/investigations/techno
Navigation
CGI | Informatique

Martin Coiteux le savait

-Le grand patron informatique est le frère d’un vice-président de CGI

Coup d'oeil sur cet article

Le ministre responsable des dossiers informatiques, Martin Coiteux, a réitéré, ce matin, toute sa confiance envers son nommé à la tête de l’informatique au Québec, malgré les risques de conflits d’intérêts.

« Tout a été connu et mis sur la table. On a demandé de prendre les dispositions. Il ne sera jamais en conflit d’intérêts», a lancé le ministre lors d’un bref point de presse après un discours au lancement de la journée des acquisitions et des technologies de l’information.

Le dirigeant principal de l’information, Jean-Guy Lemieux, fraîchement nommé par le gouvernement, est aussi le frère d’un vice-président de la multinationale québécoise d’informatique, CGI, a révélé notre Bureau d’enquête dans nos pages mercredi.

Sa nomination était déjà contestée, lui qui, malgré un carrière en gestion publique, a peu d’expérience en informatique avec sa formation en psychologie. M. Lemieux est aussi devenu, par cette promotion, président du Centre des services partagés du Québec, plus grand donneur de contrats gouvernementaux en informatique.

Son frère est Claude Lemieux et occupe le poste stratégique de vice-président service-conseil à Québec. CGI est à plusieurs égards le plus grand partenaire informatique du gouvernement, comme le démontrent les dizaines de millions de dollars en contrats que l’entreprise obtient de Québec chaque année. Encore en 2013, Claude Lemieux était membre et a même présidé un important lobby de firmes privées qui a tenté d’influencer le CSPQ, soit l’organisme dont Jean-Guy Lemieux vient de devenir président.

Hier, le bureau du ministre Martin Coiteux nous a expliqué que Jean-Guy Lemieux ne sera pas associé de près ou de loin aux appels d’offres ou à l’octroi de contrats reliés à la firme CGI.

La distinction du ministre

À savoir comment il est possible de diriger l’informatique au Québec sans pouvoir s’impliquer quand cela concerne la plus importante firme québécoise, M. Coiteux réplique qu’il faut faire «la distinction entre une personne qui fait les acquisitions et la personne qui donne la direction stratégique», a expliqué le ministre. « M. Lemieux a toute la confiance du gouvernement», martèle-t-il.

Mais même en donnant la direction stratégique, ça impose de travailler avec CGI ? a-t-on relancé le ministre. « Ce n’est pas le dirigeant qui négocier avec les fournisseurs», a-t-il répondu. « Il ne sera jamais en conflit d’intérêts».

Rappelons que Jean-Guy Lemieux sera à la tête de dépenses de près de 3G$. C’est ce que l’informatique coûte aux Québécois à chaque année.

Plus de détails à venir...

Commentaires