/opinion/columnists
Navigation

PKP rend nerveux

Coup d'oeil sur cet article

La perspective que Pierre Karl Péladeau prenne la direction du Parti québécois rend le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, très nerveux et c’est facilement compréhensible.

La perspective que Pierre Karl Péladeau prenne la direction du Parti québécois rend le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, très nerveux et c’est facilement compréhensible.

M. Péladeau est susceptible d’exercer une forte attraction sur la clientèle de la CAQ, francophone, nationaliste et de centre-droite, en raison de son parcours en affaires et de sa personnalité bien campée.

M. Legault sent la menace qui plane et il est passé à l’attaque mardi en suggérant que PKP tenait un discours presque marxiste-léniniste pour courtiser la gauche au PQ et à l’encontre de ses convictions profondes.

Pascal Bérubé

L’appui du député de Matane-Matapédia, Pascal Bérubé, à quelques jours de la réunion du conseil des présidents des associations de militants en fin de semaine, où seront arrêtées les règles de la course à la direction, sera très utile à M. Péladeau.

M. Bérubé milite au PQ depuis la période de ses études. Il a été président du Comité national des jeunes du PQ. Député depuis 2007, il est celui parmi la députation péquiste qui a dégagé les plus fortes majorités aux élections de 2012 et de 2014.

Il connaît bien le parti et comme ministre délégué au Tourisme, il a pu se tisser un réseau à travers tout le Québec entre 2012 et 2014. Il fut en tournée permanente sur le territoire.

Plusieurs l’ont oublié mais il a fait ses premiers pas dans l’édifice de l’Assemblée nationale comme attaché du ministre de l’Éducation dans le gouvernement Bouchard… François Legault.

En 2005, Pascal Bérubé était du nombre des jeunes militants qui poussaient M. Legault à se porter candidat à la direction du Parti québécois.

On l’a déjà observé cette semaine, il saura parer des attaques dirigées contre M. Péladeau et répliquer à d’autres.

En étant le premier député à appuyer publiquement la candidature de PKP, il se positionne pour jouer un rôle d’avant-plan pendant la course à la direction et par la suite. D’autant plus que même s’il aura 40 ans en février prochain, Pascal Bérubé est encore identifié comme faisant partie de la relève au sein d’un parti qui a beaucoup vieilli depuis 1995.

Troisième élection

Il s’agira de la troisième élection seulement au PQ pour choisir un chef. Seuls Pierre Marc Johnson et André Boiclair sont passés par un scrutin. Les cinq autres chefs ont été couronnés.

Certaines règles de la présente course ont déjà circulé: une inscription au coût de 35 000 $; un plafond de dépenses à 30 000 $ et les signatures de 2000 membres en règles lors du dépôt du bulletin de candidature. De telles modalités sont de nature à réduire le nombre de candidats.

Le calendrier de la course sera connu demain ainsi que les critères d’éligibilité pour avoir droit de vote.

Les candidats potentiels seront sous la loupe des représentants des médias qui tenteront de départager par leurs comportements ceux qui iront vraiment de l’avant et ceux qui laissent circuler leur nom par coquetterie politique.

Commentaires
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.