/finance/news
Navigation
Dans vos poches

N’abandonnez pas votre maison !

N’abandonnez  pas votre maison !
Illustration fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Voilà un titre-choc, s’il en est un, mais qui représente une réalité qui a beaucoup affecté certaines grandes villes aux États-Unis ces dernières années, dont Detroit, et qui touche maintenant le Québec.

Voilà un titre-choc, s’il en est un, mais qui représente une réalité qui a beaucoup affecté certaines grandes villes aux États-Unis ces dernières années, dont Detroit, et qui touche maintenant le Québec.

Comment un propriétaire sensé peut-il en venir à une solution aussi extrême, vous demanderez-vous? En excluant le propriétaire décédé, la réponse compte deux volets: le ralentissement du marché immobilier actuel qui a pour résultat un allongement de la période nécessaire pour vendre une propriété (105 jours en 2013) et des secteurs qui perdent de leur attrait, pour ne pas dire qui rebutent littéralement les acheteurs potentiels.

En effet, sachant qu’au Québec, 85 % de la population, et donc la grande majorité des propriétés, sont regroupées le long du fleuve St-Laurent, un facteur néfaste ou jugé comme tel par la population, dans un secteur, peut affecter drastiquement à la baisse les valeurs des propriétés situées plus ou moins à proximité.

Toujours propriétaire

Vous pensez sans doute en lisant ces lignes à une voie ferrée où des trains transportant du pétrole par exemple ou des matières dangereuses, sera un facteur négatif pouvant nuire à la vente des propriétés adjacentes. Il en va de même avec certaines usines, en opération ou projetées, dont les activités sont jugées à risque pour la santé, des lignes à haute tension, des centrales nucléaires ou des secteurs où des projets d’extraction de minerais, de gaz de schiste ou de pétrole sont envisagés, etc.

Dans les faits, un propriétaire demeure toujours légalement responsable de sa propriété. Donc, si un propriétaire vendeur, exaspéré de l’absence d’intérêt des acheteurs potentiels envers sa résidence, décide finalement d’abandonner carrément sa maison, voici ce qui se produira selon qu’un solde hypothécaire reste à payer ou non. Dans le premier cas, lorsque l’institution financière se rendra compte de la situation, au plus tard au premier versement hypothécaire manqué, le processus de saisie sera enclenché avec pour résultat que la maison sera toujours à vendre, mais avec une pancarte indiquant «reprise de finance».

Dans ce cas, le propriétaire désabusé entachera son dossier de crédit, perdra un actif, sa maison et risquera une poursuite en justice de la part de son ancienne institution financière. Dans le cas où la maison est payée et invendable, si le propriétaire l’abandonne, ce sera alors la Municipalité qui éventuellement entreprendra les procédures de vente en justice pour récupérer le montant des taxes impayées ou des travaux qu’elle aura entrepris elle-même afin de sécuriser la propriété qui sera devenue le point de rendez-vous des squatteurs du secteur.

 

Commentaires