/entertainment/music
Navigation
Les fesses ont la cote

Une tendance qui « fesse » fort aux USA, mais pas au Québec

Coup d'oeil sur cet article

Les fesses ont la cote en musique cette année. Mais alors qu’aux États-Unis, les pop stars qui mettent leur derrière en avant-plan bondissent au sommet des palmarès, au Québec, elles aboutissent dans un cul-de-sac.

Les fesses ont la cote en musique cette année. Mais alors qu’aux États-Unis, les pop stars qui mettent leur derrière en avant-plan bondissent au sommet des palmarès, au Québec, elles aboutissent dans un cul-de-sac.

Du USA Today au New York Times, en passant par Entertainment Weekly et Spin, la presse américaine parle du phénomène depuis plusieurs semaines déjà: chez nos voisins du sud, les foufounes sont en vogue. L’été 2014 a même été qualifié de summer of butts. Et selon toute vraisemblance, l’automne pourrait aussi hériter du titre culotté.

Paru récemment, le palmarès Billboard des 100 tubes les plus populaires aux États-Unis confirme cette tendance en consacrant plusieurs pièces articulées autour du postérieur, à commencer par All About That Bass, un véritable hymne au popotin signé Meghan Trainor. Nicki Minaj, qui revisite le fameux Baby Got Back de Sir Mix-A-Lot dans Anaconda, voit son nom apparaître en 3e position. La rappeuse occupe aussi le 5e rang avec Bang Bang, une collaboration avec Jessie J et Ariana Grande, dans laquelle le trio parle d’une femme avec un arrière-train gros «comme une Cadillac».

Et devant Jason Derulo (qui vante les mérites d’une fille au «big fat butt» dans Wiggle), Jennifer Lopez maintient sa place dans le top 50 avec Booty, une chanson saluant les fessiers généreux. J. Lo doit cette ascension vertigineuse au vidéoclip du titre, dans lequel elle passe 4 minutes 17 secondes à remuer frénétiquement son siège avec Iggy Azalea. Trois semaines après sa sortie sur internet, le sulfureux extrait a été vu 47 millions de fois sur YouTube.

Absentes des palmarès

Mais au Québec, Jennifer Lopez et compagnie peinent à «fesser» fort dans les palmarès. Leurs offrandes demeurent loin, très loin des plus hautes sphères. Brillant par leur absence au classement Nielsen BDS des morceaux les plus joués en radio, elles ramassent les miettes des plus grands réseaux. Rouge et Rythme FM font tourner All About That Bass de Meghan Trainor, mais c’est tout, nous informent les directeurs musicaux des deux réseaux.

Virgin confirme avoir donné du temps d’antenne à Booty de Jennifer Lopez, mais NRJ et CKOI ont passé leur tour.

«CKOI ne diffuse pas les artistes qui sentent le besoin d’en montrer toujours un peu plus pour prouver qu’ils ont du talent», déclare le directeur musical du 96,9 à Montréal, Guy Brouillard.

Non à Nicki

MusiquePlus fait également la sourde oreille à Nicki Minaj, bien que son salé Anaconda dépasse les 233 millions de clics sur YouTube. La facture visuelle du vidéoclip compte parmi les facteurs justifiant son absence des ondes, mais au-delà des questions de nudité, le morceau ne correspondait tout simplement pas aux critères de sélection du poste, explique son directeur musical, Mike Gauthier.

«Si c’était une bonne chanson, on ferait jouer son clip dans un créneau approprié», précise-t-il au Journal.

Quant à Booty de Jennifer Lopez et Iggy Azalea, MusiquePlus diffuse son vidéoclip les week-ends, dans des cases horaires réservées aux morceaux plus dansants. «Mais son album est passé totalement inaperçu», note Mike Gauthier.

 

Commentaires