/entertainment/music
Navigation
Jérôme Couture en spectacle

Poussé par le vent du succès

La vie Montréalaise. Lancement de l'album de Jérôme Couture
Photo Le Journal de Montréal, Ghyslain Lavoie En lice pour la chanson populaire de l'année au gala de l'ADISQ, Jérôme Couture, est de passage au Théâtre Banque Nationale de Chicoutimi ce soir.

Coup d'oeil sur cet article

En plus de se produire ce soir dans sa région d’origine et de participer au Banquier dimanche, Jérôme Couture est encore sous le choc d’avoir été nommé cette semaine dans la catégorie chanson populaire de l’année au prochain gala de l’ADISQ.

«C’est au-delà de mes attentes. Pour moi l’ADISQ, c’est un rêve d’enfance. Je regardais le gala à la télé et j’avais envie d’être là», raconte le Jonquièrois d’origine.

Tout cela, c’est grâce au public qui a demandé la chanson, encore et encore, sur les ondes. «Je les remercie du plus profond de mon cœur. Ça me touche énormément et j’invite les gens à voter jusqu’au 26 octobre», lance l’artiste.

Avec la nouvelle du Théâtre Palace Arvida qui est fermé jusqu’à nouvel ordre pour des raisons de sécurité, Jérôme Couture sera en spectacle, ce soir, du côté du Théâtre Banque Nationale de Chicoutimi. «J’ai une belle histoire d’amour avec le Palace. Je me sens un peu comme chez nous. C’est là que j’ai eu un des mes premiers contrats. Par la suite, j’ai joué longtemps avec Québec Issime».

Banquier spécial La Voix

C’est un très gros week-end pour Jérôme Couture, car en plus de son spectacle, il sera au Banquier spécial La Voix ce dimanche. «On a vraiment tripé sur le plateau. C’était comme un gros conventum. J’étais tellement content de revoir mon monde et de connaître les participants de la deuxième saison. On a déconné pas mal et j’ai eu beaucoup de plaisir avec la participante», révèle-t-il.

Prendre part à La Voix n’a pas été une décision facile. Depuis quelques années déjà, il travaillait dans le domaine et bûchait extrêmement fort pour faire sa place. Il avait peur que les gens l’associent uniquement à la téléréalité.

«La Voix m’a offert le cadeau de me produire moi-même. Avant, je vivais de mon art, mais je faisais de la publicité, des corporatifs, etc. À La Voix, j’ai rencontré Marc Dupré et mon équipe qui m’ont permis d’être moi-même sur scène, tous les soirs», explique-t-il.

Vie familiale

Jérôme vit en couple depuis six ans à Montréal avec une maquilleuse du Cirque du Soleil, et se plaît à revenir voir ses parents qui habitent toujours à Jonquière. «Je ne viens pas aussi souvent que je voudrais, car je travaille surtout les fins de semaine. Par contre, quand je m’amène en visite, c’est au domicile familial que je vais ou à notre chalet à Bégin. Pour moi, c’est un lieu de ressourcement incroyable. Étant un grand amateur de café, j’ai même laissé une belle machine à café chez mes parents».

Aux jeunes artistes qui veulent faire carrière, Jérôme Couture leur conseille la polyvalence. «Bien avant La Voix, j’ai appris à jouer, danser, manier le piano et la guitare. J’ai fait mon bac en musique. Tous les jours de ma vie, je travaille sur la musique. Je ne fais pas que chanter. J’ai plusieurs cordes à mon arc», souligne-t-il.

Commentaires