/sports/hockey/canadien
Navigation
Capitaine du CH

Plekanec était un bon choix

Camp des Canadiens 19 sept
Photo d'archives Thomas Plekanec

Coup d'oeil sur cet article

BUFFALO | Brian Gionta n’a pas fait de vagues avec l’absence de capitaine pour son ancienne équipe, le Canadien.

Quelques jours après son départ pour Buffalo, il avait identifié Tomas Plekanec comme un candidat logique pour ce titre.

Trois mois plus tard, le nouveau capitaine des Sabres n’a pas changé son discours.

«Pleky est clairement un gars qui a l’expérience et le respect de ses coéquipiers pour porter le “C” sur son chandail, a affirmé Gionta. Malgré tout, je ne suis pas surpris du choix de la direction. Elle a choisi une année de transition.»

«À ma première saison à Montréal en 2009-2010, il n’y avait pas de capitaine et nous avions fait un beau parcours en séries avec une présence en finale de l’Est, a-t-il poursuivi. Les ­lettres sont parfois plus symboliques. À l’intérieur du vestiaire, on sait qui sont les meneurs, mais tous les joueurs ont le droit de parler. Tu n’as pas besoin d’un “C” ou d’un “A” pour agir comme un meneur.»

Pas un concours de popularité

Questionné sur les chances de P.K. Subban d’obtenir cet honneur, Gionta a offert une réponse des plus prudentes. Mais en lisant entre les lignes, on comprend qu’il n’imagine pas ce scénario pour demain matin.

«Il n’y a rien d’impossible, a-t-il dit. S’il continue à acquérir de la maturité, P.K. pourrait être le capitaine de cette équipe. Mais il y a une différence entre le joueur le plus populaire aux yeux des partisans et le plus grand meneur de l’équipe. Tu as besoin d’être à l’intérieur du vestiaire pour comprendre parfaitement la différence.»

Au tournoi de golf du Tricolore en septembre, le CH avait décrit Carey Price comme le cinquième membre du groupe de meneurs, comprenant ­Plekanec, Subban, Andrei Markov et Max Pacioretty.

«Carey est un immense morceau du casse-tête du Canadien, a souligné Gionta. Il a maintenant un poids plus important dans le vestiaire, il n’a plus peur de se lever. Il est un très bon meneur.»

Pour conclure cette longue entrevue, l’auteur de ces lignes a tenté une dernière question. Qui sera le capitaine du Canadien l’an prochain?

«Carey Price, a immédiatement répliqué l’Américain. En disant “Carey”, je m’assure de ne pas créer une histoire à Montréal, puisqu’un règlement de la LNH interdit à un gardien d’être ­capitaine!»

 

Commentaires