/news/politics
Navigation
Finances publiques

Couillard surpris des propos de Péladeau au sujet de l’état des finances publiques

Couillard surpris des propos de Péladeau au sujet de l’état des finances publiques
Photo Marc-André Gagnon

Coup d'oeil sur cet article

Le premier ministre Philippe Couillard s’est dit «très surpris» d’entendre le porte-parole péquiste en matière d’économie, Pierre Karl Péladeau, accuser le gouvernement de dramatiser l’état des finances publiques.

Le premier ministre Philippe Couillard s’est dit «très surpris» d’entendre le porte-parole péquiste en matière d’économie, Pierre Karl Péladeau, accuser le gouvernement de dramatiser l’état des finances publiques.

«Je suis très surpris de voir cette déclaration, d’autant plus que M. Marceau, son collègue juste à côté de lui, il y a à peine quelques mois, insistait sur l’importance de l’équilibre budgétaire sur l’environnement économique général du Québec», a répliqué M. Couillard hier matin.

Questionné à ce sujet en point de presse à l’Assemblée nationale, le premier ministre a invité le député péquiste de Saint-Jérôme à «faire un examen sérieux de la situation».

Équilibre budgétaire

M. Couillard y est même allé d’une question pour celui qui, sans même s’y être engagé officiellement, trône déjà en tête de la course à la chefferie du Parti québécois.

«Comment pense-t-il que le gouvernement du Parti québécois, s’il avait été réélu, aurait réalisé l’équilibre budgétaire auquel M. Marceau s’engageait?» a soulevé le chef libéral.

«D’aller faire croire à la population qu’il n’y aurait pas eu des exercices de compression sérieux, ça m’apparaît manquer un peu de respect à son endroit», a-t-il ajouté.

Estimant que le gouvernement a devant lui «un défi considérable», le premier ministre en a profité pour rappeler à M. Péladeau qu’à défaut de sortir de cette situation, le Québec risque de «s’enfoncer dans un gouffre dont on ne pourra plus sortir et qui va être sur les épaules de nos enfants dans la prochaine génération»

«Je ne suis pas heureux de dire ça, là, mais la situation financière du Québec, toutes catégories confondues, est du calibre négatif, comme celles qu’on a connues en 1982 et en 1997», a souligné M. Couillard.

 
Commentaires
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.