/news/green
Navigation
Fleuve Saint-Laurent

Superpétroliers: craintes des députés à Québec et à Ottawa

Bernard Drainville, Asemblee Nationale,
Photo Simon Clark / Agence QMI Le député Bernard Drainville, à l'Assemblée nationale, le 24 septembre 2014.

Coup d'oeil sur cet article

Le transport de pétrole des sables bitumineux sur le fleuve Saint-Laurent dans des superpétroliers soulève la crainte de députés, tant à Québec qu'à Ottawa.

À Ottawa comme à Québec, avec la tragédie de Lac-Mégantic en tête, l'opposition s'inquiète du travail de Transports Canada.

«Transport Canada a été sévèrement blâmé pour son laxisme. Notre gouvernement a-t-il obtenu des garanties de sécurité en ce qui concerne le passage des superpétroliers sur notre fleuve?» a demandé le député péquiste Bernard Drainville

Le superpétrolier Minerva Gloria, qui a quitté Sorel-Tracy mercredi matin, fait 250 mètres de long et 44 mètres de large. À certains endroits dans le Saint-Laurent, il frôle les fonds marins.

«Comme ancien ministre de l'Environnement, je suis extrêmement préoccupé», a déclaré de son côté le chef néo-démocrate Thomas Mulcair.

Pourtant, au ministère fédéral des Transports on soutient que de nouvelles mesures ont été instaurées pour améliorer la sécurité des navires-citernes. Transports Canada a retiré la limite de responsabilité des dommages en cas de pollution, il a aussi mis en place un système de navigation dernier cri et augmenté les heures de vol du programme de surveillance aérienne.

«C'est à eux autres de nous dire: "Voilà, le processus est rigoureux, il y a des vérifications qui sont faites, les bateaux sont sécuritaires"», selon le député libéral fédéral dans Bourassa, Emmanuel Dubourg.

Comme les Québécois sont échaudés à la suite de la tragédie de Lac-Mégantic, l'opposition soutient que le gouvernement a le devoir de rassurer la population et qu’il se doit de prouver qu'il la protège, ainsi que l'environnement.
 

Commentaires