/opinion/blogs/galleries
Navigation

La photographie et la restauration rapide: La mince ligne entre la vérité et le mensonge

Coup d'oeil sur cet article

Comme toute photographie utilisée à des fins commerciales, la photo de nourriture doit « faire vendre » sans trop mentir sur le produit. Avec ses sandwichs réalisés en série et très rapidement, le secteur de la restauration-minute est probablement celui qui propose la plus grande différence entre le produit publicité et celui qui nous est remis en main propre. La différente est d’ailleurs tellement extrême que BuzzFeed s’est attardé au sujet en proposant une quinzaine de comparaisons entre le produit mis en vedette dans la publicité et ce que vous recevez vraiment au comptoir.

En caméra cachée, le compte YouTube Mediocrefilms s’est même amusé à visiter quelques restaurants-minute et, après avoir reçu un produit décevant, à exiger que l’on refasse son repas pour qu’il ressemble à ce qui est publicisé.

Conscient de la problématique, McDonald’s Canada a produit en 2012 une vidéo devenue virale où l’on expliquait précisément le processus de création d’une de leur photo publicitaire.

C’est un nouvel article sur le site français OAI13 qui me fait revenir sur le sujet. Une longue entrevue avec un photographe spécialisé en restauration y explique les dessous du métier. L’image de votre burger est sous contrôle, mais à quel point ?

On est toujours sur la corde entre faire une image qui soit appétissante et prometteuse et faire une image qui ne soit pas totalement irréelle. Et dans certains cas, ça peut être compliqué : quand on photographie une salade par exemple, il faut donner une impression de matière tout en évitant le tassement de la salade par des produits plus lourds. Il faut donc arriver à la dresser de telle façon qu’elle paraisse chantante sans pour autant que les produits paraissent être en lévitation.
Fascinant!