/news/transports
Navigation
Michèle Deslauriers

Elle est la voix du métro depuis 11 ans

C’est la voix de la comédienne Michèle Deslauriers que les usagers du métro de Montréal peuvent entendre à l’approche des stations.
Photo Agence QMI, ANNE-MARIE PROVOST C’est la voix de la comédienne Michèle Deslauriers que les usagers du métro de Montréal peuvent entendre à l’approche des stations.

Coup d'oeil sur cet article

«Prochaine station, Berri-UQAM». À première écoute, la voix lente et articulée pourrait être conçue par un ordinateur. Elle provient toutefois d’une femme en chair et en os.

La comédienne Michèle Deslauriers est celle qu’on entend depuis 11 ans quand il y a une interruption, un ralentissement de service ou l’annonce de la prochaine station.

C’est en participant à des auditions à l’aveugle qu’elle a été sélectionnée. «J’ai tenté ma chance parce que je trouvais ça original et particulier. La STM recherchait une femme qui parle bien au ralenti tout en gardant un rythme naturel et humain», explique-t-elle au journal 24 Heures.

Entendre sa voix

Mme Deslauriers enregistre depuis des modifications aux messages une fois aux deux ans, pendant quelques heures dans l’après-midi. «La première session était très longue, j’ai dû refaire tous les messages», mentionne celle qui a succédé dans ce rôle à Judith Ouimet.

Elle avoue qu’entendre sa propre voix dans le métro paraît bizarre. «Parfois j’ai envie de me lever dans le wagon et d’annoncer la station Sherbrooke», lance-t-elle en riant.

Les premières fois, elle était étonnée d’entendre sa voix résonner partout et elle écoutait attentivement pour savoir si elle disait bien les phrases et les noms de station.

Elle raconte qu’une fois, des étudiants coréens étaient dans la même voiture qu’elle et s’amusaient à répéter le nom des stations de métro après chaque message, en singeant sa voix et en trouvant le tout très drôle.

Une des jeunes femmes du groupe s’est alors approchée d’elle pour lui demander un renseignement, en anglais.

«Je lui ai répondu et ensuite je lui ai dit que c’était ma voix qu’on entendait dans le wagon et que j’étais actrice, en ajoutant à la blague que ses amis se moquaient de moi», relate-t-elle.

Les étudiants, excités par cette révélation, ont alors sorti leurs caméras pour la prendre en photo. «Je riais, c’était très drôle, les autres passagers se demandaient ce qu’il se passait», dit-elle.

Nouveau jouet

La comédienne utilise le métro depuis sa création en 1966. «Je me rappelle quand le métro a commencé à fonctionner, c’était comme un nouveau jouet, nous étions excités et plusieurs le prenaient sans but précis, juste pour l’essayer», se remémore-t-elle.

Elle-même prenait parfois le métro pour le plaisir et débarquait à certaines stations pour admirer les fresques sur les murs.

«Le métro est un gros cadeau que la ville se faisait, c’était pratique et ça a beaucoup facilité mes déplacements», évoque-t-elle.

Résidant maintenant à Verdun, elle utilise principalement sa voiture pour ses déplacements courants mais ne rechigne pas à utiliser le métro de temps à autre.

«À un moment j’ai participé à une production au Théâtre du nouveau monde et j’y allais en métro, car se stationner au centre-ville est difficile et coûteux pour toute la journée», dit-elle.

Commentaires