/travel/destinations
Navigation
Costa Rica

Surf & yoga : La combinaison idéale

Coup d'oeil sur cet article

Pourquoi faire une retraite de yoga et de surf? Pour donner un sens plus profond à ses vacances et revenir chargé d’énergie. D’autant plus que cette remise en forme qui touche le corps et l’esprit peut se faire dans un petit coin de paradis. Où? Au Costa Rica, devenu la Mecque de ces deux activités qui combinent à la fois la quête du bien-être et l’adrénaline.

Relaxant et énergisant!

Entre rouleaux et méditation, le yoga et le surf se rencontrent.

Le Costa Rica est très connu pour son tourisme durable, sa végétation verdoyante qui renferme des trésors naturels. Plus que partout ailleurs, ce petit pays considéré comme la Suisse de l’Amérique Centrale protège la richesse de son environnement tout en permettant aux touristes consciencieux de profiter de sa biodiversité.

Le Costa Rica est aussi l’Éden tropical pour tout investisseur à la recherche d’un paradis fiscal joignant nature, calme et prospérité. Depuis des décennies, il préserve avec soin ses parcs nationaux et ses réserves biologiques et animalières qui couvrent plus d’un quart du pays. Devenu leader mondial du tourisme durable et de l’écotourisme, ce pays de rêve, bordé à l’ouest par le Pacifique et à l’est par la Mer des Caraïbes et l’Atlantique, est devenu le refuge des yogis et des surfeurs. Sauf que, on ne vient pas au Costa Rica juste pour surfer. Et faire une simple retraite de yoga dans ce pays sublime peut, pour certains, manquer d’intérêts. D’où la combinaison parfaite de rassembler ces deux activités en un séjour. Basées toutes deux sur le ressenti du corps et sur la concentration, l’effet du surf sur le corps et le mental est similaire au yoga puisqu’il possède les mêmes exigences que le yoga: souplesse, force, équilibre, concentration et respiration.

Pour tous les goûts

Cependant, les retraites de surf & yoga sont montées en flèche. Il y en a pour tous les goûts et toutes les bourses. Si vous cherchez vraiment à déconnecter et à vous tenir loin de la jungle touristique qui borde les plages de Tamarindo, mettez les voiles vers Montezuma, à l’Anamaya, situé dans la péninsule de Nicoya. Entouré de montagnes et de cascades, ce petit havre de paix se situe sur les hauteurs du village. Les villas individuelles sont perchées au-dessus de la jungle avec vue prédominante sur le grand bleu. Calme et sérénité garantis…mais n’allez pas croire que vous allez vous tourner les pouces. Le programme d’une retraite est assez costaud. Cours de yoga de 7h30 à 9h, suivi d’un petit-déjeuner organique et local pour faire le plein d’énergie. Il vaut mieux, car s’enchaîne le départ pour la plage (de sable blanc) où les ticos – les locaux – nous attendent pour nous donner nos leçons de surf.

À quoi s’attendre ?

Trois personnes par instructeur, un peu de théorie sur la plage, des fruits en renfort, et le coup d’envoi est lancé. Direction: les vagues. Il faudra bien une semaine, à raison de 3 heures de surf par jour pour avoir une idée de la «vibe», cette sensation de vitesse et de puissance, immédiatement perceptible. Soit, on devient accro, soit on laisse tomber. Dès les premières leçons, le surf génère une fatigue physique et un «rinçage» psychologique. Combinées au yoga, les séances à l’eau procurent un vrai sommeil réparateur, car ces deux activités demandent beaucoup de concentration. Une excellente manière de déconnecter.

Retomber en enfance

Le retour à l’Anamaya se fait en début d’après-midi. Un lunch santé pour recharger les batteries, un dernier cours de yoga à 17h30, suivi du souper. Au-delà de cette routine chronométrée, il y a les lieux splendides, les locaux attachants et les repas organiques et divins à l’Anamaya. Puis, dans le groupe de touristes, pas plus de 28 personnes réunies pour les mêmes passions, il y a toujours quelqu’un qui va prendre sa guitare pour bercer nos soirées chaudes, au rythme des vagues qui nous ont soulevés dans la journée. Demain, on remettra ça, le sourire aux lèvres, tels des bambins qui s’amusent dans l’eau. Surfer, c’est un peu retomber en enfance avec l’adrénaline de ce sport irrésistiblement intense.

 

 

Commentaires