier. «Nous avons reçu des témoignages déchirants, dévoile Anne Boyer, qui consulte fréquemment la page Facebook de Yamaska, suivie par 110 000 internautes. On a senti combien la mort par suicide, c’est affreux. Tu passes ta vie à poser des questions sans jamais avoir de réponse. Le suicide, c’est très violent pour les autres, ceux qui restent.»

Captiver son auditoire

En plus de braquer les projecteurs sur une cause importante, cette marche sert aussi à piquer la curiosité des téléspectateurs, qui seraient peut-être tentés d’aller voir ailleurs après cinq ans de Yamaska. Car en 2014, tous les moyens sont bons pour captiver son auditoire.

«La télévision a évolué de façon incroyable au cours des dernières années, reconnaît Anne Boyer. Plus ça va, plus ça ressemble au cinéma. Le rythme est rapide. Cela dit, il existe toutes sortes de façons de garder les téléspectateurs en haleine durant la saison. On n’est pas toujours obligé de leur présenter une succession de scènes syncopées avec de gros, gros punchs.»

La fin en 2016

Anne Boyer et Michel d’Astous écrivent présentement les épisodes qui seront présentés en septembre 2015, alors que Yamaska amorcera sa septième et dernière saison. Le tandem attend d’avoir fini son travail pour songer à ses autres projets. «On se demande vers quoi on va aller après, dit Anne Boyer. Chose certaine, notre prochaine série sera très différente de celle-là.»

«Yamaska, c’est la série dans laquelle on a fait toutes nos expériences multiplateformes et transmédias. Ça va être vraiment difficile de quitter la famille Harrison.»

La marche pour la vie de Yamaska aura lieu dimanche, 28 septembre à Granby. Départ au parc Daniel-Johnson à 10 h.


TVA présente Yamaska les lundis soir à 20 h.

 

Commentaires