/news/health
Navigation
CISSS | Chaudière-Appalaches

Moins de bureaucratie en santé en Chaudière-Appalaches

Agence QMI
Photo Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Une trentaine de postes de cadres seront retranchés, cette année, dans le réseau de la santé de Chaudière-Appalaches, à la demande du ministère de la Santé qui entend réduire la bureaucratie.

D’autres abolitions de postes administratifs sont à prévoir, à moyen terme, dans la foulée de la réforme Barrette. «Au cours des quatre prochaines années, un haut taux de personnes partiront à la retraite. La mise en commun de plusieurs services, comme la paie par exemple, permettra de réduire des postes», précise le PDG de l’Agence de santé de Chaudière-Appalaches, Daniel Paré.

Sur ce vaste territoire, dix établissements, incluant l’agence régionale, ne formeront plus qu’un seul Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS), à compter du 1er avril 2015.

«On voit cela d’un bon œil, même si nous sommes conscients du défi. Je ne veux pas minimiser le changement qui s’en vient. Nos établissements ont des missions différentes. Il est important que le budget qui était réservé pour les jeunes ou la déficience intellectuelle, notamment, le soit toujours dans la nouvelle structure», signale M. Paré.

« Gains importants »

Il dit avoir obtenu l’assurance du ministère de la Santé que le même partage d’argent, par programme, prévaudra dans le futur CISSS. Cette nouvelle intégration de services générera des gains importants dont bénéficieront les patients, est d’avis M. Paré.

«En chirurgie, il y aura une seule liste d’attente pour la région. Grâce à la formule de guichet unique, le citoyen frappera à une porte, au lieu de trois», expose-t-il.

 
Commentaires