/news/currentevents
Navigation
Décès d’André Hogue

Le Procureur général poursuivi pour 1 M$

bloc situation justice marteau
Photo Archives

Coup d'oeil sur cet article

La fille d’un homme assassiné en 2006 à Pierreville, près de Sorel-Tracy, poursuit le Procureur général du Québec pour la somme d’un million de dollars, à la suite d’une enquête «bâclée», menée par la Sûreté du Québec.

Depuis le 22 juillet 2006, l’histoire entourant la mort d’André Hogue a fait couler beaucoup d’encre.

Celui-ci a été assassiné d’une balle dans la tête lorsqu’il se trouvait chez lui.

La principale suspecte de l’époque, Armande Côté, a été acquittée de meurtre au second degré après que le juge de première instance, appuyé par la Cour suprême, eut rejeté l’ensemble de la preuve recueillie par les policiersde la Sûreté du Québec de la MRC Nicolet-Yamaska dans les heures suivant le décès de l’homme de 63 ans.

Le soir des événements, les policiers avaient répondu à un appel 9-1-1 fait par Mme Côté, qui signalait que son conjoint était blessé.

À l’hôpital, le médecin avait trouvé une balle de calibre .22 dans le crâne de la victime, qui est décédée dans les heures suivant son hospitalisation.

Quelques heures plus tard, les policiers sont retournés chez la dame sans mandat pour inspecter l’intérieur et l’extérieur de la résidence. Plus tard, la dame a été menée au poste de police sans savoir qu’elle était considérée comme un «témoin important».

Le 26 août 2008, la dame a été acquittée.

Dommages importants

Trois ans plus tard, l’une des filles d’André Hogue doit encore vivre avec le fantôme de cette enquête «bâclée» et réclame maintenant, pour elle et ses deux enfants, la somme d’un million de dollars.

Selon la poursuite déposée au palais de justice de Québec, la dame de 43 ans «a développé de l’agoraphobie depuis l’acquittement de Mme Côté» et elle a un «sentiment constant d’insécurité».

Ses deux enfants, âgés de 18 et 13 ans, ont pour leur part «perdu confiance en le système de justice et envers la police».

Commentaires