/news/green
Navigation
1300 personnes manifestent à Cacouna

L’opposition se mobilise à Cacouna

1300 manifestants ont signifié leur désaccord envers le projet de port pétrolier de TransCanada

Coup d'oeil sur cet article

La petite municipalité de Cacouna, dans le Bas-Saint-Laurent, a littéralement été envahie, hier, lorsque 1300 personnes provenant des quatre coins de la province ont manifesté contre le projet de port pétrolier de TransCanada

La petite municipalité de Cacouna, dans le Bas-Saint-Laurent, a littéralement été envahie, hier, lorsque 1300 personnes provenant des quatre coins de la province ont manifesté contre le projet de port pétrolier de TransCanada

Le stationnement de l’église de la petite municipalité d’à peine 1900 habitants a carrément été pris d’assaut par les manifestants qui craignent notamment pour le sort des bélugas, l’emblématique mammifère marin dont la population connaît un dangereux déclin.

«Le fleuve, ça n’a pas de prix», a lancé une femme de Montréal, qui tenait à parcourir les centaines de kilomètres pour montrer son désaccord. Une femme de Lanaudière et son petit-fils scandaient les slogans d’usage. «Le pipeline passerait dans notre région, on est donc contre l’ensemble du projet.»

«C’est sûr qu’économiquement parlant, ça crée quelques emplois. Mais est-ce que ça en vaut la peine», a ajouté un couple de Rivière-du-Loup, qui en était à son premier rassemblement du genre.

Passage remarqué

Gonflée à bloc par les représentants de différents groupes environnementalistes, la foule a ensuite vivement réagi au discours de Sylvain Tremblay, le maire de Saint-Siméon, de l’autre côté du fleuve. «C’est la nature qui nous fait vivre et non pas des financiers qui veulent venir avec leurs épées noires nous transpercer.»

D’autres élus ont joint leurs voix à celles des centaines de citoyens.

«Collectivement, on peut faire bouger les choses et je crois en ce grand mouvement», a dit la députée du PQ Martine Ouellet, qui était accompagnée de ses collègues Pascal Bérubé et Harold Lebel.

«Le gouvernement doit tourner la tête vers Cacouna et entendre la voix des Québécoises et des Québécois qui disent non à un port pétrolier polluant, dangereux et menaçant pour la vie marine», a indiqué Françoise David, de Québec Solidaire.

Réplique

TransCanada gardait évidemment un œil sur cette manifestation. «Il est étonnant de constater comment les opposants omettent de mentionner l’ampleur des retombées économiques du projet pour l’ensemble du Québec», a précisé le porte-parole de l’entreprise Philippe Cannon.

«Selon une étude préliminaire réalisée par Deloitte & Touche LLP, Énergie Est apportera plus de 6 milliards $ au PIB du Québec, générera 2 milliards $ de recettes fiscales pour le gouvernement provincial et permettra d’assurer plus de 3600 emplois directs à temps plein au cours des six premières années seulement», a-t-il ajouté.

Plusieurs représentants de différents groupes environnementaux de la province se sont adressés à la foule avant d’entreprendre une marche de 30 minutes à travers le village qui l’a amenée au port.

 

Commentaires