/news/currentevents
Navigation
Noyade

La mort d’Isabelle Péladeau est accidentelle

Isabelle Péladeau.
Photo Archives / Agence QMI Isabelle Péladeau.

Coup d'oeil sur cet article

Malgré les nombreuses tentatives de son conjoint pour la sauver, Isabelle Péladeau, la sœur de Pierre Karl Péladeau, est morte noyée dans les eaux glacées du lac de l’Achigan en novembre dernier.

Selon la coroner Denyse Langelier, il ne fait aucun doute que la mort de Mme Péladeau est accidentelle. La femme de 55 ans est décédée par noyade avec une composante d’hypothermie, peut-on lire dans son rapport rendu public hier.

Le 23 novembre 2013, Mme Péladeau était passagère d’un véhicule conduit par son conjoint, Roger Humbert. L’accident est survenu alors qu’ils empruntaient le chemin privé pour se rendre à leur résidence secondaire, à Saint-Hippolyte, dans les Laurentides. La chaussée en pente descendante était glacée et recouverte de neige. La voiture a alors glissé hors de la route, avant de sombrer dans le lac situé en bordure du stationnement.

Selon le rapport, le conjoint de la victime a réussi à s’extirper du véhicule par la fenêtre arrière. Pendant plusieurs minutes, il a ensuite tenté de sortir Mme Péladeau du Range Rover qui se remplissait d’eau, en vain.

«L’enquête révèle que Mme Péladeau n’a aucune réaction durant l’accident et ni après. Elle n’a pas tenté d’enlever sa ceinture de sécurité afin de sortir du véhicule, ce qui nous permet de croire qu’elle était inconsciente durant tout ce temps», peut-on lire dans le rapport.

Stationnement à sécuriser

Selon la coroner, plusieurs facteurs ont contribué à ce tragique accident: l’emplacement du stationnement en bordure du lac, l’absence d’un muret assez haut pour empêcher un véhicule de tomber dans le lac, le degré de pente du chemin, la température et la présence de glace sur le chemin. L’inspection du véhicule a d’ailleurs montré qu’il était en bon état.

«L’expert (reconstitutionniste) conclut qu’il est impossible pour le conducteur du véhicule de s’immobiliser dans ou au bas de la pente compte tenu de l’inclinaison de la pente en degré, de la distance parcourue et du coefficient de frottement. De plus le véhicule, malgré les freins appliqués, subit une accélération constante due à la force de gravité», indique le rapport.

Afin d’éviter qu’un accident se reproduise, la coroner recommande que le stationnement soit sécurisé par l’ajout de grosses pierres en façade ou déplacé à un endroit sécuritaire.

 

Commentaires
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.